11/12/2011

T-U

Tangissart

Tandjissaut

Mikelèts

 

Taverneux 

Tavèrneû

Leûps (Dico, 2005, 19)

 

Tellin 

Tèlin

Cadèts ((Dico, 2005, 39 ; Haust, 1941); orgueilleux, « glorieux », vaniteux (Bourguignon, 1928))

L'esprit populaire ajoute que les habitants de cette localité aiment les beaux vêtements et les manières distinguées. Par exemple, ils ne se moucheraient jamais avec leurs doigts devant les étrangers. (Bourguignon, 1928)

 

Pour les gens de Bure : « Lès cadèts d’ Tèlin sont fiérs avou rin à l’ otche. »  (Petit, 1987)

 

Templeuve

Timpleuve

Plats Dos (Haust, 1941)

 

Temploux

Timplou

Mougneûs d’ sirôpe (F1)

 

Tenneville

T’nîvèye

Tchacâs (chabots (poissons)) (Francard, 1994 ; Delairesse-Elsdorf, 2004)

 

Termes

Térme

Tchèts (Bourguignon, 1928 ; Dico, 2005, 8)

 

Tesny (Wandre)

El Tèsnî

Grêyes Pîds (pieds frêles)

 

Theux

Teû

 

Bourdoneûs

« A Teû / Grands plaîtieûs / A Bècô / On n’ magne nin s’ sô / A l’ Ré / C’ èst co pés /  A Hôt-R’wârd, / C’ èst pôr lu diâle / A Hôt Marès / Lès macrales î dansèt / A Vêrt-Bouhon / On beût â poçon. »

 

Thibessart 

Tcheubéssât

Tchacâs (chabots) (Dico, 2005, 21 ; Haust, 1941 ;  Mouzon, notes)

 

Thieulain

Tieûlin

Courtanîs

 

Thiméon

Tumion

Sarazins (

Cindreûs (Haust, 1941)

 

Zébotîs (habitants du quartier de Zébo) (O0)

Tumionîs (Bastin, 1965

Thimister

Timistêr

 

Leûps (Haust, 1941)

Minerie:  à l’ Minerêye: lès Bâbous Haust, 1941

Gnègns

Bambous

Tègnes

 

« Lès Clérmonîs sô rètchèssîs, lès Bâbous sô rècorous, èt lès Gnègns sô n’monous. »

(sont restés, ont tenu bon). Haust, 1941

 

(à Clermont)

„Mèrde aus Gnègns ! Vîve lès Clérmonîs ! »

Lès Bambous,sont rècourous,

Lès Clérmonîs l’s-ont rètchèssî !"

 

 

Thines (prov. de Brabant)

Tîne

 

Tinwès (Coppens, 1959)

Thirimont (Waimes)

 

 

 

 

Thirimont (Beaumont)

è Tîrimont

 

 

 

 

Tîrimont

Mouhis strons (mouhi: moisi) (Pinon, 1994 ; Bastin, 1939)

Toûrneûrs (Bastin, 1939 ; JB)

Le seul village du coin qui n’ a pas fait passer ‘oû’ à ‘ô’: toûrner, noûne, boûsse, ... (Waimes-Faymonville: tôrner, nône, bôsse, ...) (Bastin, 1939)

 

Asblouwis (éblouis) (Lépine, 1972, 8; Pierre Dutron: _, asbleuwis))

 

Thisnes (prov. de Liège)

Tîne

Coks d' Îne (Haust, 1941)

 

Thuin

Twin

Boulots

Ville-Basse: à l'Vau: lès Macâs (Haust, 1941) ; Makas d’ èl Vau (Delairesse-Elsdorf, 2004); Avalois, Guèrnouyes (Delairesse-Elsdorf, 2004) 

Ville-Haute: à l'Vile: lès Catulas (Haust, 1941) ;

Citins, Montagnârds (Delairesse-Elsdorf, 2004) 

 

Thulin

Tulin

( )

 

Thy-le-Bauduin

Tî-l’-Baudwin

Fieus

Godîs (check) (Lépine, 1972, sn)

 

Thynes (prov. de Namur)

Tin.ne

Bauyaus (Haust, 1941)

Adôreûs d' balons (Haust, 1941 )

 

Tihange

Tîhondje

Payîsons (Haust, 1941)

 

Tilff

Tif

Tapeûs d’ Bon Diu è l’ êwe

 

Tillet

Tiyèt

Gayèts (taureaux) (Bourguignon, 1928 ; Haust, 1941 ; Francard, 1941)

 

Tilleur

Tîleû

Råyeûs d’ årmås
Mås d’ arèdje
Bleûs-mås  

Dans la région liégeoise, un dicton circulait : « Tîleûr, payis d’ voleûrs ». Cela ne plaisait pas forcément aux habitants, mais cela avait un fond de vérité.

(Propos de Jean Borguet recueillis par Serguiéi Macarenko)(Hèyeûs, 2006 )

 

Tintange 

Tënnen

 

Tennener (Dico, 2005, 13)

Tintigny

Tintenî

Tintigneûs ou Tigneûs (teigneux) (Bourguignon, 1928)

 

Torgny 

Toûrgni

Torgnolès ; Torgnoles (Dico, 2005, 34)

 

Toumay

Toûrnê

Tournariens (tourne à rien) (Bourguignon, 1928)

 

Tour (Durbuy)

Toûr

 

« Fèrîre èt Fèro / Izièr èt Ozo / Toûr èy Loh'ré /  In.ne dizos Hé / Poutche so l' tièr / Vo-te-là à Viyé ! »

(Ferrière et Ferot, Izier et Ozo, Tour et Loheray, Aisne­ sous-Heyd, saute sur le «thier» ; te voilà à Villers (Sainte-Ger­trude).) (Blason, 1970, 203)

 

Tourinne-la-Chaussée

Toûréne

Longs Pîds (Haust, 1941)

 

Tournai

Tournè

Ste-Brice : Briscots  

Les Tournaisiens sont considérés comme des personnes qui « toûnenut » facilement et vous jouent des tours. Cela tient sans aucun doute au fait qu'il y a « tour » dans le radical du mot. On dit aussi la fameuse phrase les Tournaisiens sont là; mais, pas précisément dans le sens de la légende historique. Selon celle-ci, ces paroles auraient été pronon­cées par Godefroid de Bouillon lors de la prise de Jérusalem. A un moment donné la victoire semblait échapper aux Croisés. C'est alors qu'on tentât une offensive désespérée en faisant avancer une tour rou­lante contre la Porte de Damas. Les deux premiers chevaliers à péné­trer dans la ville et à permettre aux Croisés de la prendre, en les suivant, furent les deux chevaliers tournaisiens : Lethalde et Engelbert. (Yernaux-Fiévet)

