11/12/2011

AR-AY

Arloncourt

Arloncoûrt

Bat-l'-boûres (barattes) (Dico, 2005, 4)

 

Arquennes

Arkène

 

Arkinwès

(Coppens, 1959)

Arsimont

Aursumont

Boûtîs (bouviers) (Haust, 1941)

 

Arville

Aurvaye

Lumeçons (limaces (Dosimont, 2000); limaçons : spot

imaginé pour marquer la prétendue paresse de la

population)

Djins d' la boutèye (gens de la bouteille)

Ce blason n'est point seulement motivé par la facilité de la rime. Une cour féodale, dite de la Bouteille, déjà mentionnée au XVIe siècle, tint ses assises dans cette localité jusqu'à la fin de l'ancien régime (Bourguignon, 1928)

(Dosimont, 2001 ; Bourguignon, 1928 ; Haust, 1941)

 

Asquillies

Askiyî

Pakants () (Haust, 1941)

 

Assenois  (Léglise) 

Asnwa

Wasses (,waspes, wapses (ce dernier à Bernimont) (guêpes) (Mouzon, notes ; Dico, 2005, 21 ; VW, 1967)

 

Hês

Spot occasionné sans doute par la prononciation locale de la conjonction « et ». (Bourguignon, 1928)

 

Assenois (Vaux-sur-Sûre)

Èsnè

Macrales (sorcières) (Francard, 1994)

 

Ath

Ât’

Madrès d’ Ât’ () (à Lessines)

Sots d’ Ât’ (sots, fous)

Bourjoûs (bourgeois)

Gouyasses (de : Goliath, géant d'Ath)

 

« Il èst d’ Ât’ èt nié d’ Ât’, du faubourg de Brategnî, co toudi d’ Ât’ pou ça. »

(Il est d’Ath, et pas d’Ath, du faubourg de Brategnies, encore toujours d’Ath pour cela.)

 

Athus

Attem

Attemer Knupp (butte, bosse d’Athus)

On fait parfois allusion, dans la conversation, à un vieux récit selon lequel les habi­tants, incommodés par la présence d'une butte de terre qui occasionnait des inondations, résolurent de la détruire. Ils se mirent au travail avec un grand zèle et s'aperçurent, en fin de compte, qu'ils avaient recons­titué, un peu plus loin, un nouveau monticule tout aussi encombrant que le premier.

 

Métallurgistes. Blason récent motivé par l'industrie locale. (Bourguignon, 1928)

 

Attert

Attert

Stréibierger (bourgeois de paille)

Cette épithète est appliquée aux habitants d'Attert parce qu'ils pré­tendent vivre à la mode citadine.

(Bourguignon, 1928)

 

Aubechies

Obechî

Viaus (veaux)
 

Aubel

Åbe

de Piipeköp (les têtes de pipe) (Herve, 1987)
Flaminds d’ Åbe (Flamands d’Aubel)

 

Aubin-Neufchâteau

Åbin

Ramonîs

 

Auby

Aubî

Bouks èt Gades (Haust, 1941) ;

Bouks (boucards (population mâle))

Gades (chèvres (population féminine))

Gadelîs (gardeurs de chèvres)

Cette population paraît avoir pratiqué en grand l'élevage du bétail caprin. On ne peut manquer de remarquer qu'Auby est le centre des exploits du fameux pâtre Colau Tchatcha. (Bourguignon, 1928) ..

NB Le Dico (2005,6) renseigne seulement « Gades ».

 

Auvelais

Auvelès

Vatchîs (vachers) (Haust, 1941)

 

Avernas-le-Beauduin

Êm'na, In.m'na

Vias (veaux) (Haust, 1941)

 

Awagne 

Awagne

Mougneûs d’ aragnes (mangeurs d’araignées) (Bernard Louis)

 

Awenne

Nauwin.ne

Vês (veaux) (Haust, 1941; Dosimont, 2001

Sabotîs (sabotiers)

La saboterie était une importante industrie locale. (Bourguignon, 1928)

 

Aye 

Auye

Godîs (maladroits, benêts) (Dico, 2005, 25), (verrats) (Lejeune, 1983), (gauches, maladroits) (Bourguignon, 1928)

 

Aywaille

Êwêye

Cous d’awèye (têtes d’aiguille) (AO1 ; Haust, 1941)

 

00:10 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

B

Baclain

Bâclin

Massotês (ailleurs : nûtons: nains) (Dico, 2005, 22)

Grands Tchapelèts(grands chapelets).

Ce détail rend leur accoutrement caractéristique. (Bourguignon, 1928)

 

Baconfoy 

Baconfwè

Grèvîs (vairon) : habitants de Baconfoy

Grèvèsses (écrevisses) : habitantes de Baconfoy (Francard, 1994)

Tchacâs (chabots (poissons)) (Dico, 2005, 39)

 

Bagimont

Badjimont

Strons d’ pourcê (excréments de porc)

Ce disgra­cieux sobriquet est le résultat obligé de la rime, car la gentilé des habitants de ce village est

« Badjimounès ». Le cri de guerre des enfants du voisinage s'exprime comme suit:

« Badjimont, / Badjimounès, / Stron d’ pourcês, /

Malète deu vê. »

Le Dr Delogne signale que ce blason est d'usage général dans toute la région. (cf id. pour  Wagy: Waji, Wajotès). (Bourguignon, 1928).

Badjimounès (Nicolas, 1999, 175)

Badjimontîs

(Twisselmans, p.165)

Baillamont

Bayamont

Singlés (sangliers) (Doppagne, 1953 ; Haust, 1941)

1  « Bayamont / Bayamouné / Stron d' pourcê / Malète di vê. » (étron  de  pourceau,  mallette  de  veau)

(à Chairière)                                        

2 « Bayamont / Baye à m' keu / Baye ta lingue / Dji tchîré d'sseus. »  (à Bièvre)

(‘baille’ à mon c., baille ta langue, je c. dessus)

3 « Bayamouné / Stron d' pourcê / Qui coûrt après l' vatche aradjîye pou avou l' mèyeû dès quârtîs. »

(… qui court après la vache enragée pour avoir le meilleur des quartiers (morceaux))

(Oizy, une femme)

4 « Bayamouné / Stron d' pourcê / Malète du vê / La sinte coulûve. »

(… la sainte couleuvre) 

(Oizy, un homme).

(Doppagne, 1953)

Bayamounés

Baillonville

Bayonvèye

Singlés (sangliers) (Haust, 1941)

 

Baisieux

Bêsieû

Kètes (personnages drôles) (Haust, 1941)

 

Bambois

Li Bambwès

Tchènas (paniers) (utilisation rare)

Autrefois, les habitants étaient spécialisés dans la

confection de paniers, … (Roger Viroux)

Bambwètîs

Bande

Bande

« Bandurlin / Quawe di tchin / Qui crîve di fin / Podrî

l' molin ! »

(Bandurlin (habitant de Bande), queue de chien, qui crève de faim derrière le moulin.) (Blason, 1970)

Bandurlins

(AL 30/08/2003; Blason, 1970)

Banneux

Baneû

Leûps (loups) (Haust, 1941 ; AO1)

 

Baranzy

Barazi

Pichalits (-lîts: pissenlits (Bourguignon, 1928 ; Fouss, s.d.)

 

Barbençon

Barbinçon

Cus d' tchôdron (fonds de chaudron) (Haust, 1941)

 

Barvaux 

Barvê

Vês (veaux)

Plouketeûs (éplucheurs de laine) (Dico, 2005, 10)

Macrês (sorciers) (Marquet, 1966 ; -ès : Bourguignon, 1928)

 

« A Grand’han, c’ èst tos fênèyants,

A Dèrbu c’ è-st-on p’tit Jésus,

A Barvê, c’ èst tos macrês (sorciers). » (Dico, 2005, 10)

 

Barzin 

Baurzin

Tchins (chiens) (Dico, 2005, 44)

 

Bassenge

Bassindje

Bassîs(beliers) (Haust, 1941)

 

Bassilly

Bacheli

Rous (roux)

 

Bastogne

Bastogne

(quartier du Pa là-y-ôt)

Mougneûs d’ sope d’ amon lès seûrs  (mangeurs de soupe de chez les Sœurs)

(quartier du Pa lâvâ)

Rawieûs d’ ochs (do Sèminaîre)) (grignoteurs d’os (du Séminaire)) (Francard, 1994)

Les habitants de Bastogne vendraient le jambon et ne garderaient pour eux que les os. (Bourguignon, 1928) ou

Piche-Cacayes (qui pissent des objets sans valeur)

 

« Bastognârd, cou d’ pètârd*, / Agne dins m’ cou, / T’ ârès du lârd, / Mês n’ î agne nin trop parfond, / T’ ârès du stron. » (Carrozza, 2005 )

((Bastognard, cul de pétard, mords dans mon derrière, tu auras du lard, mais n'y mords pas trop profon­dément, car tu auras des excréments.)

 

Un « Bastognès » est un descendant de parents nés eux-mêmes à Bastogne, tandis qu'un « Bastognârd »  est un étranger qui est venu se fixer dans cette localité. Le blason populaire ne fait aucune différence et ne connaît que des « Bastognârds ». (Bourguignon, 1928)

 

 

*Cous d’ pètârd

‘Spot’ n'ayant aucun sens précis mais qui rime avec Bastognard et que l'on trouve dans le refrain ci-dessus chanté par les enfants (…) :

(variante : « … / Tu agnerès d’dins do stron ! »

(Bastognard, cul de pétard, mords dans mon derrière. tu auras du lard, mais n'y mords pas trop profon­dément, car tu mordras dans dts excréments.)

(Bourguignon, 1928)

 

Coupères (niais) C'est le sobriquet commun des Ardennais appliqué aujourd'hui à leur ancienne capitale.

(Bourguignon, 1928)

Bastognârds (-âdes)

(Francard, 1994)

 

Bauche (Evrehailles)

Bautche

Disbautchis (désespérés) (Germain, 1980, 114)

 

Baudour

 

Baudoû

Campènaîres (, Campénaîres) (habitants de ou des environs (par opposition au « Pa d’là iau »)) (p.94)

< > les Borains dénommaient péjorativement du blason populaire de ‘Manoûs’ les habitants des communes rurales de cette région directement au nord du Borinage (Baudour en particulier), du ‘pa d’là iau’, c’est-à-dire d’au-delà de la Haine (…). (Germain, 2003, 111)

Manoûs (Haust, 1941 ; Germain, 2003 ; pour Baudour et la région environnante (Herchies, Hautrages, Jurbise, …)

 

Baulers

Baulé

Baulés (jeu de mots avec ‘beaux’ et ‘laids’)  (Coppens, 1959)

 

Baulet

Baulèt

Parents (O0, Haust, 1941)

 

« Dji n’ seus nén d' Baulèt » était synonyme de « dji n’ seus nén d’ èl boune anéye » (je ne suis pas aussi naïf que vous ne le pensez). (Yernaux-Fiévet)

Baulètîs

Baume (La Louvière)

Baume

Apoticaîres (pharmaciens)

 

Beaulieu (Erneuville)

Bêleû

Cwarbâs (corbeaux) (Marquet, 1966 ; Dico, 2005, 39 ;

-baus (AO2))

 

Beaumont

Biaumont

Chitoûs (poltrons) (O0 ; Haust, 1941 ; AO2))

Chots (petits poissons) (O0) (aussi Tchots (t.affectueux à un enfant): chéri, petiot (O0); AO2)

 

Beauraing

Biarin

 

Tortias (pâtes à tarte cuite) (Haust, 1941)

 

« C'èst bia, mês c'èst rin. » (AO2)

(C’est beau mais ce n’est rien.) (jeu de mots)

 

Beausaint

Bêssin

Pinsons (pinsons) (Marquet, 1966)

 

Becco

Bècô

 

A Teû / Grands plaîtieûs /

A Bècô / On n’ magne nin s’ sô

A l’ Ré / C’ èst co pés / A Hôt-R’wârd / C’ èst pôr lu diâle / A Hôt Marès / Lès macrales î dansèt / A Vêrt-Bouhon / On beût â poçon. »

 

 

Bêche 

Bèch

Bèchelîs (Dico, 2005, 42)

 

Behême 

P’hême ou Péme

Bèchtirèms (Dico, 2005, 21)

 

Beho 

B'hô

Bockeltz (bouleau) (Dico, 2005, 22 ; Haust, 1941)

De langue allemande, sauf Commanster (à C'manstèr). (Haust, 1941)

 

Beignée

Bingnéye

 

Bingnetî (-trèsse) (O0)

Belgrade

Bèlgrâde

Tautîs

 

Bellaire

Bèlêre

Sots d’ Bèle Êr

Canotes di sôye
Clawetîs

habitantes : Vindeûses di nokètes di boûre

“C’ è-st-on Bèlêrdî d’ Bèlêre

qu’ a-st-ine bèle aîr, ou nole aîr. »    

 

« Quéle afaîre à Bèlêre,

A Pèrwé, c’ èst co pés,

A Hayot, c’ èst tos sots,

A Mohu, on lès cût,

A Djamagne, on lès magne. »

(Henry, 1999 ; AO, 01/04/1999)

Bèlêrd(j)îs

 

Bellefontaine 

Bèlefantée

Inglètes (ongles des porcs et des sangliers)

Cus d’ lanténes

 

Bèlefantène

Cul d' lantène

Si dj' t' atrape

Su l' haut dès Rapes

Dju t' casse lès-inglètes (les ongles)

Avu dès p'tites pièrètes (cailloux).   (à Tintigny)

 

(Dico, 2005, 40 Bourguignon, 1928;  Fouss, s.d; Dico, 2005, 40 ; Haust, 1941)

 

Bellefontaine

Bèlefontin.ne

Bètche-à-l’-Crin.me (bec à la crème) (Haust, 1941)

 

Bellevaux 

Bèle-Vau

Chapotîs

Malins (Dico, 2005, 7)

 

Belmont (Ethe (Virton))

Biémont

Origine de Belmont, section du village d’Ethe

Selon une vieille personne d'Ethe, il y a longtemps un nommé Bel­mont., habitant de la commune, s'est rendu coupable de délits qui ont provoqué sa mise au ban du village. Il est allé se construire une maison à proximité d'Ethe, sur une hauteur. D'autres maisons y ont été bâties par la suite d'où le nom « Village de Belmont », mais aussi le mépris que les gens d'Ethe professent à l'égard des habitants de Belmont.

Dicton:

« A-y-Ète, is sant tous’ braves et honiètes.

A Biémont, il n’ i en-n-è pont. »  (Fouss, s.d)

 

(Fouss, s.d ; Dico, 2005, 43)

Bîmounis

Belvaux (Resteigne)

Bèle-Vau

Caracoles (escargots)

Ce spot paraît provenir de la paresse que l'on attribue gratuitement aux habitants de cette localité. (Bourguignon, 1928)

 

Caracolîs (Haust, 1941 ; Bourguignon, 1928)

 

(Bourguignon, 1928; Petit, 1987 ; Haust, 1941)

 

Ben-Ahin

Bèn-Ahin

 

(habitants de Ben (Bin)): Bènwès  (Haust, 1941)

Benonchamps

B'nontchamp

Grèvèches (Dico, 2005, 4 ; Francard, 1994)

 

Bercheux

Bêrtcheû

Copêres (F1)

Gros gueûs (Haust, 1941)

Rawiês  (grignoteurs) (Bourguignon, 1928)

Bèrtcheutiès

(Francard, 1994 )

Bergilers

B’djîlé

Aguèsses (Haust, 1941)

 

Berguème

Bèrguème

Cwarbâs (Francard, 1994 ; cwèrbâs (F1, Haust, 1941))

 

Bérismenil

o Mwin.ni

Hozês (houseaux) (Marquet, 1966)

Wéwés (Copin’Oufa – 21/04/01)

 

Berloz

Bièrlô

Bèdots (Haust, 1941)

 

Bernimont

Bèrnîmant

Cus d’ bignon (tombereaux) (Guillaume, s.d. ; Mouzon, notes ; -bégnon (Dico, 2005, 21))

Cus d’ corbiån (culs de corbillon / corbeilles) (VW, 1967)

Cognès(Dico, 2005, 21)

(Mouzon, notes ;  VW, 1967 ;Dico, 2005, 21 ; Dico, 2005, 31 ; Guillaume, s.d)

 

Bertogne

Bièrtogne

Lêds Tchins (Edouard Ries (Bertogne))

Baloûjes (Edouard Ries (Bertogne))

Tchins (Marquet, 1966 ; Haust, 1941; Dico, 2005, 5 ; Francard, 1994)

J. Haust donne Tchèts qu'il a noté à Mabompré (Engreux). (Marquet, 1966)

 

Bertrée

Biètrêye

Poûrîyès Dorêyes (O0)

 

Bertrix

Bèrtrè

Baudèts (Doppagne, 1953)

Bèrtrijots

Beuzet

Beûzèt

 

Buzètîs (F1)

Beyne-Heusay

Bin.ne-Heûsê

Bouroutes

Coupèrous

C(ou)rouboutîs

Clawetîs

Cous d’ Beûr di Bêne

Bênetîs

Bierghes

Bièrgue

R’vindeûs d’ sints

Mindjeûs d’ laurd d’ Amèrike

 

Bierwart

Bièrau

Chébichants ? (F1)

Chêbis (Haust, 1941)

Bièrautîs

Biesme

Bieume

Bèdaudîs(F1)

 

Biesmerée

Bièmeréye

Pèlots

Pèlés (F1)

Bièmèrwès (Léonard, 1972)

Biesme-sous-Thuin

Bième

Byin.neûreûs (O0) 

Chitoûs

 

Bièvre

Bîve

Canés

Pèle-panses

 

1 Bîvî, Bîvoté / Cu d'pourcê /  Pèlé mitchot / Rosti gadot / Qui vint trin.ner ta panse / Su l'pont d’ Tament                     

(cul de pourceau, brioche pelée, chevreaux rôtis)

2 Bîvî, Bîvot / Pèlé mitchot / Pèlé gadot. (Wallonia  X)

(Doppagne, 1953)

Bîvîs, Bîvotés     

Bihain

Bihin

Bihain, Regné, Fraiture : lès Cisses du là-hôt (Dico, 2005, 42)

 

Mot utilisé pour désigner un habitant du village voisin : Cawê : lès _s d’ Bihin, lès _s d’ Otré : terme (anc.) de mépris > (actuellement : personne, type) (Habay, s.r.)