 

Tournay

Toûrnê

Tourniquèts

Toûrne à riè (Contact, 1986)

 

Traimont 

Trêmånt

Gros Maltons (bourdons) (Dico, 2005, 21)

 

Transinne

Transine

Ouulines (chenilles) (Defosse ; Haust, 1941 ; Bourguignon, 1928)

Skirons (écureuils) (Bourguignon, 1928)

Baraques : lès Barakes : Barakîs (Haust, 1941)

Trazegnies

Trèjenîn

Côrbaus (O0) (Coûr- (Haust, 1941 ; Cor-, Coûr- (Bastin, 1969)

anct. Bouflêrs (Haust, 1941)

 

Trèsfontaines (Erneuville)

Trèfontin.ne

Bascolètes (belettes) (Marquet, 1966 ; AO2)

Lumeçons (Haust, 1941 ; Dico, 2005, 39)

J. Haust donne Limeçons (limaces). (Marquet, 1966)

 

Trois-Ponts

à Treûs-Ponts

 

Treûponês (Haust, 1941)

Tronquoy 

Troncwa

Peûs d’ bwas (poux de bois) (Contact, 1986 ; Dico, 2005, 31)

Leûps (forme employée à Verlaine) (Contact, 1986)

 

Ucimont

Ûcimont

Oulinots (chenilles) (Bourguignon, 1928 ; Dico, 2005, 7 ; Haust, 1941)

 

Udange

Éiden

Fèrgougnâs (ferrailleurs, bricoleurs, gens occupés à une foule de petits métiers misérables)

Armagnaks

Ce vocable a paru étrange aux Wallons de la région voisine. Comme les habitants d'Udange parlent le luxembourgeois, ils les tiennent pour des gens compliqués, arriérés, dont nul ne comprend le langage. Ils leur ont dès lors attribué un surnom choisi parmi les mots les plus abracadabrants de leur vocabulaire. (Bourguignon, 1928)

 

00:02 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/04/2010

V

Vance 

Vance

Troufîs (arracheurs de tourbe) (Louline, 1993 ; Bourguignon, 1928)

Les marécages qui entourent la localité ont, au XIXe siècle, fait l'objet d'une exploitation intense. On recherchait latourbe comme combustible et comme litière pour le bétai1.

Faubourins (habitants du « Faubourg »,. nom porté par une rue du village. Dans un but de dénigrement, on en étend l'application à toute la localité.

Le parler de Vance. On accuse les natifs du lieu de parler d'une voix blanche, d'ouvrir démesurément les diphtongues an, en et on et de les prononcer uniformément comme au. Ils diraient. par exemple. au lieu de: «Ces djens sont d' Vance ». « Ces djaus saut d'Vauce ». D'où le verbe « vaucîr  », qui signifie: parler comme à Vance et le gentilé ironique « Vaucetî ».

(Bourguignon, 1928)

Vaucetîs (Dico, 2005, 12) 

Vaux (Noville)

Leûps (loups) (Dico, 2005, 4 ; Francard, 1994)

 

Vaux-Chavanne 

E l’ Vâ(-d’-Chavan)

Vantelîs (Dico, 2005, 24)

 

Vaux-lez-Rosière

 

Cf Vaux-sur-Sûre

 

Vaux-Noville

 

Cf Vaux (Noville)

 

Vaux-sous-Chèvremont

è Vå-so-Tchîvrimont

Lohîs (grosses tartines)

Bodjeûs d’ Bon-Diu
Bribeûs

 

Vaux-sur-Sûre

Vâ-(a)d'dé- Rosière

Râwiês (grignoteurs) ( _dé Vâ (à cause de leur prononciation?) (Haust, 1941))

(S0 ; Bourguignon, 1928; Francard, 1994)

 

Vecmont

Vèkemont

Mokions (moucherons) (AO1)

 

Velaine

Vèlin.ne

Canadas (pommes de terre) (O0)
Mougneûs d' djote (Haust, 1941)

 

Velaines-lez-Tournai

Vlin.ne

Balous

 

Velaine-sur-Sambre

 

Cf Velaine

 

Vellereux 

Vèr’rè

Tchèts (Francard, 1994)

Gayèts (Haust, 1941

Coûpeûs d’ gayèts (Dico, 2005, 19)

 

Vencimont

Vèncîmont

Magots (Doppagne, 1953 ; F1)

D'où vèn’ (litt.   « d'où  vient »)

Cias d' où  (litt.   « ceux   d'où »   en   fonction   de  la   fréquence  du   son   ou   dans   le parler   de   Vencimont)

Cwène-dou-gades  (variété  de  pommes  de terre  spécialement  cultivée  à  Vencimont) (-dè- (Defosse))

Dou l’ taute au suke avè dou suke dèssus (à Willerzie) (la tarte  au sucre avec du  sucre  dessus)

(Doppagne, 1953)

 

Ver (Custinne)

Vêr

Makès (F1)

 

Verlaine 

(Neufchâteau)

Vêrlin.ne

Raguiaus (bègues) (Contact, 1986)

Rakiots (qui ont la voix rauque ?) (Dico, 2005, 31)

 

 

Vert-Buisson

à Vêrt-Bouhon

« A Teû / Grands plaîtieûs / A Bècô / On n’ magne nin s’ sô / A l’ Ré / C’ èst co pés / A Hôt-R’wârd, / C’ èst pôr lu diâle / A Hôt-Marès / Lès macrales î dansèt / A Vêrt-Bouhon / On beût â poçon. »

 

Verviers

Vèrvî

Matchèts (Haust, 1941

Magneûs d’ pèlotes (mangeurs d’épluchures) (Haust, 1941

Voleûs d’ tchèts

Vèrvîtwès (Haust, 1941)

Vesqueville

Vèskèvèye

Vèsseûs ou Vèheûs (putois ou vesseurs) (Dosimont, 2000 ; Dico, 2005, 35) (Vèsseûs (Laurent Dabe, in : L’Ardenne entre bruyère et myrtille, 2003, p.45))

 

Cet animal est tellement caractéristique de l'Ardenne, pays de haies et de ravines, qu'il a donné naissance à un type folklorique, dont la promenade à travers les rues de certains villages faisait, il y a un demi-siècle encore, la joie de la popu­lation. On devine que le sobriquet des gens de Vesque­ville est emprunté à un calembour facile sur la première syllabe de leur nom. (Bourguignon, 1928)

 

Vezin

B’jén

Parbolès (F1)

 

Vezon

à V’zeon

Sots

 

Vielsalm

à l’ Vî-Sâm'

Man.mans (Fourgon, 1999)

Pourcês (à Bihain) (Lejeune, 1974)

 

Platês (fabricants de boissellerie ; marchands d'écuelles en bois) (Bourguignon, 1928)

La fabrication de fourchettes, jattes,  plats, assiettes., coffres,  etc. constituait, au  XVIIe et au XVIIIe  siècle, la principale industrie de la région. De nombreux colporteurs parcouraient la pro­vince, chargés de « loces », de « platês » et de bien d'autres objets de râclerie. C'est sous cet aspect que les « Sâmiots » étaient connus des populations de la province. D'où leur sobriquet de « Platês », qui tombe actuellement en désuétude.