 

Binche

Binche

(anc. Bince (O0))

In Binchou, c'est quelqu'un qui veut vous tromper sur la qualité d'une marchandise. (Yernaux-Fiévet)

 

Payis dès Baudèts

Baudelîs

Savetîs

Cossons

Martchands d’ ochas / lokes

Plautelètes

 

Gn-a trwès mile djins d’vins Binche sans comptè lès stropiès.

I diaureut bin dîs mile, dj’ pinse, si on comptèt lès baudèts.

Binchoû(te)s (Bastin, 1965 ; Haust, 1941 ; O0)

Bioul

Biou

Grossès Tièsses

Rachisses

Bioutîs (Haust, 1941)

Biron

Bîron

Baudèts (Bourguignon, 1928)

 

Bizory

B'jôri

Tâtes â riz (Dico, 2005, 4 ; Francard, 1994)

 

Blandain

Blandan

Grosses Tiètes (Haust, 1941)

 

Blaugies

Blaujî

Sots (Haust, 1941)

 

Bleid

Blèy

Panîs (paniers) (Bourguignon, 1928 ;  -is : Dico, 2005, 43)

On rattache toujours à ce mot le nom de la localité de façon à obtenir l'expression Pani d' Blé. Ce blason s'explique donc par un jeu de mots.

Mèkions (méteil)

C'est la forme sous laquelle on cultive le blé dans le pays.

Abrunés (ergotés, tachés) (Bourguignon, 1928)

Mèkions abrunèys (Haust, 1941)

L'ergot est une maladie du seigle, rune des deux céréales constituant le méteil ou metillon, la seconde étant le froment. Dans la pratique. on associe le plus souvent les deux derniers blasons. de manière à obtenir le spot «Mékions abronés» ou méteil ergoté, de peu de valeur.

Soyètes (petites scies) (Bourguignon, 1928 ; Dico, 2005, 43)

Cette appellation s'applique aux femmes de Bleid, qui ont la mauvaise habitude de poser sans cesse des questions. (Bourguignon, 1928)

 

(Bourguignon, 1928 ;  Dico, 2005, 43 ; Fouss, s.d.; Haust, 1941)

 

Bleret

Blèrèt

Tådrous (Haust, 1941)

 

Bodange

Bodindje

« A Holindje, li diâle î spindje,

A Bodindje, li diâle î mindje. »

(A Hollange, le diable y dépense* (NDLR : spindjî : teiller (le chanvre, le lin))  ; à Bodange, le diable y mange). (Bourguignon, 1928 )

Ceci paraît signifier que si le diable perd son temps à Hollange, il est, au contraire, très bien accueilli à Bodange. (sic) (Bourguignon, 1928 )

 

(Bourguignon, 1928 ; Dico, 2005, 13)

Biedecher

Boelhe

Bôye

Ågnes (Haust, 1941)

 

Boeur

Beûr

Crapôds (Dico, 2005, 19)

 

“Dji vin d’ Beûr èt dj’ a co seû.”

(jeu de mot avec “beûre”= boire) 

 

Bohan

Bôan

Bohas (Bohan prononcé avec la dénasalisation locale (Petit, 2000) ; -âs (F1))

Clauteûs (cloutiers)

Bohan  fut  un  centre  de  l'industrie  cloutière  jusqu'au  XXe siècle.

Ma cu (à Bohan le possessif masculin mon se dit ma  comme pour le féminin.  Les indigènes disent donc ma cu pour  mon c.)

Ma tabac (de mon tabac) (Petit, 2000 )

Bo.inots (Bourguignon, 1928)

Bôwiné,   Bou-iné,    Bôyiné (Doppagne, 1953) ; Bôhinot (Lucy, 1999)

Boirs

Bwêr

 

Bwèrês; Bwèrkègns (Haust, 1941)

Bois-de-Breux

 

Leûps

 

Bois-de-Lessines

Bos-dè-L’ssine

Dânés

 

Bois-de-Pontisse (Herstal)

 

Leûps

 

Bois-du-Ry (Rendeux?)

Bwès-do-Ri

« A Marcoûrt, li djâle î coûrt

A Macray, li djâle î brêt

A Djupèye, il î marèye sès fèyes

A Warizi, il î marèye sès fis.

A Bwès-do-Ri, i toume li cou â ri. » 

(à Warizy) (Dico, 2005, 33)

 

Bolland

Boland

Leûps

 

Boncelles

Lès Boncèles

Payis dès Moûdreûs

 

Boneffe

Bounéve

« Êve èt Bounêfe, Ènèfe èt Borlé sont qwate viyèdjes bin noumés. »

(Noté à Vaux-Borset, Jehay-Bodegnée) (Haust, 1941)

 

Bonnerue

Boneru

Surus (Dico, 2005, 19; Haust, 1941)

Sèrus

Gros Cous (gros derrières) (Bourguignon, 1928)

 

Bonneville

Boune-Vîye

Leups  (F1)

 

Borinage

Borinâje

Tiètes d’ houye

 

Bornival

Bornivau

Blancs Bastons (Coppens, 1959)

 

lès cyins ou lès djins d’ Bournivau (Coppens, 1959)

Bosfagne

Bôsfagne

 

Boûs d’ fagne (hab. riverains de la fagne depuis Xhoffraix jusqu’à Bosfagne) + (Francorchamps (de la part des hab. de Stavelot), Jalhay (de la part de ceux de Verviers)) (Bastin, 1939)

 

« A Bôsfagne, lès boûs deu Fagne. » (Pinon, 1994)

« A Bôsfagne, lès greus boûs d' Fagne. » (Pinon, 1994)

 

Bouffioulx

Boufioû

« A Boufioû, on va s’ fé r’fonde. »

(car c'est la commune des fours à pots) (Yernaux-Fiévet)

 

Bouge

Boudje

Baloûjes  (F1)

Moyas (Haust, 1941)

 

Bougnimont 

Bougnimont

Camimiches (Mouzon, 1981)

Cus d’ pouchelon (derrières de cochons) (Guillaume, s.d.)

 

Bouillon

Bouyon

Lutons (habitants du faubourg de Laite.)

Mikelèts (aux habitants du quartier qui s'étend le long de la rivière)

Bouyounîs (Bouyounîres) (Twisselmans) ; Bouyonîs (Bourguignon, 1928)

Bouny (Romsée)

å Bounî

Holandès (Bou(g)ny : Holande)

Holandès dè l’ pêlèteHolandès dè crama

 

Bourcy (Bastogne)

Borci

Cous d’ bari (culs de baril)

(Francard, 1994 ; Bourguignon, 1928)

Ce blason est dû à la facilité de la rime. (Bourguignon, 1928)

 

Bourlers (Chimay)

 

Tchats (chats) (O0)

 

Bourseigne- Vieille

à l’ Pitite-Boursègne

Awês (houes)

Tièsses d' awês (Doppagne, 1953)

Awés (F1)

Sobriquet dû à la prononciation locale du mot « oui ». (Bourguignon, 1928)

Boursignots           

Bourseigne-Neuve

à l’ Grande-Boursègne

Lètcheûs d' casseroles  (lécheurs de casseroles)

 

Boussu(-lez-Mons)

Boussu

Cus tout nus

 

 

Boussu-en-Fagne

Boussu-è-Fagne

Chikeûs (Tch- (Lépine,1972,10))

 

Boussu-lez-Walcourt

Boussu

Crons Cus (Lépine, 1972, 8)

 

Bousval

Bousvau

Djîles

 

Bouvignes

Bovègne

Houlotes

Mougneûs d’ a (F1 ; Haust, 1941) 

Mougneûs d’ pwès

Rapècheûs d’ curîye au pont d’ Djivèt

 

Bovenistier

Bômistî

Boûs

Canårîs

 

Bovesse

Bovèsse

Fons (fous) (F1)

 

Bovigny

Boveni

On se moque surtout du parler « sâmiot », salmien, propre à Vielsalm, Petit-Thier, Bovigny, et dont une caractéristique essentielle est la finale –û (pour -eû).

Aussi a-t-on rassemblé le plus de mots ayant cette finale dans la rimaille suivan­te :

« I fêt frûd, èt rûd dès dûts, on magnerût bin du l' sope âs pûs, d’vins on cramû, à l' cwène do fû. »

(Il fait froid, et raide, des doigts, on mangerait bien de la soupe aux pois, dans un crameû , au coin du feu.)

Cf l'expression:

I fêt freûd, dj'a lès deûts si reûds : il fait froid, j'ai les doigts si raides (endoloris).)

On crameû est une terrine en terre cuite qui, anciennement, servait pour cra­mer l' lècê (écrémer le lait). La fermière séparait la crème du 'lait à l'aide d'une cuillère. (Lejeune, 1974)

 

Braine (sans d’autre précision)

Brin.ne

 

Brin.noûs ou Brinwès (f. –e)(Coppens, 1959)

Braine-l’Alleud

Brin.ne-l’Alieu

 
 

Brin.nous ou Brinwès (f. –e) (Coppens, 1959)

Braine-le-Comte

Brin.ne

Queuwètes

 

 

Brin.noûs ou Brinwès (f. –e)(Coppens, 1959) ;

Brin.nous (O51)

Bras

(Libramont)

Brau

Papas (Guillaume, s.d. ; Grands _ (Bourguignon, 1928))

Capéres

 

Bras (Bastogne)

Brâ

Vèrâts (verrats) (Dico, 2005, 4 ; Francard, 1994)

 

Bras-Menil

Brå-l'-Min.ni

Grîsès Boudènes (Haust, 1941)

 

Bray

Bré

Sablonîs
Baudèts, Baudelîs (Haust, 1941)

 

Bressoux

Brèssou

Zoulous (Haust, 1941)

 

Briscol 

Brîhe-Cô

 

Briscotîs (Dico, 2005, 11)

Brisy

Brîhî

 

Briyotîs (Haust, 1941)

Brye

Brîye

Batas

Calotes di Prussyins

 

Buissonville

Bouchonvèye

Chinârds (Haust, 1941)

 

Bure

Bûre

Cabossîs (entêtés) (Haust, 1941 ; Petit, 1987)

Cabochârds (Petit, 1987)

 

Buret 

Burèt

Bèrwètîs (Dico, 2005, 19)

 

Burnon

Beurnon

Cus d' poçons (culs de petits récipients pour boire) (Francard, 1994 ; Bourguignon, 1928)

Beurnotîs (Francard, 1994)

Burtonville

Beurtonvèye

Neuville, Cahay, Burtonville : Pûres (Dico, 2005, 42)

 

Bustiau (Ghlin)

 

Mouchârds

 

Buvange

Béiwen

Gierden (long manche du fléau qui sert à battre le blé)

Les natifs de Wolkrange sont affublés, par contre. du surnom de « Kleppelen » ou gourdins. Ce mot désigne cette fois plus particulièrement la volée du fléau dont on frappe l'épi. (Bourguignon, 1928)

 

Buvrinnes

Buvrinnes

Buveûrs dè sûr

 

Buzenol

Bujenau

Tamakusses

Quand les habitants veulent s’excuser de quitter une compagnie : «  L’ tâps m’ acuse » (le temps m’accuse) (Fouss, s.d.)

On assure que les gens de Buzenol se dérobent tou­jours, sous ce prétexte, à l'obligation de rendre la politsse à ceux qui les régalent au cabaret. Le terme de « Tamakusse » a donc le sens de : regardant, avare, intéressé (Bourguignon, 1928)

 

Buzet (Hainaut)

Bûzèt

Martins (F1)

Buzelotîs (O0; O5)

00:10 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

C

Cahay

Cahê

Neuville, Cahay, Burtonville : Pûres (Dico, 2005, 42)

 

Cambron-Casteau

Cambron-Castiau

Cus à puch

 

Cambron-St-Vincent

Cambron-Sint-Vincent

Mindjeûs d’ pwâres

 

Carlsbourg

Calsboûrg

Wèsses (guêpes) (Doppagne, 1953 ; Bourguignon, 1928)

Quawés (pourvus d'une queue) (Bourguignon, 1928)

Tayans (Haust, 1941)

 

Carnières

Cargnére

Rascourcis (Haust, 1941 ; Henri Duval (Morlanwelz))

Sots (O5)

 

Cendron (Momignies)

 

Marauds

 

Cens (Tenneville)

Cins’

Grawiètes (tisonniers) (AO2 ; Dico, 2005, 39)

Bascolètes (AO2 )

J.   Haust   donne Bascolètes (belettes). (Marquet, 1966)

Cramiètes

Cramions (Francard, 1994)

 

Cerfontaine

Cèrfontène

Sabotîs (Lépine, 1972, 8)

 

Céroux-Mousty

Cërou-Mousti

Bièrdjîs

 

Cetturu

Cèturu

Surus (Francard, 1994)

 

Chairière

Lè Tchèrîre

Quawés (pourvus d'une queue) (Doppagne, 1953 ; -ès (F1)) 

Terme que  les  indigènes  appliquent  généralement  à  un   incon­nu : « Quî èst-ce co, ç' quawé-la ?

Grande-Chairière :    Deutchîs

Petite-Chairière :      Impériaus

Litt.  duchés  et impériaux  parce que la  limite  d'Empire  séparait ces deux parties  du  village. (Doppagne, 1953)

Tchêriots

Champagne

Lu Tchampagne

Cous d’ aragne

« O l' Tchâpagne, lès cous d' aragne. » (Pinon, 1994)

 

Du pays de Waimes et du pays de la Fagne:

«  A Wéme, queu l’diâle lès péne (peigne)!

O l’ Roue, leu diâle n’i pout.

A Stinba, lès greûs baras (béliers)

A R’monvâ, lès neûrs digâs (purins)

è Tîrimont, lès mouhis strons (mouhi: moisi)

èn-Ondinvâ, lès tchéns vont d’hâs (déchaux)

A Fêmonvèye, lès d’hitées fèyes.

A Geûzêne, lès gueûyes deu rênes (grenouilles)

O l’ Tchampagne, lès cous d’aragne.

è Libômont, lès bons flèyons (tartes). »

(Bastin, 1939, 52)

 

Champlon 

Tchimpion(-Ardène)

 

Tchimpionîs

Tchimpion erèsses (Francard, 1994; Dico, 2005, 39)

Champs

Tchamp

Foyants (taupes) (Francard, 1941)

 

Chanly 

Tchanli

Cus d’ gades (Dico, 2005, 44)

 

Chantemelle 

Tchanteméle

Zoulous (Dico, 2005, 12 ; Bourguignon, 1928

Miélîs (Dico, 2005, 12)

Sarazins (désignerait l’humeur peu sociable des habitants (Fouss, s.d.) ; Bourguignon, 1928)

 

Sarazins. La comparaison avec une population de race noire marque toujours, dans la province, l'humeur insociable et hargneuse que l'on prête aux habitants d'une localité. La culture, autrefois pratiquée, du sarrasin ou blé noir, n'a rien à voir en l'occurrence. On affirme cependant, dans la région, que les habitants de Chantemelle ont la peau plus brune que celle de leurs voisins.

Zoulous. Même explication que ci-dessus. (Bourguignon, 1928)

Miélîs (Dico, 2005, 12); Mièlîs (Haust, 1941)

Chapelle-lez-Herlaimont

L' Tchapèle

 

Tchapeloûs (O0 ; Haust, 1941)

Charleroi

Châlèrwè

Bourjwès (Yernaux-Fiévet) 

 

Châlèrwètîs = Chârwètî (anc.), Carolo (O0)

Charneux (Harsin) (Nassogne)

au Tchaurneû

« Tchaurnalî / Pê d'botchî / Qui tchît /  Podrî

lès-ansènîs ! »

( Tchaurnalî (habitant de Charneux), peau de boucher, qui chie derrière les tas de fumier.) (Blason, 1970)

Tchaurnalîs

Chassepierre 

Tchèssepîre

Sokèts (souches (Bourguignon, 1928) ; bûches de bois (pour marquer la sottise des habitants (Fouss, s.d.))

Tchèssepîraus (Bourguignon, 1928) ;

Tchèssepiraus (Haust, 1941)

Châtelet

Tchèslèt

(canton sud de _) Bèrjots (O0)

Tchèslotîs, -terèsses (O0 ; Haust, 1941)

Châtelineau

Tchèslinia

Pèleûs(Haust, 1941)

 

Chatillon

Tchèkion

Ramounîs ((Haust, 1941) ; marchands de balais (Bourguignon, 1928) ; fabricants de balais (VDE, 15/03/2005))

Guèrnouyîs (marchands de gre­nouilles (Bourguignon, 1928) ; marchands de cuisses de grenouilles (VDE, 15/03/2005))

Ces batra­ciens, fort nombreux dans les marécages du lieu-dit « Lagland », ont provoqué autrefois un important commerce.

Sablîs (marchands de sable) (VDE, 15/03/2005)

Petit métier local exercé par quelques individus. On en a étendu l'application à tous les habitants. (Bourguignon, 1928)

Piche-laciè (pisseurs de lait)

Tchikediès. Ce blason est emprunté au nom du bois dit «Tchikdé », dont la plus grosse partie est bien communal. (Bourguignon, 1928)

« G' nè lès djens d' Tchèkion qui sant abaubîs

Alleluia !

Abaubi deu ç' queu lès guèrnouyes n' a m’ veulu froyî. 

Alleluia ! » (Bourguignon, 1928)

 

« Ramounî, guèrnouyî,

Qui s' froyant lès pîds

Das la poucherîe. »

(Marchands de balais. marchands de grenouilles, qui se frottent les pieds dans les excréments du cochon). Même, lorsqu'ils sont à bout de patience, ils éructent:

 

« Tchike-diè, piche-laciè,

Ouve ta guieûye, djè tchirâ pliè.

(Tchikdié, pisseur de lait, ouvre ta gueule, je te la remplirai... à ma façon).

(à Meix-le-Tige) (Bourguignon, 1928)

 

Chaumont (Vaux-sur-Sûre)

Tchâmont

Pouchelons (porcelets) (Francard, 1994)

Tchâmonîs

Chêne (Léglise)

Lu Tchin.ne

 

Tchin.nés ? (Dico, 2005, 21)

Chênée

Tchênêye

Tchêye-nins

 

Chenet

Tchin.nè

Blancs Bounèts (Guillaume, s.d.)