(Bourguignon, 1928)

 

 

On se moque surtout du parler sâmiot, ’salmien', propre à Vielsalm, Petit-Thier, Bovigny, et dont une caractéristique essentielle est la finale -û (pour -eû).

Aussi a-t-on rassemblé le plus de mots ayant cette finale dans la rimaille suivan­te :

« I fêt frûd, èt rûd dès dûts, on magnerût bin du l' sope âs pûs, d’vins on cramû, à l' cwène do fû. »

(Il fait froid, et raide, des doigts, on mangerait bien de la soupe aux pois, dans un crameû , au coin du feu.)

Cf l'expression: « I fêt freûd, dj' a lès deûts si reûds. » (Il fait froid, j'ai les doigts si raides (endoloris).)           

On crameû est une terrine en terre cuite qui, anciennement, servait pour cra­mer l' lècê, (écrèmer le lait) La fermière séparait la crème du 'lait à l'aide d'’une cuillère) (Lejeune, 1974)

 

 

Sâmiots ((Haust, 1941) ; habitant du comté de Salm (Bastin, 1939)

Vierves

Vièpe

Durès crousses (Lépine, 1972, 10)

 

Viesville

Vîvèle

Sarasins (Bastin, 1965 ; Haust, 1941)

Bateûs d’ cok

 

Vieux   Moulins   d'Hargnies  (F)

 

P'tits Cinsîs

Puris Cinsîs (Doppagne, 1953)

 

Vieux-Sart (Br.)

au Vî-Saut

Bèsaces

 

Villance

Viyance

Grèvîs (vairon) (Petit, 1987)

Grandes Panses (Bourguignon, 1928 ; Haust, 1941)

Leups (loups) (Bourguignon, 1928)

Pèle-panses (Bourguignon, 1928 ; Haust, 1941; Dico, 2005, 21)

Tahons (Bourguignon, 1928)

Viancinîs

Ville-du-Bois

Vèye-do-Bwès (à l')

Cawês (Fourgon, 1999 ; Haust, 1941)

Magnêus d’ salade (Dico, 2005, 42)

 

« Al Vèye do Bwès, ont come lès rats dès pèlèyes orèyes. »

(Jean-Marie Hurdebise, in : Fourgon, 1999)

 

 

Villers-deux-Eglises

Vilé-l’-Djobin

Djobins (F1 ; Haust, 1941)

 

Villers-devant-Orval 

Vilé-d’vant-Orvau

Tchèts (Dico, 2005, 14)

 

Villers-en-Fagne

Vile-è-Fagne

Panses d’aragne (Lepine, 1972, 9)

 

Villers-la-Bonne-Eau

Vilé

Djènisses (bruants jaunes) (Francard, 1994 ; Dico, 2005, 4 ; Bourguignon, 1928 )

 

Villers-la-Loue

Vilé-l’-Olu

Loups

Camoussès (moisis) (Fouss, s.d.; Bourguignon, 1928)

 

Villers-la-Tour

Vilé

Simplots

 

Villers-la-Ville

à l’ Abi

Tiènetîs (habitants du « Tiène ») (O0)

 

Villers-le-Gambon

Vilé

Tchins (M.M., 1995; F1)

 

Tchés (copains, bonshommes (sic)) (Lepine, 1972, 9)

 

 

 

Villers-le-Peuplier

Vélé-l’-Plope

Tonias à pèkèt 

 

Villers-le-Temple

Vélé-lès-Timpes

Loyâ-strons (Haust, 1941)

 

Villers-Sainte-Gertrude

Viyé

 

Rimailles parlées groupant Ferrière, Izier, Villers-Sainte-Gertrude, Heyd et Bomal intéressant les communes de

« Fèrîre èt Fèro

Izièr èt Ozo

Toûr èy Loh'ré

In.ne dizos Hé

Poutche so l' tièr

Vo-te-là à Viyé ! »

(Ferrière et Ferot, Izier et Ozo, Tour et Loheray, Aisne­ sous-Heyd, saute sur le « thier »; te voilà à Villers (Sainte-Ger­trude).) (Blason, 1970)

 

Villers-Saint-Ghislain

Vilé

Nwars Salons

Blancs Talons

 

Villers-sur-Lesse

Viè

Cwarnayes (Haust, 1941)

Chinârds (F1)

 

Villers-sur-Semois

Vilè

Hoguèts ou Hoguaîs (Fouss, s.d.; Bourguignon, 1928)

 

Villers-sur-Semois et ses sections, Harinsart, Mortinsart, Orsinfaing ainsi que les villages du bassin de la Rulles. sont appelés les Hoguèts ou Hoguaîs. Ils auraient une façon à eux de prononcer très brièvement les sons é, è du français. Ils parleraient d'une voix rauque! Haust et Bourguignon font dériver ce terme de « hokîr » : bégayer. (Fouss, s.d.)

 

Ce surnom est donné aux habitants de toute la commune de Villers-sur-Semois, qui com­prend. outre le chef-lieu, les villages de Harinsart, Orsinfaing et Mortinsart. On étend même parfois cette appellation aux autres localités du bassin de la Rulles : Habay-Ia-Neuve, Habay-la- Vieille, Nantimont, Houdemont, Rulles, Marbehan. si bien que le toponymiste L. Roger n'a pas craint d'employer l'ex­pression de « Pays Hoguet ». (72). qui designe toute la partie septentrionale du canton d'EuHe. Les renseignements que j'ai pu recueillir montrent que si le nom de Hoguais n'éveille aucune idée précise à Arlon. à Vinon et à Neufchâteau. il n'en est pas de même à Châtillon et Saint-Léger, d'une part, à Sainte­-Marie-sur-Semois, à Rossignol et à Tintigny, d'autre part. Dans ces trois dernières localités, on l'attribue à la prononciation très brève du groupe « et », qui rem­place indifféremment les sons e, è, ê et ai du français A Châtillon et à Saint-Léger, par contre, on accuse les habitants de la vallée de la Rulles de se prévaloir à tort du nom de Gaumais. Leur parler est, dit-on, tout et du wallon, à fait différent de celui que l'on entend sur les rives de la Vire et du Ton. Les sons énoncés par les lettres se heurtent les uns aux autres et la consonne r est dure à l'oreille. Cette manière de prononcer est exprimée par le verbe « rhoguîr» ou « rwoguîr ».

Il en résulte que les Hoguais sont tout simplement les gens qui parlent d'une voix rauque. Notre interpré­tation concorde donc en tous points avec celle de M. le professeur J. Haust qui fait dériver ce blason du terme «hokîr » (bégayer) (que nous traduirions plutôt par « mal parler»). (Bourguignon, 1928)

 

Villés (Corroy-le-Ch.)

Lès Vilés

Rûwe des Jwifs

 

Virelles

Virèle

Spotchîs

 

Virginal

Vèzenau

A la ducace de septembre, les Henripontois avaient coutume de dire :

« A ‘l ducace dè Vèznau (Virginal)

L’ iviér è-st-au trau,

A l’ ducace d’ Hinripont,

L’ iviér èst bî parfond. » (Jous, 1976)

 

Virton 

Virtang’

Hape-tchâs (engins servant à décrocher le jambon ou la saucisse de la cheminée) (à Ethe) (Dico, 2005, 43; Fouss, s.d.)

 

Sègneûrs d' la griédje-au-bos (Haust, 1941)

 

Virton, capitale de la Gaume, est la ville des «Seigneurs de la Grange au Bois ». Les Virtonnais eux-mêmes se sont appelés de ce noble blason. Le sobri­quet, pardon, le titre à une origine historique. En 1612, la Ville de Virton a acheté une ferme enclavée dans ses bois. Elle portait le nom de « Grange au Bois »: Une juridiction foncière était attachée à cette terre. Du coup les bour­geois de Virton se sont considérés eux-mêmes comme « co-seigneurs » de la dite Grange. Le Musée gaumais possède un sauf-conduit accordé au Sieur Charle, qualifié officiellement par l'administration communale de «Seigneur de la Grange au Bois » .

Mais les villages voisins n'ont pas manqué leur revanche.

Les gens d'Ethe les blasonnent « hape-tchâ ». Ce nom désigne le crochet servant à décrocher le jambon ou la saucisse qui pendent dans la cheminée.

D'après ces mêmes voisins médisants, nos bons Virtonnais avait l'habitude d'aller rendre visite à de lointains parents, l'après-midi ou le soir de la fête, sachant qu'on leur servirait du jambon. Naturellement, en partant, ils invitaient poliment leurs hôtes à une des deux fêtes de Virton. Ceux-ci le plus souvent trouvaient porte close ! Les malins « hape-tchâ » avaient pris soin de s'éclipser.

Djan de Mady Héros populaire de la Gaume. Personnage mi-historique, mi-légen­daire. Né à Velosne, disent les uns, à Beauregard, selon les autres, ou même à Virton, rue Grassoie, il aurait vécu au début du XVIIe siècle.

(p.69) Etait-il savetier ou forestier? On ne sait au juste! Mais violoneux, conteur de « flauves », farceur, bon vivant et pique-assiette ), bohême, il l'était, personne n'en doute. Aujourd'hui encore, une bonne histoire est volontiers attribuée à notre Djan. En somme, il est de partout et de tous les temps, au pays gaumais.

Albert Yande l'a célébré en un poème épique écrit en patois de Harinsart (Villers-sur-Semois) (Fouss, s.d.)

 

Tribolèts (batailleurs, querelleurs (Bourguignon, 1928)) ((Dico, 2005, 43) ; -bou- (Bourguignon, 1928))

 

Visé

Vîsé

Chawês

Åwes

 

Vitrival

Viètrîvau

Catoulas (Marguerite Duchâteau)

 

Vivegnis

Vigni

Hoûyeûs
Laudjès panses
Omes di hôye

Peûs

Reûdès panses

 

Vivy

Vivî

Canlèts (Dico, 2005, 7 ; Haust, 1941)

Pichelotîs (Dico, 2005, 7)

 

Vlessart 

Vlèssât

Tchacâs (Dico, 2005, 21)

 

Vodecée

Vôdecêye

Tchats (Lepine, 1972, 9)

 

Vogenée

Vôjenêye

Sôrcîs 

Pays des Sorciers (Lépine, 1972, sn)

« A l’ dicauce dè l’ Barake di Bos,

Lès fîyes dè Vôjenêye

Aveu leûs gros sabots. » (Lépine, 1972, sn)

 

Volaiville 

Vlêvèye

Cus d’ boutèyes (Dico, 2005, 21)

 

Vonêche

Von.nèche

Boyons

 

Vottem

Votèm'

Roubîs (béliers) (Haust, 1941)

Canotes di sôye

 

Vresse

Vrèsse

Vèssous (Doppagne, 1953)

Vrèssous  

21:46 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

W-Z

Waha 

Wahau

Gozaus (Dico, 2005, 25)

 

Waillet

Wayèt

Singlès (F1)

 

Waismes

Wéme

« Kèhigne - kèhagne , / Do foûr dè Fagne, / Do blanc mossê , / Do stron d' porcê, / Do l’ hyite dè vê / Po lès Wêmerês. »

(FSMSV, VI, 1936, p. 50. - - Ovifat et Fagne malmédienne)

Kèhigne - kèhagne intensif de higne-hagne, « dispute, querelle, assaut de paroles aigres et mordantes ".

Moquerie contre les Waimerais qui allaient chercher du foin et de la litière de sphaigne (mossê), ainsi que des tourbes, en Fagne. (Pinon, 1994 )

 

"A Wéme, leu djâle lès péne. » ou 

« A Wéme , lè diâle lès péne. » (Pinon, 1994)

 

« A Wéme, lè diâle i déme. » (< …)

 

Du pays de Waimes et du pays de la Fagne:

« A Wéme, queu l’diâle lès péne (peigne)!

O l’ Roue, leu diâle n’i pout.

A Stinba, lès greûs baras (béliers)

A R’monvâ, lès neûrs digâs (purins)

è Tîrimont, lès mouhis strons (mouhi: moisi)

èn-Ondinvâ, lès tchéns vont d’hâs (déchaux)

A Fêmonvèye, lès d’hitées fèyes.