 

Chenois

Tchanou

Mikelèts (Fouss, s.d. ; Dico, 2005, 43; Mitelèts (Otjacques, 2000 ; Bourguignon, 1928) ; Mètelèts (Bourguignon, 1928))

Réputés pour leur comportement querelleur, bretteur. (Otjacques, 2000)

Trochèts (involucres) (Bourguignon, 1928)

 

« Tchanou, les ouyes ! » (Chenois, les oies).

« À Chenois, les parts sont toutes faites " (plaisanterie faite aux alentours, à propos des galettes et du « tou-à-bras » (« rouyot ») de la fête à Chenois).

«  Quî passe à Latou sas-ète moké, va-t-à Paris sas débrider. » (réplique des gens de Chenois-Latour, pour se venger du surnom de « Mikelèts ») (Otjacques, 2000)

Tchanoutîs (Dico, 2005, 43)

Cherain

Tchèrin

 

Cherain, Mont-le-Ban, Mont-lez-Houffalize.

Toute cette région (le canton d'Houffalize) forme « lu payis dès coupêres » (le pays des compères). Le mot n'est plus compris par les villageois. Aucun élément ne permet d'affirmer que « cou­pêre » (compère) soit devenu synonyme de balourd, béotien, comme c'est le cas dans d'autres régions de Wallonie. Cependant, Haust cite également ces locali­tés [tandis que Hens cite celles du canton de Bastogne ]. (Lejeune, 1974)

 

Cheratte

Tchèrate

« Tchèratîs,

Magneûs d’ papî,

Dji lès prind po lès deûs pîds,

Dji lès djète à l’ valèye dè grinî. »

(Haust, 1941)

 

Tchèratîs

(Haust, 1941

Chevaudos 

Tch’vaudos

Gros Dos (Dico, 2005, 21 ; Mouzon, notes)

 

Chièvres

Chieuve

Boks
 
Cheuvreûs (Haust, 1941)

 

Chimay

Chimaî

Gades

Chitârds (Haust, 1941)

 

“I rît, i rît,

Come lès gades deu Paris

I braît, i braît,

Come lès gades deu Chimaî. »

 

Chiny

Tchini

Hotîs (porteurs de hotte) (Bourguignon, 1928)

 

Tchinots (petits chiens, roquets) (Bourguignon, 1928 ; Dico, 2005, 8 ;

Tchinots (Bourguignon, 1928; Delairesse-Elsdorf, 2004 ;  Haust, 1941)

Chisogne

Tchîsogne

Charognes (Haust, 1941)

 

Chôdes

Tchôde

« Âs Tchôdès vôtes. » /-t-/ (Pinon, 1994)

 

Cielle

Cièle

Andjes (AO1 ; Marquet, 1966)

Ce spot est provoqué par le rapprochement des mots « anges » et « ciel ». (Bourguignon, 1928)

Chêlons (récipients de cuisine) (Marquet, 1966)

 

Ciney

Cînè

Mougneûs d’ sayin
Bourjwès (Haust, 1941)

 

Ciply

Cipli
Moneûses (Haust, 1941)

 

Clerheid 

Clér-Hé

 

Clérhotîs (Dico, 2005, 11)

Clermont-sur-Berwinne

Clérmôt

« Mèrde aus Gnègns !

Vîve lès Clérmonîs !

Lès Bambous sont rècourous,

Lès Clérmonîs l’s-ont rètchèssî ! »

 

cf Thimister-Clermont

Clérmonîs (Haust, 1941)

Cobreville 

Cobrêvèye

Tchoke-fièrs (Dico, 2005, 41; Francard, 1994)

 

Cobru

Cobru

Surus (Dico, 2005, 4 ; Francard, 1994

 

Cointe (Liège)

Cwîte

Tchêye-è-l’êsse
Tchèye-è-Moûse

 

Comblain-au-Pont

Comblin-å-Pont

 

Lognârds (du comté de Logne (Hamoir, Ocquier, Comblain-au-Pont, Louveigné)) (Bastin, 1939)

 

Commanster

C'manstèr

Houlètes (Fourgon, 1999)

 

Compogne

C’pogne

Mougneûs d’ tchins (mangeurs de chiens) (AO1 ; Dico, 2005, 5 ; Marquet, 1966)

F’jeûs d’ ramons ((Francard, 1994) ; F’j- (Dico, 2005, 5 )

 

Coo

Cô (â _)

Brèyâs (braillards) (AO1)

Côy’tês

(Bastin, 1939, Haust, 1941)

Corbion

Côrbiyon

Cocoyes

Qui raille le renforcement du mot « oui » par l'adverbe « encore ». Les habitants du lieu ont coutume, dit-on. d'affirmer énergiquement « Je dis oui et encore oui ». en wallon du terroir « Dj' di qu' oye èt dj' dis co qu' oy ». (Bourguignon, 1928)

Côrbiounîs / Corbiyots

(Twisselmans, p.165);

Côrbeulots (Dico, 2005, 7) ;

Corbeulots (Haust, 1941)

Cornimont (Oizy)

Cwarnîmont

Turbèts (Teur- (Bourguignon, 1928)) (houes)

Outils servant à l'arrachage des mauvaises herbes et des pommes de terre et possédant deux ou trois dents. On prononce en gaumais « tchèrbieu », à Sugny, «teurbèt ». (Bourguignon, 1928)

Cwârnibotés ((Doppagne, 1953) , -ar- (VA 28/08/04)) ;      Cwârnimounés

(Doppagne, 1953) ; Cwèrnibotès (F1)

Corroy-le-Château

Corwè

Faîsans (F1)

 

Cortil-Wodon

Corté- Wodon

 

Cortizyins

(Haust, 1941)

Couillet

Couyèt

Mindjeûs d' cras bouya (O0)

Coûyetîs (Haust, 1941)

Courcelles

Coûrcèle

Way-ways
 
« Lès _an(y)s, c’èst dès mindjeûs d’târte à 2 man(y)
s. » (Haust, 1941)

Coûrcèlangns (Bastin, 1965) ; Cour- (O0)

Cour-sur-Heure

Coûrt

Bîdaudus' (O0) (-dous' (Haust, 1941))

Coûrîs

Courtil 

Courti

 

Courtiwès (Dico, 2005, 22)

Court-Saint-Etienne

Cout (Sint-Stiène).

Sots (fous) (Haust, 1941)

 

Cousteumont 

Cousteûmånt

Bètcheûs d’ crin.me (lécheurs de crème)

(Dico, 2005, 31 ; Contact, 1986 ; Mouzon, notes)

 

Couvin

Couvin

Chitârds è l’ êwe (F1)

 

Crehen

Crèhin

« A _, lès målès djins. » (Haust, 1941)

 

Creppe

Crèpe

Vês (veaux)(Haust, 1941)

Boûs (bœufs) (Haust, 1941)

Crèpetins, - lins

Croix-lez-Rouveroy

èl Croûs

 

Croûjîs (O5)

Crupet

Crupèt

« C’ èst come lès coméres di Crupèt, qui parètenut miau d’ au lon qui d’ tot près. »

Crupètîs (Haust, 1941)

Cuesmes

Cwême

Bèrnatîs

Djins d’ brin

 

Cugnon 

Keugnon

Keugnèts (coins) (Defosse)
Keuyès(Dico, 2005, 6 )

Keugnotîs (Haust, 1941)

Curfoz 

Curfô

 

Kêrfautîs (Dico, 2005, 7 ; Twisselmans, p.165)

Custinne

Custène

Makeraus (Haust, 1941)

 

00:09 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

D

Dailly

Dayi

Oulènes (Lépine,1972,10 ; Haust, 1941)

 

Dairomont

Dêrômont

Pîwitches (Haust, 1941)

 

Dalhem

Dålèm

Feûs d’ pochètes

 

Dampicourt

Dampîcout

Grandes Halètes (grandes coiffes) (Bourguignon, 1928) 

Ce sobriquet est donné à la population féminine seulement. Les halettes étaient des coiffes de toile dont le sommet est rendu assez rigide par des languettes de bois léger. Elles recouvraient parfaitement la tete et préservent les travailleuses des champs des morsures du soleil.

Pîkous (outils du chanvrier) (Bourguignon, 1928 ; pî- (Haust, 1941))) 

Instrument en forme de pieu muni de deux pointes servant au teillage du chanvre. La rime parait avoir été l'occasion de ce surnom, qui doit sans doute quelque chose aussi à l'industrie exercée jadis par une partie de la population.

Récoussètes (instrument servant à broyer le chanvre)

(Bourguignon, 1928) 

 

Dampremy

Dârmè

Sots
Durs min.nès

 

Daussois

Ddausseu

Malots (Haust, 1941)

 

Dave

Dauve

Tèteûs

 

Il èst bon po Dauve. » (F1)

 

Daverdisse 

Davedisse

Cosins (cousins) (Dico, 2005, 9 ; Bourguignon, 1928 ; Cou- (Haust, 1941) )

Les naturels de l'endroit, pour conserver la jouissance exclusive de leurs bie.ns com­munaux, ne contractaient guère que des mariages con­sanguins.

(Bourguignon, 1928)

 

Deigné

Dègné

Tchèneleûrs

 

Deulin 

Deûlin

Ponas (Dico, 2005, 18 ; Haust, 1941)

 

Dinant

Dinant

Copêres (Haust, 1941 ; -ères (Doppagne, 1953))

 

On dit encore :

« In-n-ètèremint d' Dinant. » (Yernaux-Fiévet)

 

Tchoupères  (Bastin, 1965)

Dinantès

Dinez

Diné

Dânés (Copin’Oufa – 21/04/01; Francard, 1994 ; Dico, 2005, 19)

Dan.nés (damnés) (J. Haust, repris par Marquet, 1966)

 

Dison

Dîson

Compagnons dè zék 

 

Dohan 

Dôan

 

Douantîs (Twisselmans, p.165)

Doische

Dwèche

Cayaus (O0 ; Lépine, 1972, 10)

 

Dolembreux

Dolimbreû

Bleûs-Oûys(AO (s.r. 1/ ou 2/1999)

Payis des Roys

 

Doncols (Grand-Duché)

 

Leûps (loups) (Francard, 1994)

 

Dorinnes

Dorène

Mougneûs d’ rukes (Haust, 1941)

Pwarteûs d’ bigau

 

Dour

Doû

Nwars Talons

 

Dourbes

Dourpe

Coulèvrots (F1 ; O0

Coulèves (Lepine, 1972, 9)

 

Dréhance

Drouwance

« A Drouwance, il ont dès cus come dès banses. »

 

Durbuy

Dèrbu

Bordjeûs (AO1)

Monsieûs d’ Dèrbu (AO1)

P'tits Jésus (avec le sens de petits saints, hypocrites (Bourguignon, 1928))

 

« A Grand’han, c’ èst tos fênèyants,

A Dèrbu c’ è-st-on p’tit Jésus,

A Barvê, c’ èst tos macrês (sorciers). » (Dico, 2005, 10)

 

Durnal

Durnal

Pa(w)aus (Haust, 1941) (Pa.aus  (F1))

 

 

00:09 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

E

Ebly

Eblî

Leups

 

Mindjeûs d' brîe (mangeurs de brouet, de pape d'avoine) (Bourguignon, 1928 ; (mangeurs de trempinettes) Dico, 2005, 21)

Ce blason est la conséquence obligatoire de la rime.

 

Mindje-brîes (mangeurs de trempinettes) (Dico, 2005, 21)

 

Mougneûs d’ brîe (Mouzon, notes)

 

Ecaussines

Scaucènes (aus-Escaucènes)

NB Aux deux Ecaussinnes = aus-Èscaussènes (Haust, 1941) 

Mindjeûs d’ porèye  

Cus à poussières : habitants du quartier d’Ecaussinnes-Carrières

Scaussinoûs

Ecaussinnes d’Enghien

Scaucène

Sots

 

 

Eghezée

Inguèzéye

Vantârds

 

Ellemelle

èl mèle

Nånås ou Gnågnås (Haust, 1941)

 

Ellezelles

à l’Zîle

Martins(Haust, 1941)

 

Enghien

Inguî

Steflatten

 

Engreux

En'grè

Rayîs (taons) (Marquet, 1966)

 

Ennal

Ènale

Pètalîs (Fourgon, 1999 ; Haust, 1941)

Gades (anc.) (Fourgon, 1999)

Ènnalîs (Dico, 2005, 42)

Epinois

Spinoû

Sots

 

Eprave

 

Èprâve

Chovelètes (Carrozza, 1998)

Ayès Ce blason raille la manière dont les habitants prononcent le mot « oui ». (Bourguignon, 1928)

 

Erbault

Èrbau

Sots (F1)

 

Ernage

Èrnadje

Bèguiaus (F1)

Coutelîs

 

Erneuville

à ‘Rnuvèye

Chafions (bousiers)

Le même sobriquet s'applique aux habitants de Mageret (dép. de Wardin). (Marquet, 1966 ; Haust, 1941)

 

Erquelinnes

à ‘Rkèlène

Cabots, Chabots

 

Erquenne

Èrkène

Chitoûs

 

Escanaffles 

Ecanafe

Roujes bonèts

 

Etalle

Ètaule

 

Etaulîs (Dico, 2005, 12)

Ethe

Iéte

Cassîdjes (, -iédjes) (« qu'en sais-je?») (Haust, 1941 ; Bourguignon, 1928)

Ce mot raille la manière dont la popu­lation prononce l'expression «Qu'en sais-je?». qui se dit ordinairement «Qu' èst-ce que dj’ a sé » dans la région (Bourguignon, 1928)

Etiopyins

Roussias (roux) (Bourguignon, 1928)

Allusion à la chevelure de œrtains habitants.

Toufayes (mangeurs de pommes de terre à l'étuvée (toufaye))

Les natifs de l'endroit protestent contre ce surnom, qu'ils prétendent appliquer à leurs voisins de Saint-Léger. (Bourguignon, 1928)

Toufayes (pommes de terre étu­vées) (Bourguignon, 1928)

 

« A-y-ète, is sant tous’ braves èt honiètes.

A Biémont, il n’ i èn è pont. »  (Dico, 2005, 43)

 

Eveux 

Èveû

Veûletîs(Dico, 2005, 11)

 

Evrehailles

Baye

Cayeûs d' Baye

Probablement en raison de l'emploi abusif qu'ils font du verbe « cayî » (lancer, mettre violemment) qui est généralement senti comme grossier. On leur aurait attribué aussi le nom d' « adoreûs d' plin tchant », parce qu'ils chantaient toujours des cantiques même en rue et dans la campagne. En outre, pour se moquer d'eux, les gens d'Yvoir disaient anciennement :

« Si l' goyète dèbordeut, tot Baye pèrireut! »

Sans doute une manière de dire que les gens d’Evrehailles se noyaient dans un verre d’eau ? En effet, la « goyète » n’est qu’une fontaine située dans le haut du village ; rien de comparable évidemment avec les inondations de la Meuse qu’Yvoir devait subir régulièrement. (Germain, 1980)

 

Cayeteûs (F1) 

Bayetîs (Germain, 1980)

00:09 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

F

Falaën

Falayin

Pansârds

 

Falisolle

Fârjole

Tètârds (O0 ; F1)

Gatîs (Haust, 1941)

 

Falmagne

Falmagne

Panses d’ aragne (Haust, 1941)

Tièsses d'aragne (tête d'araignée) (Bourguignon, 1928)

 

Falmignoul

Falmignoûl

Botroûles (Haust, 1941)

 

Fanzel 

Fanzé

Fandronîs (Dico, 2005, 11)

 

Farciennes

Faurcène

Cache-musètes

 

Fauvillers

Fêviè

Fêt s’ pakèt

On peut aussi y trouver une allusion au fait que de nombreux habitants quittent la contrée pour aller résider dans les villes et surtout à Paris. Ces personnes reviennent au pays natal après avoir fait quelques économies.

 

« A Fêvièt, li diâle î fêt s’ pakèt. » (Bourguignon, 1928)

 

Faymonville

Fêmonvèye

Turks

Les habitants du village de Faymonville, commune de Waimes, sont appelés les Turcs depuis des temps immé­moriaux. Jadis, c'était peut-être péjoratif. A présent, ils semblent plutôt en être fiers, revêtant volontiers les atours de l'empire ottoman. Au carnaval, bien sûr. Je suppose qu 'un jour, il y a très longtemps, quelques habitants de Faymonville se sont rendus en Turquie. A présent, des vacances sur le Bosphore, c'est assez courant. Jadis, cela avait des allures d'expédition.

(Propos de Freddy Haot recueillis par Julien Verstraelen)

II est fort rare que tout le monde se retrouve d'ac­cord autour d'un blason populaire. De toute évidence, une telle appellation nourrit l'imaginaire. Ainsi Yves Bastin, dont les sources sont toujours très sérieuses, donne une tout autre origine aux Turcs de Faymon­ville : "Ce village relevait du duché de Luxembourg, ce qui aurait permis à ses habitants d'échapper aux collectes destinées à financer les guerres contre les Ottomans. D'où le surnom de Turcs donné aux habi­tants par leurs voisins. "(Hèyeûs, 2006) 

 

« Fêmonvèye, d'hitées fèyes. » (Pinon, 1994, Bastin, 1939)

 

« A Fêmon.vèye , lès bèlès fèyes. » (Pinon, 1994)

 

On se moque de la prononciation du dialecte par 1es Faymonvillois en ramassant en phrases que1ques mots aux sons perçus comme différents. C'est l'expression d'un certain sentiment de supériorité linguistique sur le voisin,

1. « Ôs', Moteut , sés' bé ceu qu' c'èst qu'on veuheû ? - On veuheû, c' è-st-one bièsse queu trawe leu teût , - queu towe leus poyes - èt qu' èlzeu seuce leu sang. »

(Oscar Wey en 1975, à Chôdes).

Le dialecte de Faymonville rend par « eu » (bref, fermé)  « la voyelle atone qui correspond à i en liégeois, à u en verviétois et en ma1médien, à « è » à Sourbrodt », constate Bastin, Vocabulaire, p. 539. Le système de correspondance est exagéré ici.

2. “Is l' hapont po l' mwèh'né, is l' foutont so s' rèhon èt v'là come is l' plotont.”

(Bastin à SLW avant 1914, à Waimes)

À remarquer que « le dia1ecte de Faymonvi11e ne connaît pas les voyelles nasales bien pleines », à ce qu'assure Bastin, 1 c. Le « mwèh'né » est « le rhume, le coryza", pris ici au sens métaphorique de « gorge ». Le « rèhon » est, en 1iégeois, « un panier ou une manne sans fond ». ici, il a le sens de « dos »; « ploter »,  battre, rosser. Noter, de plus, 1a désinence de la 3e personne du pluriel du présent des verbes. (Pinon, 1994)

 

Fays-Famenne (Sohier)

Fayé

Cosins (cousins)

Voir à l'article: Daverdisse. (Bourguignon, 1928)

 

Fays-les-Veneurs

ou Fayé

Fayisans (Dico, 2005, 32)

Fayijés, -ès (Haust, 1941), -ês (Defosse)

Felenne

Fèlène

Singlès (Haust, 1941)

 

Feluy

Fèlû

Chochons

 

noté à Ittre :

 « I pieût, i lût, lès sourciêres dans't-à Fèlû. »

(Il  pleut, le soleil brille, kle soricères dansent à Feluy.)

(O51)

 

Ferot 

 

 

Cf Fèrîre (Blason, 1970)

 

Ferrières

Fèrîre

« Fèrîre èt Fèro

Izièr èt Ozo

Toûr èy Loh'ré

In.ne dizos Hé

Poutche so l' tièr

Vo-te-là à Viyé ! »

(Ferrière et Ferot, Izier et Ozo, Tour et Loheray, Aisne­ sous-Heyd, saute sur le «thier» ; te voilà à VilIers (Sainte-Ger­trude).)

 

« Fèrîre èt Fèro

Izièr èt Ozo

Lès qwate pus mâvas viyèdjes

Qu' i-n-âye inte l' Ardène èt l' Condro ! »

(Ferrière et Ferot, Izier et Ozo : les quatre plus mauvais villages qu'il y ait entre l'Ardenne et le Condroz!) (Blason, 1970)

 

Fexhe-Slins

Fèhe-Slin

Fexhe-Slins, Glons : Payis dès tchapês d’ paye

 

Filly 

Fèyi

Cwarbâs (corbeaux) (Dico, 2005, 19)

 

Fize-le-Marsal

Fîse- Mårsale

(Fize : ) Vês

(Fize : ) Nom-di-Djoûs (Haust, 1941)

 

Flawinne

Flawène

Gozètîs (F1)

Gozètes (Haust, 1941)

 

Flémalle-Haute

à l’ Haute-Flémâle

Wiyin.mes

 

Fléroux

Flèroû

Cwèrbås (Haust, 1941)

 

Fleurus

Fleûru

Djans (Les Fleurisiens ont l’habitude de se saluer par un « Bondjou _ ! » (O0))
Mougneûs d' boû (mangeurs de bœufs)(O0)
Mokeûs d’ djins, Fouteûs d’ djins

 

Flobecq

Flôbèk

Cossignies

Flahutes

 

Flohimont

Floyémont

Fo(u)yons (taupes) (Mouzon, notes ; Guillaume, s.d.)

 

Floreffe

Florèfe

Monsieûs (Haust, 1941)

 

Florennes

Florène

Bèrdjots (Lépine, 1972, sn)

Quartier de la chapelle Saint-Pierre : Pètârds (F1)

 

Florenville

Floravile

Florentins (Haust, 1941)

 

Fontaine-l'Evêque

Fontène

Clawetîs  (cloutiers) (O0)

 

Fontaine-Valmont

 (cf Pinon - Bourdon)

Bourdonîs (P1)

 

Fontenoille

Fontenwale

Gadots (Haust, 1941 ; Massonnet, ; biquets chevaux (Fouss, s.d.))
Bèssenîs

 

Fontenoy

Fontenû

Chikeûs

 

Fooz (Awans)

Fous(Haust, 1941)

Plats dos  

« A Fô lès fous, l' pus malègn s'a pindou! » (Haust, 1941)

 

Forchies

Forchî

Fôrtchiyeûs (Yernaux-Fiévet)

 

Forêt (prov. Liège)

Forèt

Sibèryins

 

Forrière

Forîre

Fènèsses (Haust, 1941)

Ivraie, fenasse, grandes graminées , tiges grèles que l'on rencontre surtout dans les taillis, herbe folle ou de peu de valeur. Le mot désigne par extension une chevelure rare et mal peignée. (Bourguignon, 1928)

 

Forzée

Fwarzéye

Tchitchaus (F1)

 

Fosse (Trois-Ponts) 

Fosse

Pîwitches (Dupont-Soubre, s.r.)

Fossîs

Fosse = ?

Fosse

Bos (Haust, 1941)

 

Fosses-la-Ville

Fosse

Chinèls

 

Fouches

Affen

Biesemsbännerer (lieurs de balais)

Ce blason s'est étendu à toute la population et lui est encore appliqué aujourd'hui.

 

Affener Weyer (étang de Fouches)

Cet étang serait, assure la tradition, le rendez-vous des célibataires des deux sexes qui. même après leur mort. reviendraient crier sur ses bords « Piwitch,  Piwitch ! », à l'instar du vanneau. dont ils prendraient l'aspect pour la circons­tance. On fait parfois allusion à cette particularité d'ans la conversation et il n'est pas rare d'entendre accueillir un vieux garçon par les mots familiers: «Wéi ass et, Affener Weyer ? » (Quelles nouvelles, étang de Fouches ?) (Bourguignon, 1928)

 

Fouleng

Foulé

Martchands d' mèrde

 

Foy

Fwè

Pîwitches (vanneaux huppés) (Francard, 1994)

 

Frahan

Frauan

Par ironie, les habitants des villages voisins pro­noncent d'une manière un peu différente le nom de cette localité. Ils disent parfois « Frauyan », pour évoquer l'idée des gerçures douloureuses qu'engendre le frottement de la selle contre les cuisses du cavalier.

Tchacaus (chabots, petits poissons à grosse tête qui vivent dans les rivières ardennaisese)

Frahan est situé dans une boucle de la Semois.

(Bourguignon, 1928) 

 

(de Frahan à Rochehaut)

« Rotcholîs, panses deu gadelî !

Frau.inot, panse deu gadot ! »

Frauhantîs (Twisselmans, p.165) ; Frau.inots

 

 

Fraire

Frêre

Cous' (terme amical (O0) (de cous’ (cousin) ; Lépine,1972, sn)

 

Fraiture

Frêteûre

Bihain, Regné, Fraiture : lès Cisses du là-hôt (Dico, 2005, 42)

 

Frameries

Framerîye

Séjes (singes) (Haust, 1941)

Fram(er)isous

Framont

ou Fraumont

 

Fraumontîs (Haust, 1941) ; Fraumounîs (Defosse)

Franchimont (Philippeville)

Frantchimont

Spavins ((les étrangers venus habiter ce village affranchi ( ?)  étaient des espaves ou aubains (O0))
Djins (Lepine, 1972, 9)

 

Franchimont (prov. Liège)

 

Vèrts vantrins

 

Francorchamps

Francortchamp

 

Boûs d’fagne (hab. riverains de la fagne depuis Xhoffraix jusqu’à Bosfagne) + (Francorchamps (de la part des hab. de Stavelot), Jalhay (de la part de ceux de Verviers)) (Bastin, 1939 ; Haust, 1941)

 

Franc-Waret

Franc-Warèt

Francs-Omes

Mougneûs d’ riz (F1)

 

Frasnes-lez-Couvin

Fraune

Leûps ((F1), Leups (Lépine, 1972, 10))

 

Fratin 

Fratèng’

 

Fratinots (Dico, 2005, 12; Haust, 1941)

Freloux

Flèroû

Cwèrbås (corbeaux) (Haust, 1941)

 

Freux

Freû

On dit volontiers des habitants de la localité qu'iIs sont nés à Freux et qu'ils restent à Freux. Rester,  dans le langage courant, veut dire, comme chacun sait, habiter. Le jeu de mot est assez plaisant. Il a l'inconvénient d'être très moderne et ne constitue pas un blason proprement dit. (Bourguignon, 1928)

 

Peûyeûs  (Guillaume, s.d.)

 

Freylange

Frällen

Grimmeli

On ignore le sens et l'origine de ce sobriquet assez peu

usité. « Grimmel » signifie, en luxembourgeois miette,

bribe, petit morceau.  (Bourguignon, 1928)

 

Froidfontaine (Beauraing)

Frède-Fontin.ne

Polonès 

 

Froidlieu 

Frèyeû

Leûps (Dico, 2005, 44)

 

Froidmont

Fromeont

Sots
Fous

 

Froidville

Freûvèye

Cous du strami (Haust, 1941)

 

Fromiée 

Fromiéye

Crin.mîs (crémiers (O0), Cré- (Haust, 1941)

Tatanes (Marche au pays de la cantinière, VA 31/07/2008)

 

Fronville

Fronvèye

Cous d’awèye (chas d'aiguilles;  alevin, fretin) (Dico, 2005, 18 ; Marquet, 1966 ; Haust, 1941)

 

Fter (Onhaye)

Ftêr

Grossès Tièsses

 

Furfooz

Furfau

Sokètes (Haust, 1941)

 

Furnaux

Furnau

 

Furnatîs (Haust, 1941)

00:08 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

G

Gdoumont

Gdoûmont

« A Gdoûmont, lès deûs flèyons! » (Pinon, 1994)

 

Gedinne

Djèdène

1 « Cané  d'Djèdène,                

Crokeû d'baloûjes,                  

D'zos l'vî tchènê,                    

Vî pourcê ! » 

                     

2 « Cané d'Djèdène,

Mougneû d'arègnes,                 

Crokeû d'baloûjes,

Va coutchî drî in tchènê

Vî pourcê ! »

(Cané de Gedinne, mangeur d'araignées, croqueur de  hannetons, sous le vieux  chêne, vieux  pour­ceau; var.  va coucher derrière un chêne, vieux pourceau.)  (Doppagne, 1953 ; Blason, 1970)

 

Gedinne

Djèdène

Grandiveûs (vaniteux)

Canés

 

« Canés d'Djèdène,

Mougneûs d' arègnes,

Crokeûs d' baloûjes,

Dizos l' vî tchènê,

Vî pourcê. »  

(Cané de  Gedinne,  mangeur  d'araignées,  croqueur  de  hannetons,  sous le vieux chêne, vieux pourceau.)

 

Djèmetîs (forme  fournie par  l'ALP  et  que  je  n'ai  pu  retrouver  dans le parler local)  (Doppagne, 1953)

 

Gembes

Djimbe

Minousses (petits chats ou chats femelles (Dico, 2005, 9)

(Haust, 1941 ; Dico, 2005, 9 ; Doppagne, 1953; Bourguignon, 1928)

 

Gembloux

Djiblou

Bourikèts (F1)

 

« C’ è-st-on malade di Djiblou, qui magne bin l’ poye èt l’ oû. » (= un malade imaginaire)

(Delairesse-Elsdorf,  2004)

 

Grand-Père dou Culot (hameau)

Qui rît come un sot

A vîr boule sé carote

Dèvins s’ pot.

(Delairesse-Elsdorf,  2004)

Djibloutins (F1) ;

Djiblotins (Haust, 1941 ; VA 28/08/04

Genappe

Gngnape

Ch’napans

 

« A Gngnape, on mindje tout dusqu' à ‘l nape. »

( Haust, 1941)

Gngnapans,

-antes (Haust, 1941)

Gendron

Djindron

Marauds (Haust, 1941)

Cus d’ tchôdron (Haust, 1941)

 

Gênes

Djin.ne

Mme Lisette Dupont, de Rendeux m'écrit: « Non, djènârs ne signifie pas « de couleur jaune », mais seulement habitants de Gênes». Je sais cela car mon grand-père était un Djènâr. Merci à vous pour cette précision. (AO 25/03/1999)

(AO2 ; AO 25/03/1999 ; Marquet, 1966)

Djènârs

Gennevaux

Djènevau

Gros Tch’vaus (gros chevaux) (Dico, 2005, 21 ; VW, 1967)

 

Les enfants de Léglise crient à ceux de Gennevaux :

« Djènevau!

Djè n' vau rin!

Djè n' vauré [parfois : vaudré] jamés rin! »

(Gennevaux ! Je ne vaux rien ! Je ne vaudrai jamais rien !) (VW, 1967)

 

Gérouville

Djèrouvile

Oulines (chenilles) (Lépine, 1972, 5 ; Bourguignon, 1928)

Sabotîs (fabricants de sabots) (Haust, 1941; Bourguignon, 1928 ; Fouss, s.d.)

Cette industrie a presque complètement disparu. Au cri de guerre des enfants de Meix-devant-Virton, leurs voisins immé­diats :

« Dès sabôts pour in bitchèt d' grî. »

(Des sabots pour un bichet de grain).

Ceux de Gérouville répondent du tac au tac: 

« Dès ramons pou in boukèt d' pî. »

(Des balais pour un morceau de pain). (Bourguignon, 1928) 

Rouges-gorges (Bourguignon, 1928)

Limeçons (Fouss, s.d.)

 

Gerpinnes

Djèrpène

Bourjwès (Haust, 1941)

 

Cwérelîs  (habitants du quartier appelé « èl Cwérèle ») (O0)

 

Gesves

Djêve

Sauvadjes (F1)

 

« Dju n’ su nin d’ Djêve. (Je ne suis pas näif)

Djêvias (F1)

Ghislenghien

Guilinguî

Lècheurs d’ os

 

Ghlin

Glin

Coupeûs d’ artwales (orteils)

 

Ghoy

Gowi

Brigands

 

Gilly

Djilî

Gayoles (Haust, 1941)

 

« A Djilî, èyu-ce qui lès bwagnes n' ont qu' èn-î. »

Variante: « …, èyu-ce què lès djambes di bos n' ont qu' in pî.d. » (ou : « … n’ ont nén frèd leûs pîds. »)

(Haust, 1941)

 

« A Djilî, lès bwagnes n' ont qu' èn-î ! »

(Yernaux-Fiévet)

Djilotîs (O0)

Gimnée

Djimnéye

Rukes (Haust, 1941; F1) (Reukes (Lépine, 1972, 10))

 

Gives

Djîve

Grîves (Dico, 2005, 5; Francard, 1994)

 

Givet (F)

Djivèt

 

Jivetwas (Doppagne, 1953)

Givroule

Djivroûle

Groûles (grues (oiseaux)) (Francard, 1994)

 

Givry (H)

Djuvri

Baudèts (Haust, 1941)

Sots (Haust, 1941; O5)

 

Givry (Lux.)

Djèvri

Piètris (Francard, 1994)

Rachapès (Haust 1941 ; Francard, 1994) (ou Rè- :  (Haust, 1941)

 

Glabais

Glabây

Turks (O0)

 

Glain

Li Glin

Halbôssâs (Haust, 1941)

Femmes: Boterèsses 

 

Glaireuse

Glaireûse

Scârbotes (lès bousiers) ((Dosimont, 2001) ; Car- (bousiers) (Dico, 2005, 21))

 

Glons

Glon

Fexhe-Slins, Glons : Payis dès tchapês d’ paye

 

Lètcheûs d’ fi

Glontwès (Haust, 1941)

Godarville

Godârvile

Moudreûs

 

Goé

Goyé

Leûps (Haust, 1941)

 

Gomery

Goumeri

Buchons (buissons épineux)

Ce sobriquet est donné à la population en raison de son caractère que l'on assure être assez peu sociable. (Bourguignon, 1928)

 

Gosselies

Gochelîye

Sints-Djans (O0)

Tchots ((t.affectueux à un enfant): chéri, petiot) (O0; Delairesse-Elsdorf, 2004)

Casserolîs (O0 ; Coppens, 1959)

Tèrniatîs (habitants du « Tèrnia » (dimin. de ‘tiène’ : colline, côte, montée)) (O0)

 

Gottignies

Gotegnén

 

Gotegnârds (O5 ; Haust, 1941)

Gourdinne

Gourdène

Panses à pwès

Gourdinwès (F1 ; Haust, 1941)

Goutroux

Goutrou

Mougneûs d' racènes (Haust, 1941)

 

Gouvy

Goûvi

Goûvions(goujons)  ((Francard, 1994 ; Haust, 1941) ;

Go- (AO (s.r. 1/ ou 2/1999) ;  Gou- (Dico, 2005, 22))

 

Gouy-lez-Piéton

Gowi

Martins (O0) (à cause de l’église Saint-Martin.)

 

Gozée

Goûzéye

Bieus (bœufs) (O0; Haust, 1941)

 

Grâce-Berleur

Grâce-Bièrleû

Noûrègns

 

Graide

Graîde

Bourikes

 

« Graîdî,

panse d' apwas,

rond tchènê,

cu d' pourcê. »

(panse  de  poix,  rond  chêne,  cul  de  pourceau) (Doppagne, 1953)

Graîdîs (Defosse; -é- (Doppagne, 1953),  Grédwas (Doppagne, 1953))

Grand-Axhe

Grand-A(c )he

Sots (Haust, 1941)

 

Grand-Hallet

 

Kissins (insecte qui pique fort)

 

Grand-Halleux (Vielsalm)

à l'  (Grande-) Haleû

Magneûs d’ flon (de la part des gens de Bodeux) (Dupont-Soubre, s.r. ; Haust, 1941)

Halonîs

Grandhan

 

Grand’-Han

« A Grand’-Han, c’ èst tos fênèyants,

A Dèrbu, c’ è-st-on p’tit Jésus,

A Barvê, c’ èst tos macrês (sorciers). » (Dico, 2005, 10)

 

Grand-Manil

(Gembloux)

Grand-Mani

Grands Vaurins

 

Grandmenil (Manhay)

è (Grand-)Magngni

Ratayeûs  (F1)

 

Grand-Reng

Grand-Rin

Les habitants de Grand-Reng sont considérés comme pré­tentieux. Pour se moquer d'eux, les habitants des villages voisins récitent :

« Grand-Rin, / grandès djins, / fîyes à marier, / rin à doner. »

(Dascotte, 1981

(Jeanne Walrant-Derême))

 

Grandrieu

Grand-Ri

 Côrbaus ((O0) ; cor- (Haust, 1941))

 

Grandville

Grin.nevèye

Cwèrbås
Cwâks
Takenés (Haust, 1941)

 

Grandvoir

Grandvwar

Grandvauriès (ou Grandvauryins) (Contact, 1986)

 

Grapfontaine

Grap'fontin.ne

Tripes du rin.ne (tripes de rainette) (Contact, 1986 ; Mouzon, notes)

 

Graux

Grau