A Geûzêne, lès gueûyes deu rênes (grenouilles)

O l’ Tchampagne, lès cous d’aragne

è Libômont, lès bons flèyons (tartes). » 

(Bastin, 1939, 52)

Wémerês (Haust, 1941)

Walcourt

Walcoût

Walcotî (F1) (NDLR : à rapprocher de ‘halcotî’ ?)

 

Tchiyeûs d’ djèt (levure)

Potches trawéyes
Clicoteûs d’ claus

Skèyeûs d’ pouplîs   (F1)

 

Cwérelîs  (habitants du quartier appelé « èl Cwérèle ») (O0)

 

« On n' èst nén à Walcoût ! »

Expression qui se disait quand au jeu de cartes un partenaire laissait deviner son jeu par des bavardages. On croyait généralement qu'à Walcourt on pouvait dire ce qu'on avait dans son jeu. (Yernaux-Fiévet)

Walcotî (F1)

Walk

Walk

Walkotîs (de: halcotî) (Bastin, 1939)

 

Wandre

Wande

Wandions (punaises)

Les habitants de Wandre sont appelés des Wandions (punaises), des insectes un peu malpropres. Pourtant, ils ne sont pas particulièrement malpropres.

(Propos de Claire Bierset recueillis par Magali Nicloux)

(Hèyeûs, 2006)

 

« Wandion

Critchon

Dès neûrès bièsses è vosse mohon. »

 

Wanfercée-Baulet

Wan'fèrcéye-Baulèt

(Baulèt) Parents 

« Il èst d' Baulèt. »

(il est déçu, attrapé) (noté à Fosse-la-Ville, Sart-S.-Laurent) (Haust, 1941)

(Baulèt : )

Baulètîs (Haust, 1941)

Wanne 

Wène

Wihots (Haust, 1941)

 

Wannebecq

Wanebèk

Ripliplirs

 

Warcoing

Warcon

Grèks

 

Wardin

Wârdin

Tchins (Francard, 1994)

Tchèsses di tchin (têtes de chien) (Haust, 1941)

(Francard, 1994; Haust, 1941; Dico, 2005, 4)

 

Warempage

Warimpâdje

Tchacâs (chabots) (Marquet, 1966)

 

Waret-la-Chaussée

Warèt-l’-Tchaussîye

Bauyârds (F1)

 

Warisoulx

Warjou

Djodjos (F1)

 

Warizy

Warisi

 

« A Marcoûrt, li djâle î coûrt

A Macrê, li djâle î brêt

A Djupèye, il î marèye sès fèyes

A Warizi, il î marèye sès fis.

A Bwès-do-Ri, i toume li cou â ri. » (Dico, 2005, 33)

 

Warmifontaine

Warmifontin.ne, Warmich (famil­ier)

Lûtåns (nains) (_, N-) (Contact, 1986) ;  Lutans (Dico, 2005, 31))

 

Clotches duzous l’ Pont (S22)

 

Warnichyins. Médiocre calembour inspiré par le nom de la localité et l'abrégé qu'en donnent les natifs de l'endroit (Warmiche). (Bourguignon, 1928)

 

Warnach 

Warnech

 

Waricher (Dico, 2005, 13)

Warnant

Warnint

Tchèts (F1)

Purnalîs

 

Warneton

Warneuton

Mountches

 

Warquignies

Warkeugnîye

Sorciêres (Haust,1941)

 

Warsage

Warsèdje

Broûleûs d' sints (Haust, 1941) 

Warsèdjîs

Wasmes (Colfontaine)

Wame

Cats (La Province, 2001)

Faus-Wame (Haust, 1941)

Sots 

Wamezoûs

Waterloo

Watèrlo

Paveûs (paveurs) (

 

Watrinsart 

Watrinsaut

 

Watrichaus (Dico, 2005, 14)

Waulsort

Wausôrt

Coucous

 

Wavre

Auve

Vijins (d’Auve)

Pèpêres èt lès Mèmêres (d’Auve)

Ragalètes

 

Wavreille

Wavrèye

Panses d’ èrègne (F1; Haust, 1941)

 

Wegnez 

Wègné

Råbolèts (Haust, 1941)

 

Weillen

Wèyin

« A Wèyin, c’ èst dès crève-fwin. »

 

Wellin 

Wèlin

Bons crétyins (Defosse ; Dico, 2005, 44)

Polins (Bourguignon, 1928)

Tchins (Petit, 1987)

 

Wéris

Wèris’

Magneûs d’ tchin (AO1)

 

Wibrin 

Wîbrin

Macrales (sorcières) (Léon Marquet : Macrins, Macrês) (à Marcouray : Macrês ; à Barvaux : Macrês)

(Francard, 1994)

 

Les enfants de Filly et de Nadrin chantaient à l'adresse des habitants de Wibrin :

« Wibronîs / Tchôdronis / Pèws so l' dos / Misére po d'zos. »

(Wibronis, chaudroniers, pous sur le dos, misère par dessous). A comparer avec Ramont, supra.)

 

Brigands

La célèbre bande de Géna et Magonette, qui opérait dans la région. il y a plus de cent ans, et qui recruta ses adhérents dans le village lui-même. Est Certainement à la base de ce sobriquet. (Bourguignon, 1928)

 

(Dico, 2005, 19 ; Marquet, 1966; Bourguignon, 1928 ; Francard, 1994)

Wîbronîs

Wicourt

Wîcoûrt

On trouvera à l'article Rachamps un dicton curieux où l'on mentionne ce village, peut-être pour satisfaire aux exigences de la rime. (Bourguignon, 1928)

 

Wideumont

è Wideûmont

Cus d’ bouchons (Guillaume, s.d.)

 

Wierde

Vièrte

Lambosètes (F1)

 

Wiesmes

Vième

Sorciers ? (F1)

 

Wihogne

Ouhogne

Mayês (Haust, 1941)

 

Willancourt

Viancout

Bounetis (porteurs de bonnets de nuit)

Châyas (gens à la démarche disgracieuse, lourde)

Gnâgnâs ((Bourguignon, 1928) (Ce blason est vraisemblablement motivé pu la prononciation locale des mots : « Il y a... » (Bourguignon, 1928)

Loups  (Bourguignon, 1928 ;  Haust, 1941)

Poupas (Haust, 1941)

 

Willerzie

Vièrzîye

Bounetsî (porteurs de bonnets de nuit) (Bourguignon, 1928)

Éwîs

Gnègnès (Defosse ; Bourguuignon, 1928)

Ce blason est vraisemblablement motivé pu la prononciation locale des mots : « Il y a... ». (Bourguignon, 1928)

Bin’ dou kwa (Defosse; -â (Haust, 1941))

 

« Canés d' Vièrzîye

Mougneû d'boulîye. » (Doppagne, 1953)

 

Wilogne

Wilogne

Charognes (Copin’Oufa, 21/04/01 ; Francard, 1994)

 

Wimbay 

Wimbé

Vês (veaux)

Crèvés vês (veaux crevés) (Dico, 2005, 39; Marquet, 1966)

 

Winamplanche

è l’ Winamplantche

Cawês

 

Winenne

Yinène

Cayeûs (Haust, 1941; Doppagne, 1953)

Singlés (F1)

 

Winville 

Winvèye

Bèles Fèyes (Dico, 2005, 21)

 

Wisembach 

Wîsemba / (luxembourgeois) Wiisbech

 

Wisbecher (Dico, 2005, 13)

Withimont (Longchamps) (prov. de Lux.)

Wètîmont

Mougneûs d’ djambon (Francard, 1994)

 

Witry

Witri

Copêres (Dico, 2005, 21 ; Haust, 1941)

Pauves jolis (pauvres jolis)

Résultat d'une rime médiocre, ce blason associe deux mots disparates et exprime une commisération ironique (Bourguignon, 1928)

 

Wittimont (Léglise)

Witièmånt

Cus d’ poyan (Paul Jean, Lès c’rîjes du Lèglîje, AL)

(Cus d’ pouyons (Dico, 2005, 21) ; Cus du pouyan (Skiran d’ Djènevau, in : Lès c’rîjes du Lèglîje))

 

Wodecq

Ok

Sots (Haust, 1941)

 

Wolkrange

Woulker

Kleppelen (volants du fléau à battre le blé)

Voir l'interprétation donnée du mot « Gierden » à l'article : Buvange. (Bourguignon, 1928)

 

Wyompont

Wiyompont

Limeçons (limaces) (Marquet, 1966)

 

Xhavée (Wandre)

à l’ Havêye

Haveûs

 

Xhendelesse

Hindelèsse

Golzås

Clawetîs

Bossous clawetîs

 

Xhierfomont

Hièrfômont

H(i)èrfon (Haust, 1941)

 

Xhoffraix

Hofrê

« A Hofrê, lès coûrts cotrês. » (Pinon, 1994)

« A Hyofrê, lès côrts cotrês. » (Pinon, 1994)

Boûs d’ fagne (hab. riverains de la fagne depuis Xhoffraix jusqu’à Bosfagne) + (Francorchamps (de la part des hab. de Stavelot), Jalhay (de la part de ceux de Verviers)) (Bastin, 1939)

 

De Xhoffraix:

« A Hiofrê, lès longs mustês (tibias)

A Longfaye, lès lonkès payes. 

A Zoûrbroût’, lu diâle î hioûte (écoute)

A Bôsfagne, lu diâle î magne.

èn-Ovîfa, lès gros baras.

O l’ Rubîvèye, lès d’hyitées fèyes.

O Mont, lès longs grognons. « 

(Bastin, 1939, 53)

Hofurlin

Xhoris

 

Horis’

Quand j'étais petite, ici, à Xhoris, j'ai souvent entendu dire:

« Horis’, po rinde chèrvice. »

(Xhoris, pour rendre service)

(Propos de Sophie Vincent recueillis par Vanessa Hay) (Hèyeûs, 2006)

 

Yves-Gomezée

Îve-Gomezéye

Tièsses d’ en cornes (F1)

Têtes en corne ( ?) (sic) (Lépine,1972, sn)

 

Yvoir

Uwâr

P’tits mossieûs (sins l’ sou) (F1)

 

21:45 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

3 Rèfèrinces / Références

 

Georges De...., Les sobriquets, fleurs de méchanceté?, AL 28/9/1985

 

Les Berwettis (sic) fiers de leur village, AL 04/03/2000

AL 30/08/2003

Ce samedi, un Bandurlin fera la Mont-Blanc en courant, AL 30/08/2003

Annonces de l’ Ourthe 11/02/1999

Blasons populaires et sobriquets I René Henry

Annonces de l’ Ourthe 18/02/1999

Blasons populaires et sobriquets II, René Henry

AO 01/04/1999

Les blasons popu­laires et les  sobriquets

AO 25/03/1999

Blasons populaires et sobriquets, in : AO 25/03/1999

AO 26/12/2002

Neblon-le-Pierreux, AO 26/12/2002

Bastin, 1939

Abbé Joseph Bastin, En marge de l’anthroponymie malmédienne, p.43-53, in: Mélanges de linguistique romane offerts à Jean Haust, 1939

Bastin, 1939

En marge de l’ anthroponymie malmédienne, J. Bastin, p.4...-8.., Mél. de lingu. rom. offerts à Jean Haust, 1939

Bastin, 1965

O. Bastin, Manuel de grammaire wallonne, 1965

Blason 1970

Le blason populaire en Famenne, in : Contribution au renouveau du Folklore en Wallonie – Vol. IV, L’habitation traditionnelle à l’heure de l’aménagement du territoire (1966), 1970, p.195-205

Bourguignon, 1928

 

Bourguignon M., Le blason populaire luxembourgeois, cah. Acad. Lux., I, 1928, p.27-104

(p.45-sv)

Carrozza, 1998

P. Carrozza, Eprave: one gazète en wallon, VA 19/10/1998

Carrozza, 2005

Carrozza Philippe, Le dico des communes (4), Bastogne, AL 28/01/2005

Coppens, 1959

Coppens Joseph, Grammaire aclote, 1959

Dabe, 2003

Dabe Laurent, L’Ardenne entre bruyère et myrtille, 2003

Dascotte, 1976

Dascotte Robert, Les moqueries, in : MA, 3, 1976, p.47

Dascotte, 1981

Dascotte Robert, Les moqueries, in : EM 6, 1981

De Raadt, 1903 

J. Th. De Raadt, Les surnoms des communes belges, BXL 1903

Defosse, s.d.

Defosse Charles A., Gentilés, blasons populaires et chants folkloriques des terroirs de Semois et de Haute Lesse in : Terres d’Herbeumont à Orchimont, 17bis, s.d., p.9-36

Delairesse-Elsdorf, 2004  (référence supprimée)

Delairesse - Elsdorf, Sobriquets des communes (sic) de Belgique, Noir Dessin Prod., 2004 (Supprimé le 23/09/2010, car truffé  d'approximations, voire d'erreurs) (à déconseiller)

Dico, 2005, 10

Carrozza Philippe, Le dico des communes (10), AL 05/02/2005

Dico, 2005, 11

Ph. C., Le dico des communes (11), AL 08/02/2005

Dico, 2005, 12

Ph. C., Le dico des communes (12), AL 09/02/2005

Dico, 2005, 13

Ph. C., Le dico des communes (13), VA 10/02/2005

Dico, 2005, 14

Ph. C., Le dico des communes (14), AL 11/02/2005

Dico, 2005, 15

Carrozza Philippe, Le dico des communes (15), AL 12/02/2005

Dico, 2005, 16

Carrozza Philippe, Le dico des communes (16), AL 15/02/2005

Dico, 2005, 17

Carrozza Philippe, Le dico des communes (17), AL 16/02/2005

Dico, 2005, 18

Bonmariage Isabelle, Le dico des communes (18), AL 1702/2005

Dico, 2005, 19

Carrozza Philippe, Le dico des communes (19), AL 18/02/2005

Dico, 2005, 21

Carrozza Philippe, Le dico des communes (21), AL 22/02/2005

Dico, 2005, 22

Carrozza Philippe, Le dico des communes (22), AL 23/02/2005

Dico, 2005, 24

Isabelle Bonmariage, Le dico des communes (24) , AL 25/02/2005

Dico, 2005, 25

P.Carrozza, Le dico des communes (25) – Marche-en-Famenne, AL 26/02/2005

Dico, 2005, 26

Jean-Claude Fonck, Le dico des communes (26), AL 01/03/20005

Dico, 2005, 28

J.-P. Dt., Le dico des communes (28), AL 03/03/20005

Dico, 2005, 3

Ph. C., Le dico des communes (3), Aubange, AL 27/01/2005

Dico, 2005, 30

Arendt Jean-Michel, Le dico des communes (30), AL 05/03/2005

Dico, 2005, 31

M.L., Le dico des communes (31), AL 08/03/2005

Dico, 2005, 32

Wanlin Etienne, Le dico des communes (32), AL 09/03/2005

Dico, 2005, 34

VDE, Le dico des communes (34), AL 11/03/2005

Dico, 2005, 35

Carrozza Philippe, Le dico des communes (35), AL 12/03/2005

Dico, 2005, 37

Lefevre Thierry, Le dico des communes (37), AL 16/03/2005

Dico, 2005, 39

M.Ma., Le dico des communes (39), AL 18/03/2005

Dico, 2005, 4

Carrozza Philippe, Le dico des communes (4), Bastogne, AL 28/01/2005

Dico, 2005, 40

Carrozza Philippe, Le dico des communes (40), AL 19/03/2005

Dico, 2005, 41

Lefevre Thierry, Le dico des communes (41), AL 22/03/2005

Dico, 2005, 42

Germain Patrick, Le dico des communes (42), AL 23/03/2005

Dico, 2005, 43

VDE, Le dico des communes (43), AL 24/03/2005

Dico, 2005, 44

M.L., Le dico des communes (44), AL 25/03/2005

Dico, 2005, 5

D.L., Le dico des communes (5) – Bertogne, AL 29/01/2005

Dico, 2005, 6

Ph. C., Le dico des communes (6) – Bertrix, AL 01/02/2005

(M. Gourdin) lès p’tits viâdjes : Acremont, Assenois, Blancheroreille, Glaumont 

Dico, 2005, 7

Ph. C., Le dico des communes (7), Bouillon, AL 02/02/2005

Dico, 2005, 8

Ph. C., Le dico des communes (8) – Chiny, AL 03/02/2005

Dico, 2005, 9

Ph. C., Le dico des communes (9) - Daverdisse, AL 04/02/2005

Doppagne, 1953

 

Doppagne A. (check)

in : Revue des langues vivantes, 1953, 2, p.97-114

LES   NOMS   DE  PERSONNES DE   LOUETTE-SAINT-PIERRE   (D 119)

Dosimont, 2000

P.-J. Dosimont, Lès viadjes sobriqués, in : Coutcouloudjoû, 61, 2000, p.4-5

Dosimont, 2001

Dosimont Pierre-Joseph, Ene pitite histwâre su l’ lumeçon, in : Coutcouloudjoû, 66-67, 2001, p.18-19

Dupont-Soubre, s.r.

Dupont-Soubre H., in : Glain & Salm Hte-Ardenne, s.r., p.46

E1

Haust Jean, Dictionnaire Liégeois, 1933

Fivet

FIVET Jean, Sauvadjes noms, spots èt r’vazîs do Payis d’ Nameur, Cercle ‘Pays de Namur’ 

Fourgon, 1999

Fourgon Rosalie, in : Les Amis de Logbiermé, 22, 1999, p.37-39

(et Jean-Marie Hurdebise, pour son témoignage sur les gens de Ville-du-Bois)

Fouss, s.d.

Fouss, La Gaume, éd. Duculot, s.d., p.66-69

Francard, 1982

FRANCARD, Michel, Traditions populaires au pays de Bastogne, 1982

Francard, 1994

FRANCARD, Michel, dictionnaire des parlers wallons du pays de Bastogne, éd. De Boeck, 1994, p.1044-

4. GENTILÉS, ETHNIQUES DÉSIGNANT LES HABIT ANTS D'UNE LOCALITÉ* (p.1043)

Francard, 2002

p.259, in : Francard, M. éd., Scrîjeûs d’Ârdène, 2002

Gaziaux, 1987

 

Gaziaux Jean-Jacques, Parler wallon et vie rurale au pays de Jodoigne, BCILL, 38, LLN 1987

Gérard, 1981

Gérard gaston, A propos de blasons populaires, in : Glain et Salm Haute-Ardenne, 14, 1981, p.95

Gérard, 1981

Gérard Gaston, A propos de blasons populaires, GSHA 14/1981, p.95

Germain, 1980

Germain Jean, TOPONYMIE D'EVREHAILLES [D 8], BTD LIV 1980, p.109-210

Germain, 2003

Germain J., Campenaire / Campinaire, blason populaire, nom de famille, toponyme et lexème : de la légende à la réalité, BTD LXXV, 2003, p.85-112

Guillaume, s.d.

Guillaume Marie-Françoise, interview de Joseph Cordier, in : (Libramont), s.d., p.2-3

Habay, 2004

Habay / Les Ochainfès ont leur maison de village, AL 17/07/2004 (Orsinfaing)

Habay, s.r.

C. Habay, in : Glain & Salm Hte-Ardenne, s.r., p.46

Haust, 1941 

Haust Jean, Enquête dialectale sur la toponymie wallonne, 1940-1941, Mémoires de la Commission Royale de Toponymie et de Dialectologie

Henry, 1999

René Henry, Sobriquets et blasons populaires, AO (s.r. 1/ ou 2/1999)

Henry, 1999

René Henry, Sobriquets et blasons populaires, AO (1/4/1999)

Herve, 1987

 

Architecture rurale de Wallonie, Pays de Herve, 1987, p.207

Dialectologie thioise (sic)

Hèyeûs, 2006

Les « Hèyeûs d’ Sov’nis » de l’A.R. D’Aywaille, Histoire et traditions de nos vallées, TIII, éd. Dricot, 2006

Jous, 1976

Abbé Léon Jous, Un dicton d’Henripont, in : MA, 5, 1976, p.87

La Province, 2001

in : Le chemin magique de Florine, la Pucelette, La Province, 06/06/2001-

Legros, …

BLASON POP. au pays de Wavre, E. Legros, La Vie Wall. XXVII, 36-41

Lejeune, 1974

Lejeune Philippe, Brèves mots sur les blasons populaires de la région, in : Glain & Salm Haute-Ardenne, 1, 1974, p.43-45

Lejeune, 1983

Lejeune J. (Hargimont), Noms wallons, gentilés, blasons populaires et sobriquets des communes de Marche, in : Cercle historique de Marche-en-Famenne, 32, fév. 1983, p.161-165

Léonard, 1972

L.L. (= Léonard Lucien),  DW1, 1972, p.90-91

Léonard, 1972

in :  DW1, 1972, p.90-91

Lépine 1972, 10

Lépine André, Spots et surnoms des communes de chez nous …, Florennes ’72, n°10, juin 1972

Lépine, 1972, 5

Lépine André, Spots et surnoms des communes de chez nous …, Florennes ’72, n°5, 1972

Lépine, 1972, 8

Lépine André, Spots et surnoms des communes de chez nous …, Florennes ’72, n°8, mai 1972

Lepine, 1972, 9

Lepine André, Spots et surnoms des communes de chez nous …, Florennes ’72, n°9, mai 1972

Lépine, 1972, s.n.

Lépine André, Spots et surnoms des communes de chez nous..., in : Florennes ’72, s.n.

Liébin, 1991

 

Liébin Jacques, éd., Les géants de cortège dans le Centre, Ecomusée régional du Centre, 1991, p.9

Louline, 1993

Noms d' djins, noms d' places, in : Louline Vôye, Ene bauke su lès bwès d' l' Ârdène, T2, 1993, éd. Scaillet, p.186-187

Lucy, 1978

 

Gaston Lucy, Contes et légendes d'Ardenne, 1978, blasons: p.7-18

par les chemins d'Ardenne, p.17, LA vie Wall., 1, 1937

Lucy, 1999

G. Lucy, Lès tribulâcions dès Bôhinots, p.15-19, Coutcoul., 42, 1999

M.M., 1995

M.M., Vodecée affronte pour la première fois le public du festival du théâtre wallon à Ciney, AL, 28/11/95

Magadés, 2003

Plus de 600 « Magadés » en fête, VA 17/09/2003

Mahin, 1984

Mahin Lucien, « Louline vôye », Ene bauke su lès bwès d’ l’ Ârdène, T2, éd. Scaillet, 1984

Marcourt, 2003

Pol Marcourt – 25/10/2003 : dit à Bêsint su lès djins dè l’ Roche

Marloie, 2002

Marloie / Voilà les Baloûches di Marloye (sic), AL 05/02/2002

Marquet, 1966

L. Marquet, Le blason populaire à La Roche-en-Ardenne et dans les environs, in : Ardenne et Famenne, 3, 1966, p.130-139

Meuwissen, 1992

Meuwissen Eric, la frontière linguistique n’existe pas ?, LS 04/09/1992

Mouzon, 1981

Mouzon Raymond, abbé, Blasons populaires (commune de Libramont), in: Larrons, Saxons et Cie, Centre culturel de Libramont-Chevigny, 1981, 1, p.1-3

Mouzon, notes

 

Mouzon Raymond 

 

Nicolas, 1999

Nicolas Roger, Lexique du parler champenois de Sugny, Les Dialectes de Wallonie, T27, 1999

Notes, s.r.

in : Notes d’histoire, Région biévroise, s.r.

O0 

Carlier Arille, sous la direction de Bal Willy, Dictionnaire de l'ouest-wallon, Editions de l'Association Royale Littéraire Wallonne de Charleroi, 3 tomes, 1985, 1988, 1991

Otjacques, 1998

Otjacques Pierre, Lès fièsses di Walonîye dins la Province du Lucsembourg, p.4-6, Coutcouloudjoû, 37, 1998 (p.4)

Otjacques, 2000

Étude, in: Singuliers, 2, 2000, p.17-20

Les Gaumais et leurs villages

Recueil des noms, des sobriquets, des dictons et des coutumes

par Pierre OTJACQUES

Petit, 1987

Petit Gaston, Les sobriquets collectifs de Haute-Lesse, in : De l’Ardenne à la Meuse, 4, 1987, p.117-119

Petit, 2000 

Petit Michel, Sugny a son lexique champenois, LS 07/11/2000

Pinon, 1973

Pinon, R., Le folklore et la dialectologie du bourdon en Wallonie, Iie p., Les dial. de Wall., 1973-74, pp.19-48

Pinon, 1994

Pinon Roger, Un corpus malmédien de rimailles de moquerie, Tradition wallonne, De Malmedy et d’ailleurs, 11, 1994, p. 267-283

 

Pinon, 1994

Pinon Roger, Un corpus malmédien de rimailles de moquerie, Tradition wallonne, De Malmedy et d’ailleurs, 11, 1994, p. 267-283

VA 28/08/2004

in : Le Poilu vit à Poil, VA 28/08/2004

VDE 15/03/2005

VDE, Le dico des communes (38),  AL 15/03/2005

VDE, 2002

VDE, « Die lustige (sic) Tribolers », La Meuse, 12/01/2002

 

VW 1967

Quelques aspects du folklore chestrolais, in : La Vie wallonne, 1967, p.166-186

VW, 1967

Quelques aspects du folklore chestrolais, in : La Vie wallonne, 1967, p.166-186

Yernaux-Fiévet

E. Yernaux, F. Fiévet, Folklore montagnard,s.d., p.194-195

21:43 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |