11/12/2011

H

Habaru 

Habauru

Gros Cus (Dico, 2005, 21; Mouzon, notes)

 

Habay

Habâ

« A Habâ, l’ cafa èst fât, èt mîme s’ i n’ l’ è m’, ç’ n’èst m’ pou ti. »

(et même s’il ne l’et pas, ce n’est pas pour toi)

 

« A Habâ, i n-y an-è pus d’ dit què d’fât ! »

(il y en a plus de dit que de fait)

(= « Lès djens d’ Habâ qu’ ant pus d’ dit què d’ fât.) (Dico, 2005, 16)

 

Habay-la-Neuve

Habâ-la-Nieûve

Gens du Rivage

Les habitants de cette localité se blasonnaient volontiers, au temps passé, « Gens du Rivage ». amplifiant ainsi démesurément l’importance des étangs qui se succédaient sur leur territoire, de la forge du Prince à celle de Bologne. Cette appellation s'appliquait aussi à l'industrie mérallurgique du bassin de la Ru lies, qui était connue. même à Liège, sous le nom de forgerie du Rivage. Le terme est tombé en désuétude.

 

Rigoleûs.

Ce blason est d'ordre géographique. La « Rigole » est un quartier de la localité habité par une population assez pauvre.  (Bourguignon, 1928)

 

Habay-la-Vieille

Habâ-la-Viè

Câkirans (Haust, 1941) (câkir : coasser (Dico, 2005, 16))

Les habitants d’Habay-la-Vieille disent cela de ceux d’Habay-la-Neuve et vice versa. (Fouss, s.d.)

Haust, 1941; Fouss, s.d.; Dico, 2005, 16)

 

Haccourt

Hacout

Macrales (Haust, 1941) 

Hètcheûs d' Crôye (Haust, 1941)

 

Haillot

Hayot

« Lès cis d’ Hayot, c’èst dès sots èt à Perwé, c’ èst co pés ! »

 

« Quéle afaîre à Bèl-Aîr,

A Pèrwé, c’ èst co pé,

A Hayot, c’ èst tos sots,

A Mohu, on lès cût,

A Djamagne, on lès magne. » (Henry, 1999 ; AO, 01/04/1999)

 

Halanzy

Halazi

Pichalis ( (Haust, 1941) 

Fourmis (Dico, 2005, 3) 

(Dico, 2005, 3; Fouss, s.d.; Haust, 1941)

 

Halconreux

Halconru

« A l’ sopète, martchands d’ trompètes,

Coutriwès, martchands d’ cawiès (cailloux). »

 

Cawiès : devenu un sobriquet pour les habitants des villages environnant, dans la vallée du Glain (Dico, 2005, 15)

 

Hallembaye

Hèlèbaye

Leûps

 

 

Halleux

aus Haleu

Leûps (Haust, 1941; Marquet, 1966 ; AO1 ; Bastin, 1939)

Halonîs (Bastin, 1939)

Halma 

Halmau

Gros Tch’vaus (Dico, 2005, 44)

 

Hamipré

(H)amîprè

Grîe-cafès (VW, 1967 ; Mouzon, notes)

Griyeûs d’ cafè (Dico, 2005, 31)

 

Hamoir

Hamwèr

Martchands d’ cleûyes  (les marchands de claies) (à Ouffet)

 

Rivalité entre Hamoir et Ouffet :

à Ouffet, concernant les gens de Hamoir :

« Pôves èt grandiveûs, lès djins d’ Hamwèr, lès martchands d’ cleûyes. » (les marchands de claies).

(AO 26/12/2002)

 

Lognârds: du comté de Logne (Hamoir, Ocquier, Comblain-au-Pont, Louveigné) (Bastin, 1939)

 

Ham-sur-Heure

èl Bourk

Grimancyins (Haust, 1941)

Bourkîs (-krèsses (O0))

Ham-sur-Sambre

Ha 

Baloûjes (F1)

Iatîs (Haust, 1941)

Han (Tintigny)

Hang’

 

Han'tîs (Haust, 1941)

Hanesse  (prov. Li)

Hanèsse

Wêwês (Haust, 1941)

 

Hannut

Haneut

 

Hétås

 

“A Haneut,

Lès crotes å keu,

A Vilé (Villers-le-Peuplier)

Po lès discroter. » (Haust, 1941)

 

Hanret

Hanrèt

(hameau de La vallée) Garibaldis

(hameau de La Rue) Crotîs (F1)

 

Han-sur-Lesse

Han

Ayès

Sobriquet inspiré par la prononciation locale du mot « oui », comme à Eprave. (Bourguignon, 1928)

 

Hanzinne

Hanzène

Chinârds (moqueurs)

Hanzinwès

Hargimont 

Hardjîmont

Agnons (Marloie, 2002)

 

Hargnies (F)

Harnîye

Ârnicots (Doppagne, 1953)

 

Harinsart

Harinsât

 

Hoguèts ou Hoguaî (Dico, 2005, 16)

Villers-sur-Semois et ses sections, Harinsart, Mortinsart, Orsinfaing ainsi que les villages du bassin de la Rulles sont appelés les Hoguèts ou Hoguaîs. Ils auraient une façon à eux de prononcer très brièvement les sons é, è du français. Ils parleraient d'une voix rauque! Haust et Bourguignon font dériver ce terme de « hokîr » : bégayer. (Fouss, s.d. )

 

Cus d’ tchakâ  (culs de chabotà (Bourguignon, 1928 ; Dico, 2005, 16)

 

Tchacâs (Bourguignon, 1928)

 

Harlues 

Harloûwe

Cassètîs (fabricant de cassète, fromage) (F1)

 

Harnoncourt 

Harnoncôt

Oyelîs (éleveurs d’oies) (Oû- (Haust, 1941) )

(Dico, 2005, 34 ; Fouss, s.d.; Haust, 1941; Bourguignon, 1928)

 

Harre

Håre

Hårkês (porte-seaux) (AO2; Haust, 1941)

 

Harsin

Harsin

Mulèts (mulets)

Ce sobriquet atteste, dit-on, l'opiniâtreté bien connue des habitants de ce village. (Bourguignon, 1928 ; Dico, 2005, 30)

 

Harveng

Hârvin

Zoulous

 

Harzy

Hârji

Tchacâs (chabots) (Dico, 2005, 4 ; Francard, 1941)

 

Hatrival 

Hatrivau

Cwârbaus (Dosimont, 2000)

Cwârnayes (corneilles > batailleurs, forts en gueule) (Dico, 2005, 35)

 

Phrase par laquelle on accueille les « Cwârbaus » dans les localités voisines:

« Payisan, paye au c....

Quate cints bales au trau do c… » (Bourguignon, 1928)

 

Hautes   Rivières (F)

 

Bruhîres

Cocus

Satikèts, etc. (Doppagne, 1953)

 

Haut-Fays (Ne19)

Hôt-Fayi

Marcaus ((Haust, 1941), Marous (Dico, 2005, 9))

 

Haut-le-Wastia

Haut

Gades

 

Haut-Marais (La Reid )

Hôt-Marès

 

« A Teû / Grands plaîtieûs / A Bècô / On n’ magne nin s’ sô / A l’ Ré / C’ èst co pés / A Hôt-R’wârd, / C’ èst pôr lu diâle / A Hôt Marès / Lès macrales î dansèt / A Vêrt-Bouhon / On beût â poçon. »

 

Hautrage

Hautrâje

Leûps

 

Hautregard

Hôt-R’wârd

 

« A Teû / Grands plaîtieûs / A Bècô / On n’ magne nin s’ sô / A l’ Ré / C’ èst co pés / A Hôt-R’wârd, / C’ èst pôr lu diâle / A Hôt Marès / Lès macrales î dansèt /

A Vêrt-Bouhon / On beût â posson. »

 

Havay

Hâvé

Poûsseûs (Haust, 1941)

 

Havré

Hâvré

Houblonîs

 

Havrenne

(H)avrène

Mwin.nes (Haust, 1941)

 

Hébronval

Hèbronvâ

Pouyeûs (pouilleux)

Grandiveûs (or­gueilleux)

Ce hameau, le plus important de la commune, a toujours affiché beaucoup de mépris à l'égard des villages voisins et surtout à l'égard des Bihanais qui sont considérés comme arriérés (rècoulés, reculés). (Lejeune, 1974)

 

Heer

Hêr

Tchabots (Haust, 1941)

 

 

 

 

 

Heinsch

Häischel

Mourzoukken (mourzouks)

Ce rapprochement avec une prétendue peuplade africaine implique que les habitants de cette localité sont d'une humeur assezhargneuse et se lient rarement avec leurs voisins. (Bourguignon, 1928)

 

Heinstert

Heeschtert

Bierplëkkerer (cueilleurs de myrtilles)

Cette plante abonde dans les grands bois qui entourent ce village. (Bourguignon, 1928)

 

Hellebecq

à l’ Bièk

Minjeûs d' pape

 

Hemptinne (arr. Namur)

Hin.meténe

Bardouches (Haust, 1941)

 

Hemptinne (Florennes)

à M’tène

Bwèsous

 « Bwèsous, lès djins aus gros dj’nous. » (Lépine, 1972, sn)

 

Hemroulle

Hèmroûle

Boks (Dico, 2005, 4; Francard, 1994)

 

Henripont

Hripont

A la ducace de septembre, les Henripontois avaient coutume de dire :

« A ‘l ducace dè Vèznau (Virginal)

L’ iviér è-st-au trau,

A l’ ducace d’ Hinripont,

L’ iviér èst bî parfond. «  (Jous, 1976)

 

Aux Ecaussinnes, pour se moquer des gens d’Hinripont, Henripont, on chante, sur l’air « Lès Fîyes dè Lèstène » :

« Lès djins d’ Hinripont

Ont mau leûs boutons

A mindjî dè l’ poréye as-ougnons. » (Dascotte, 1976)

 

Hensies

Hinzî

Payis dès braves djins
Fous

 

Herbeumont

Harbûmont

Saglés (ou singlés) (sangliers) (Defosse)

 

Waraus(loups-garous) (Bourguignon, 1928))

Ce sobriquet s'explique par la proximité des grands bois qui sont réputés être la demeure de ces animaux fantastiques. (Bourguignon, 1928)

Les enfants de Mortehan tiennent à la disposition de ceux de Herbeumont le quatrain suivant :

« Warau, warau,

Pate à gayot.

La malète su l' dos

Les quate pates dins l' pot. »

(Loup-garou, loup-garou, grosses pattes, la mallette sur le dos, les quatre pattes dans le pot.)

(L'allusion à la valeur culinaire du «gayot» apparaît dairement à travers ce couplet rimé.)

Ou :

« Warau, la malète su l’ dos, pate à gayot, lès pates dins l’pot. »

(patte de taurillon, les pattes dans la casserole) (Bourguignon, 1928)

 

Sanglîs (sangliers) (Bourguignon, 1928)

Tchins d' Mauleûs (chiens de Mauleux).

Il est difficile d'expliquer cette locution. Signifie-t-elle chien de malheur ? Mauleux est-il un ancien lieu-dit du territoire ?

Pates à gayot

Le mot « gayot » a le sens de jeune animal destiné à la boucherie en raison d'une malfor­mation physique qui le rend impropré à la reproduction. Le « gayot » de race bovine se nomme « cul de poulain» ; celui de race porcine dénommé « bik èt ­bouk » ou « bok èt gade » est réputé hermaphrodite. La caractéristique de ces animaux est la rondeur de l'arrière-train, encore accentuée par l’épaisseur des membres postérieurs. (Bourguignon, 1928)

(Dico, 2005, 17; Bourguignon, 1928)

Harbûmounî (Defosse)

Hérissart (Bohan)

 

Hérissons (Doppagne, 1953)

 

Hermalle-sous-Argenteau

Hèrmale

Banselîs  

 

Hermée

Hèrmêye

Djâles

Hèrmotîs (Haust, 1941)

Hérock

Hèrôck

Coks

Ce blason se justifie par la rime et nullement par l'habitude qu'auraienr prise les jeunes gens du village d'imiter, dans certaines circonstances, le cri de ce gallinacé. (Bourguignon, 1928)

 

Héron

Héron

Hèrètîs

 

Herstal

Hèsta

D’hités

Reûdès gorlètes

Pédants

Hålènes

Grands vantrins sins quowètes

 

Hèstatîs, Hèstalîs (Haust, 1941)

Herstappe (prov. Limbourg)

 

Hacous

 

Herve

Hêve

« Dju so d’ Hêve, èt né d’ Hêve, èt dj’ so l’ fî d’ ô Hêvurlin . »

Hêvurlins

(Haust, 1941; Bastin, 1939)

Heure-le-Romain

à-(y)-Eûre-(li-Romin)

Crôyetîs (Haust, 1941)

Omes à l’ crôye

Plats-pîds

Blancs bonèts

 

Heuseux

å Heûseû

Leûps

 

Hévillers

Hévëlé

Mougneûs d’ gades

 

Hèvremont (L)

Hévrumont

Lapins

 

Heyd

 

« Fèrîre èt Fèro / Izièr èt Ozo / Toûr èy Loh'ré /

In.ne dizos Hé / Poutche so l' tièr / Vo-te-là à Viyé !”

 

(Ferrière et Ferot, Izier et Ozo, Tour et Loheray, Aisne­ sous-Heyd, saute sur le «thier» ; te voilà à Villers (Sainte-Ger­trude).) (Blason, 1970)

 

Djès  (Haust, 1941; -és (Dico, 2005, 10)

 

Hingeon

Hindjon

Pèlés (F1)

 

Hives

Hîve

Hîrtcheûs (traîneurs) (AO1; Marquet, 1966)

 

Hockai

so Hokê

 

Hokurlins (Bastin, 1939; Haust, 1941)

Hodeige

Hodèdje

« A Hodèdje, i fêt nut’ à qwatre eûres. » 

 

Hodimont (Verviers)

Hodîmont

Kêzèrliks

 

Hollange

Holindje

Masindjes (mésanges) (Francard, 1994 ; Bourguignon, 1928)

La rime est responsable de ce gracieux surnom.

Un curieux et amusant dicton se rapportant à ce village est repris à l'article: Bodange. (Bourguignon, 1928)

 

Hollogne 

Hologne

Gades (Dico, 2005, 25)

 

Hombourg

(Op) Homerech

de Tröteväger (rinceurs de goulots) (Herve, 1987)

 

Hondelange

Hondel

Honn (chiens) (Bourguignon, 1928)

 

Honvelez

Honvelî

Halsoplètes (Haust, 1941)

 

Honville

Honvèye

Ûjês (oiseaux) (Francard, 1994)

Cus d’ botèye

 

Hosseuse

Hosseûse

(H)osse-cus (hochequeues) (VW, 1967 ; Mouzon, notes ; Dico, 2005, 31)

 

Hotte

Hote

Hotelîs (porteurs de hottes) (Francard, 1994)

Adjalés crotes (crottes gelées) (Bourguignon, 1928)

 

Houdemont 

Hoûlemont

Roros (Dico, 2005, 16)

Houdemonîs

Houdeng-Aimeries

Houdè

Cus tout nus (Haust, 1941; O3)

 

Houdeng-Goegnies

 

Goûgnére

Gaunias (Haust, 1941; O3)

Ratatas (crécelles) (O51)

 

Houdremont

Hodrémont

soit plutôt l'avarice comme c'est le cas pour Houdremont :

« Cané d' Odrémont

Qui passe dissus l' pont

Po ramasser dès limeçons. »

(Cané d'Houdremont qui passe sous le pont pour ramasser des limaces.)

 

« Cané d' Odrémont

Qui va su l' route di Bouyon

Po ramasser dès limeçons

Po fwère lu soupe o blanc bouyon ! »

(Cané d'Houdre­mont, qui va sur la route de Bouillon pour ramasser des limaces pour faire la soupe au bouillon blanc).

 

« Cané d' Odrémont

Quu l' djâbe î pond

Avou sès cwanes èt sès moutons ! »

(Cané d'Houdremont, que le diable y pique avec ses cornes et ses moutons).    (à Bièvre) (Doppagne, 1953)

 

Houdrigny

Hondrègni

Tchitchots (poires séchées ou mieux, consomma­teurs de poires séchées)

On assure que les habitants de cette localité apprécient particulièrement la tarte aux fruits de cette nature. Le mot gaumais « tchitche » est à rapprocher du français « poire chiche ». (Bourguignon, 1928)

 

Houffalize 

Houfalîje

Bordjeûs (Dico, 2005, 19)

Mougneûs d’ tâte â riz (Dico, 2005, 19; Francard, 1994)

 

Hour

Hoûr

Crèkions

 

Hoursinne 

Hoursine

 

Hoursinîs (Dico, 2005, 11)

Hourt

â Hoûr

Hoûrlês (Haust, 1941)

 

Houtaing-lez-Leuze

Houtin

Rous

 

Houtain-l’Evêque / Houtem

Houtém

Zotten van Houtem

 

Houyet

Houyèt

Mikelèts (Haust, 1941)

Bikèts (F1)

Houyetîs (Haust, 1941)

Houyètîs (F1)

Huccorgne

Houcwègne

Pîmâyes (Haust, 1941)

Vias

 

Huissignies

Huncheni

Ochenaus (Haust, 1941)

 

Humain 

à-y-Humin

Chitauds (Dico, 2005, 25 ; Lejeune, 1983)

 

Huppaye

Houpâye

Ios d’ Houpâye

cf interjection ‘io!’; lès Nis d’ Djaucelète (ni = po ‘nin’)

(Gaziaux 1987, 52)

Oupayetis (Gaziaux 1987, 305) ;  on vraî Oupayetî (Lë Sauvèrdia, 242, 2007, p.8)

Huy

Hu

Hitås è Moûse (Haust, 1941)

Hite è Hoyou

Hututus

Hutwès

Hymiée

Himyéye

Mauhés (Haust, 1941)

 

00:07 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

I-K

Isières

Isiêre

Gâs (oies)

 

Ittre

 

Tèrniatîs (habitants du quartier du Tèrnia (dimin. de ‘tiène’ : colline, côte, montée)) (O0)

 

Ivoy

à-(y)-Ouwè

Catîs (Haust, 1941)

 

Izel

Ijé

Cokriès (petits coqs) (Bourguignon, 1928 ; Fouss, s.d.)

 

Izier

Iziêr

« Fèrire èt Fèro / Izièr èt Ozo / Lès qwate pus mâvas viyèdjes / Qu' i-n-âye inte l' Ardène èt l' Condro ! »

(Ferrière et Ferot, Izier et Ozo : les quatre plus mauvais villages qu'il y ait entre l'Ardenne et le Condroz!)

 

« Fèrîre èt Fèro / Izièr èt Ozo / Toûr èy Loh'ré /

In.ne dizos Hé / Poutche so l' tièr / Vo-te-là à Viyé ! »

(Ferrière et Ferot, Izier et Ozo, Tour et Loheray, Aisne­ sous-Heyd, saute sur le « thier » ; te voilà à Villers (Sainte-Ger­trude).) (Blason, 1970)

 

Jalhay

è Djalhê

 

Boûs d’fagne (hab. riverains de la fagne depuis Xhoffraix jusqu’à Bosfagne) + Francorchamps ( (de la part des hab. de Stavelot), Jalhay (de la part de ceux de Verviers)) (Bastin, 1939)

Lèhous (Haust, 1941)

Djalhêtwès (Bastin, 1939) 

Jamagne (prov. Liège)

Djamagne

 

Quéle afaîre à Bèl-Aîr,

A Pèrwé, c’ èst co pés,

A Hayot, c’ èst tos sots,

A Mohu, on lès cût,

A Djamagne, on lès magne.  (Henry, 1999 ; AO, 01/04/1999)

 

Aragnes (Lépine,1972, sn)

 

Jambes

è Djambe

Prussyins (F1)

 

Dit par les Jambois :

« I faît tchôd èà Djambe, c’ èst Nameur qui brûle. » (Yernaux-Fiévet)

 

Jambline

Djamblène

Mouchons d' teut (Haust, 1941)

 

Jamioulx

Djan.miou

Lotieus (O0); Lotcheus (O0; Haust, 1941) (Lotchwès: dit à Châtelet (O0)

Rostimonîs (habitants de Rostimont (hameau)) (O0)

 

Jamoigne

Djamogne

Barons

La terre de Jamoigne. anciennement Le Faing, fut érigée en baronnie au début du XVIIe siècle. (Bourguignon, 1928)

Jamognîs (Dico, 2005, 8)

Jauche

Djauce

Mougneûs d’ bouyon

 

Jauchelette

Djaucelète

lès Nis d’ Djaucelète (ni = po ‘nin’)

(Gaziaux, 1987, 52)

Djaucelètis (pfs: Djaucelètwès)

Javingue

Djavingue

Tortias (Haust, 1941)

 

Jehay-Bodegnée

Dj’hê

« C’ èst come lès djins di Tch’hè, pus bê d’ lon qui d’ près. » 

 

Jéhonville 

Tchonvîye

Paurotchîs (à Offagne : aus Paurotches = Jehonville, Acremont et Sart) (Haust, 1941 ; Dico, 2005, 6)

(Defosse : pour la section de Sart seulement parce que la paroisse (parochii en latin) avait autre­fois son siège à Sart)

 

Jemappes

Djumape

Kèrtons
Pètrons

 

Jemelle

  Dj’méle

Ralètcheûs d' pêle (relécheurs de poêles ou, mieux, de poêlons)

Ce sobriquet est dû à la rime. Comme bien d'autres. Les habitants d'On l'expliquent cependant par la pauvreté des natifs du lieu et leur extrême voracité. (Bourguignon, 1928)

Dj'mélîs (Haust, 1941)

Jemeppe (Hargimont)

Dj’mèpe

Porètes (Marloie, 2002)

 

Jemeppe-sur-Meuse

Gn’mèpe

Mangons
Majis

 

Jemeppe-sur-Sambre

Dj'meupe

Longuès Tièsses (O0 ; Haust, 1941)

 

Jeneffe(en-Condroz)

Gngnèfe

Ågnes  (Haust, 1941)
Ågneûs (Haust, 1941)
Payis dès-ågnes

 

Jenneville

Tchènevèye

Cus d’ boutèye (Guillaume, s.d.)

 

Jodoigne

Djodogne

Mèdaus (se dit à Wavre; Jodoigne comprend deux paroisses, sint-Mèdau [Médard] et sint-Lambêrt)

 

lès Cénks dë Djodogne (dit par les villageois des environs qui disent lès cës) (Legros, …)

 

"A Djodogne, grâce à sint Mèdau,

T’ arives tokè, t’ èrvas cayau. »

 

Jollain-Merlin

Jolin-Mèrlin

Loups(habitants de Merlin)

 

 

 

 

 

Journal

  Djurnalî

Gurzalîs (groseillers) (Marquet, 1966 ; Dico, 2005, 39)

Gazètes (Dico, 2005, 39)

Journalisses (journalistes) (Bourguignon, 1928)

Djurnalîs, Djurnalerèsses (Francard, 1994)

Jumet

Djumèt

Bleûs (Haust, 1941)

 

Ègnetîs (habitants du quartier de Heigne) :

lès Sarazins (Bastin, 1965)

 

Cwérelîs  (habitants du quartier appelé « èl Cwérèle ») (O0)

 

Jupille (prov. Liège)

Djoupèye

Mohons

Djins dè l’ fièsse d’ å côp d’ coûtê

Tchôds Cous

Moûdreûs

Baudârts ou li bande di Baudârt

> Baudarîs  

 

Jupille (prov. Lux.)

Djupèye

 

« A Marcoûrt, li djâle î coûrt

A Macray, li djâle î brêt

A Djupèye, il î marèye sès fèyes

A Warizi, il î marèye sès fis.

A Bwès-do-Ri, i toume li cou â ri. »

(à Warizy) (Dico, 2005, 33)

 

Juseret

Djuserèt

Cus d’ djusse (culs de cruche) (Francard, 1994)

Djuserotiès

(Bourguignon, 1928 ; Francard, 1994)

Kain

Kin

Baudèts

 

Kemexhe

K'mèhe

Cougneûs d' gade (Haust, 1941; Doppagne, 1953) Platês (Haust, 1941)

 

00:07 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

M

Mabompré

Mâbompré

Tchèts (AO1)

Hérons (Dico, 2005, 19)

 

Macon

Macon

Sorcières

 

Maffle

Mafe

 

Maflou s(Haust, 1941)

Mageret

Madjerèt

Chafions (bousiers) (Dico, 2005, 4 ; Francard, 1994 ; G4, p.122)

 

Magerotte

Madjerote

Madokîs (Dico, 2005, 37)

 

Magnée

Mangnêye

Leûps (Haust, 1941) 

 

Mahoux

Maou

Fous (Haust, 1941) 

 

Maissin

Mêssin

Zoumes

Mêssenîs

Maizeret

Maujerèt

Choupias (F1)

 

Malmedy

Mâmedi

« Mâmediyin , / Pèlé tchin / Droûve tu gueûye / Dju tchîré d'vins. »

C'est la moquerie des ruraux à l'adresse des

Malmédiens méprisants.

(à Robertville : ... Drove tè ... , à Waimes : ... Drouve teu ... / Djeu tchîri … ;  Djè tchîré ...)

 

« A Mâmedî, is magnèt l' hyite à kèyîres ,

Lè stron à qwâtrons

Èt l' piherote à cohotes. »

(dit à Waimes) (Pinon, 1994)

 

« Cou d’sètch, bèsace. » (Stavelot):

« I fât deûs cous d’sètch, po fé one bèsace », dit-on à Stavelot.

Aussi: « mon-âme » (Malmédiens) (de la part des hab. de Stavelot): « Dju m’va amon lès-_ »: je vais à My.

Traduction de l’allemand: Meiner Seele, sur ma foi! (Bastin, 1939)

 

« Èt à Mâmedî , magnèt l' hite à cayîs. » (Pinon, 1994)

Mâmediyins (Pinon, 1994) ; Mamediyins (Haust, 1941);

Mâmediyins (ènes) (E21);

Mâm’diyins (è l’ place di: Man.medî / Man.mediyin (à Stavelot) (Bastin, 1939)

Malvaux (Grivegnée)

Målvå

Sèrpètes

Trintchèts

 

Malvoisin

Mauvejin

Canés

 

« Mauv'jin,

mwaîs vèjin. » (mauvais voisin)

 

« Mauv'jin, l' payis  dès bèguènes. «  (à Willerzie)

(Malvoisin,  le  pays  des  béguines) (Doppagne, 1953)

 

Manage

Manâdje

lès céns dou Fin-d’bout (O0)

 

« C'è-st-in p'tit frére di Manâdje ! » (Yernaux-Fiévet)

Manadjoûs

Mande-Saint-Etienne

Mande

Mendiants

Jeu de mots facile évidemment moderne, qui a l'avantage de pouvoir s'appliquer aussi, aux habitants de Mande-Sainte-Marie, dép. de Sibret. (Bourguignon, 1928)

Mandurons, -ones (Francard, 1994)

Marbaix-la-Tour

Mârbwés

Marloyas (O0)

 

Marbay 

Marbê

R’nauds (Dico, 2005, 31)

 

Marbehan

Marbuhang’

Fromages puants(Bourguignon, 1928; Dico, 2005, 16)

Ce blason n'est certainement pas ancien. Il est appliqué aux enfants de la localité par ceux de Harinsart et d'Orsinfaing. (Bourguignon, 1928)

 

Marche-en-Famenne

Mautche

 

Mau Tchîs  (mal venus)

avec un sens scatologique qu'il est inutile de rendre dans toute sa précision. (Bourguignon, 1928))

 

Blason dialogué pour Marche-en-Famenne :

« - T'’ ès là, Mautchî ?

- Mî tchî qu' ti !

- Si dj' éve one figure come t' as on cou,

Dj' n' îréve mây pus tchîr quand i fêt clér !”

(Tu es là Marchois ? (en dialecte, il y a homonymie entre « Marchois » et « mal chié»)

Mieux chié que toi ! Si j'avais un visage semblable à ton c..., je n'irais jamais plus ch... quand il fait clair ! (Erreur manifeste du témoin qui devait dire : si j'avais un c... semblable à ta figure...) (Blason, 1970, 203)

 

(Haust, 1941 Blason, 1970; Bourguignon, 1928)

Mautchwès

Marche-lez-Ecaussinnes

Mârtche

 

Martchous (Haust, 1941)

Marchipont

Marchipont

Trompeûs

Fraudeûs

 

Marcinelle

Mârcinèle

Boûs (bœufs) (O0)

 

Marcouray

Macré

Macrales (sorcières) (Marquet, 1966)

Macrês  (sorciers) (Marquet, 1966 ; Bourguignon, 1928)

 

« A Marcoûrt, li djâle î coûrt.

A Macrê, li djâle î brêt.

A Djupèye, il î marèye sès fèyes.

A Warizi, il î marèye sès fis.

A Bwès-do-Ri, i toume li cou â ri. » 

(à Warizy) (Dico, 2005, 33)

 

Mariembourg

Mariyemboûrg

Baudèts
Bourikes
Côpeûs d’ queuwe dè baudèts (Lepine, 1972, 9 ; F1)

 

Marloie 

Maurlôye

Baloûjes, Balouwes (hannetons) (Bourguignon, 1928 ; Dico, 2005, 25)

 

Marneffe

Marnèfe

Crâs Hènîs

 

Martelange

Martel

Leekepperchen (petites têtes d'ardoise, ardoisiers)

L'exploitation des ardoisières a occupé pendant longtemps une grande partie de la population.

Ardoisiers.

(Bourguignon, 1928 ; Dico, 2005, 26)

Marteler

Martilly 

Marcli

Marticots (Dico, 2005, 17 ; Mouzon, notes)

 

 

Martué

Martuwé

Marticots (Defosse ; Bourguignon, 1928 ; Dico, 2005, 14)

Ce terme est énigmatique (sic). Dans toute la Gaume riveraine du Ton, le mot « marcô » est syno­nyme de chat. En a-t-il été de même, anciennement, dans le bassin de la Semois moyenne ? (Bourguignon, 1928 )

 

Marvie

Marvî

Vês (veaux) (Francard, 1994; Dico, 2005, 4; Haust, 1941)

 

Masbourg

Masbor

Rondrotches (prononcez: Rondes rotches). La signi­fication de ce blason est inconnue. On peut croire que le mot signifie « roches rondes» ou «ronds rouges », mais cette équivalence ne nous donne aucune solution. (Bourguignon, 1928)

 

Rodrotches (Dico, 2005, 30)

Masborès (AO1)

Massul

Maussu

Mau Sukès (mal frappés (VW, 1967 ; mal assommés,  gens de faible intel­ligence (Bourguignon, 1928) ;  ceux qui ont la tête dure (Dico, 2005, 31)

 

Matagne-la-Grande

Matagne-lè-Grande

Bieus (bœufs)(F1 ; O0)

 

Maubray

Mombré

 

Mombèrlous (Haust, 1941)

Mazée

Mauzéye

Makeraus (Lépine,1972,10 ; F1)

 

Meeffe

Mêfe

Wêwês (Haust, 1941)

 

Mehaigne

Magne

Djotîs (F1)
Mougneûs d’ djote (F1)

 

Meix-devant-Virton

au Méych

Ramoûnîs (fabricants de balais)

Se reporter à Gérouville. (Bourguignon, 1928)

Faunèts (frelons (Bourguignon, 1928))

Housètes (grandes poches, guêtres, chaussons)

Ce blason fait allusion à l'accoutrement d'une partie de la population, qui passe, en outre, pour pratiquer l'usage du bas de laine et y serrer son argent.

(Bourguignon, 1928)

 

Mèksikins (Lépine, 1972, 5)

Calembour d'invention récente. (Bourguignon, 1928)

Méchtots (Haust, 1941)

Meix-le-Tige 

au Méych

Brayâs (criailleurs) (Fouss, s.d. ; VDE, 15/03/2005)

Chayâs (marcheurs disgracieux) (Bourguignon, 1928)

Dans la langue du terroir. un «châyâ» est un homme qui marche en balançant les épaules et les bras, en tournant les pieds vers le dehors, en pliant lu genoux et en faisant le gros dos.

 

Pichalîs (pisseurs de lait ou pissenlits)

(Bourguignon, 1928)

 

Warabaus (vers s’attachant aux animaux)

Les enfants de Châtillon ont coutume de proférer, à l'adresse de leurs voisins de Meix-le-Tige, l'apostrophe suivante:

« Méychtî, Pichalî

Qui n' ant pont d' kilî

Pou mièdjî lieû briot. »

(Habitants de Meix, qui pissent au lit, qui n'ont pas de cuiller pour manger leur pape d'avoine).

Ils ajoutent parfois ce pittoresque refrain

« Chayâs, brayâs,

Qui n' ant pont d' miaye

Pou mounéy lès gades à la fouraye. »

(Marcheurs disgracieux, braillards, qui n'ont pas de nourriture pour mener les chèvres à la pâture).

On remarquera la malice diabolique des jeunes citoyens de Châtillon qui trouvent moyen de railler, en même temps. les attitudes, les occupations, la condition médiocre et certaines particularités du parler de leurs jeunes « amis » de Meix-le-Tige. (Bourguignon, 1928)

 

Melles

è l' Mèle

Nånås ou Gnågnås (Haust, 1941)

 

Mellet

à M’lèt

Carotîs (O0)

Pète-èvôyes (Lépine, 1972, 5)

« Mèlèt, c'est l' payîs dès carotes. » (Yernaux-Fiévet)

 

Mellier

Mâliè

Grèviès (vairons) (à Léglise (Mouzon, notes) ; (Haust, 1941)) ; Grèvîs, Greuviès)

 

(Paul Jean, Lès c’rîjes du Lèglîje, AL ; Dico, 2005, 21 ; Mouzon, notes ; Haust, 1941)

 

Membre-sur-Semois

Membe

Macabés (à Nafraiture)

Ceux  de  Membre  appellent les  naturels de Nafraiture  « Ma Gadé (expliqué par « ma gade hé ! », cri d'un paysan qui cherchait sa chèvre) ; les gens  de   Nafraiture ont riposté en partant du  gentilé « Mabé » dont ils ont fait macabé. (Doppagne, 1953)

Membrés (F1) ; Mambrés, Mabés (   Doppagne, 1953)

Menufontaine

à

M’nufontin.

ne

Djambons di rin.ne (pattes ou cuisses de grenouille)

(Bourguignon, 1928)

M(è)nufontin.nîs (Francard, 1994)

Merbes-le-Château

Mèrpe-Chatau

Couyous

 

Merdorp

Mièrdo

Brèyås (Haust, 1941 )

 

Merlemont

Mièlemont

Cus d’ tchôdron (Lepine, 1972, 9)

 

Merny

Mèrnî

Maltons (bourdons) (Les habitants y avaient la réputation de parler en marmonnant et en maugréant : allusion au bourdonnement (Defosse) ; Delairesse-Elsdorf, 2004) 

Waspes (guêpes) (Haust, 1941)

 

 

Méry

è Måri

Gades

 

Meslin-l’Evêque

à M’lin

Louchetiers

 

Mesnil-Saint-Blaise

 au Mwin.ni(-sint-Blaîse)

Couchèts (cochons) ((Bourguignon, 1928) ; Cu- (F1))

Copiches(Haust, 1941)

 

(Bourguignon, 1928 ; F1 ; Haust, 1941)

 

Messancy

Miezeg

Lemden (butors)

Ce peu avantageux sobriquet, motivé par la baute taille et la grande force physique de la plupart des habitants de Messancy, leur est appliqué par leurs voisins de Wolkrange et de Buvange.

 

La population de ce village a la répuration d'être très orgueilleuse. On raille volontiers, à Arlon et Atbus, la manière dont elle prononce le mot de Messancy lorsqu' elle s'exprime en français (Messoncy).

La  localité est parfois dénommée. un peu par ironie, « le village des châteaux », «le chef-lieu du canton des neuf communes ». On entend marquer ainsi que les natifs du lieu font état de toutes les particularttés pour renforcer leur prestige de demi-citadins.

Mésants siens (méchants chiens)

Blason bumoris­tique très usité à Arlon, mais ne reposant que sur un facile calembour. (Bourguignon, 1928)

 

 

Messines (Mons)

 

Sots

 

Mesvin

Mèvin

Côraches (Haust, 1941)

 

Mettet

M’tèt

Djobins (Haust, 1941)

 

« Lès coméres di M’tèt sont pus bèles d’ au long qui d’ près. »  (Haust, 1941)

 

Meuville

Meûvèye

Lurtês (Haust, 1941)

 

Meux

Meû

Godomes (Haust, 1941 ; F1; Lépine, 1972, 5)

 

Michamps

Mîtchamp

Bês-Èfants (Francard, 1994)

 

Mignault

Miaut

 

Miautoûs (Haust, 1941 ; S28)

Milmort

Meurmwète

Gros talons (Haust, 1941)

Hôts talons

 

« I toûne à tot vint come li cokerê d’ Meurrmwète. »

 

Mirwart

Mirwaut

Tièsses di tch’vau (têtes de che­vaux) (Haust, 1941 ; Bourguignon, 1928)

 

Mochamps

Mautchamp

Boûs (Francard, 1994 ; Haust, 1941)

 

Mogimont

Modjimont

 

Modjimontîs (Twisselmans, p.165)

Mohu ?

Mohu

“Quéle afaîre à Bèl-Aîr,

A Pèrwé, c’ èst co pés,

A Hayot, c’ èst tos sots,

A Mohu, on lès cût,

A Djamagne, on lès magne. » (Henry, 1999 ; AO, 01/04/1999)

 

Moinet

Mwin.nèt

Lumeçons (limaces) (Francard, 1994 ;  Marquet, 1966 ; AO2 ; Dico, 2005, 4) 

 

Welsch Bocken (boucs wallons)

Le nom de cette localité se traduit par Welsch-Bochholtz. Nos voisins du Grand-Duché, comme tous les Ardennais, n'ont pas manqué l'occasion de faire un facile jeu de mots. (Bourguignon, 1928)

 

Cous d’ pouyes (Bourguignon, 1928 ; AO2)

 

Moircy

Mwârci

Tchacossês (chabots) (Bourguignon, 1928 ; Mouzon, 1981)

Pouchelèts (Haust, 1941 )

 

Molinfaing

Molîfè

Crèvès tchèts (chats crevés) (Bourguignon, 1928)

 

Momalle

Moumåle

Tchèts

 

« Moumåle, Moumelète, Pissoûle èt Hodèdje, c'èst qwate voleûrs al cwène d'on sètch. » (Haust, 1941)

 

Monaville

Mon.navèye

Pècheûs à l’ botèye (Francard, 1994)

 

Monceau-en-Ardenne

ou Moncé

Rousse, Roussias (roux) (à Bièvre)

Mouskètîs  (à Oizy, Baillamont)

Blason toponymique : ou Tas

 

1 « Moncètê / malète deu vê / keu d' pourcê. »

(à Petit-Fays)

 

2 « Rousse, rousse du Moncê. » (à Petit-Fays) 

 

3 « Canés du Moncê / Canés du pourcê. » (à Bièvre) (Doppagne, 1953)                   

Moncètês

 

Hameau : Amia : Amiatîs

Mons

Mont

Montwas Cayau  

Montwès (Coppens, 1959)

Mons (arr. Liège)

Mons’

Monsâ

 

“C' è-st-on mo sâ, i n’a qu’ po s' panse.”

De même, on dit à Hognoul :

« Tot po s' ponse, come lès djins d' Mons’.”  (Haust, 1941)

 

Mont (Bastogne)

Mont

Cous d’ plomb (culs de plomb) (Dico, 2005, 4 ; Haust, 1941 ; Francard, 1994)

 

Mont (Grand-Halleux)

o Mont

Côris (Haust, 1941)

 

Mont (Malmedy)

Lu Mont

Longs Grognons (Pinon, 1994 ; Bastin, 1939)

 

De Xhoffraix:

« A Hiofrê, lès longs mustês (tibias)

A Longfaye, lès lonkès payes

A Zoûrbroût’, lu diâle î hioûte (écoute)

A Bôsfagne, lu diâle î magne.

èn-Ovîfa, lès gros baras.

O l’ Rubîvèye, lès d’hyitées fèyes.

O Mont, lès longs grognons. » (Bastin, 1939,52-53)

 

Mont (Theux)

Mont

Boûs

 

Mont (Houffalize)

Mont

Vês (veaux) (Dico, 2005, 19 ; Copin’Oufa – 21/04/01 ; AO2; Marquet, 1966 ; Francard, 1994)

 

Cherain, Mont-le-Ban, Mont-lez-Houffalize

Toute cette région (le canton d'Houffallze) forme « lu payis dès coupêres » (le pays des compères). Le mot n'est plus compris par les villageois. Aucun élément ne permet d'affirmer que « cou­pêre » (compère) soit devenu synonyme de balourd, béotien, comme c'est le cas dans d'autres régions de Wallonie. Cependant, Haust cite également ces locali­tés [tandis que Hens cite celles du canton de Bastogne ]. (Lejeune, 1974)

 

Mont-de-la-Trinité (Tournai)

 

Longs Cus

 

Montegnée

Montegnêye

Ågnes (Haust, 1941)

 

Montignies-sur-Sambre

 

Montegnè

 

 

 

Montagnârds (Y1)

Montignies : Village : Casseûs d' assiètes (Yernaux-Fiévet)

 

Nouviletîs (habitants de la Neuville) (Y1)

lès céns du Trî,

lès céns d’ Sint-Djan,

lès céns du Warmonçau,  (habitants de ces quartiers) (Y1)

 

Roctiatîs (habitants du Roctia (O0) ; du Roctiau (Y1))

« Lès djins du Roctia ont yeu in côp d'éle (allusion au moulin). » (Yernaux-Fiévet)

 

Leups (Haust, 1941)

 

 

 

 

Montigny-le-Tilleul

Montegnî

Maricaus (Haust, 1941) 

Plagnîs (habitants du quartier de la Plagne) (O0)

 

Mont-le-Ban

 

Mont-l'-Ban

Coupêres

 

Cherain, Mont-le-Ban, Mont-lez-Houffalize :

Toute cette région (le canton d'Houffallze) forme « lu payis dès coupêres » (le pays des compères). Le mot n'est plus compris par les villageois. Aucun élément ne permet d'affirmer que « cou­pêre » (compère) soit devenu synonyme de balourd, béotien, comme c'est le cas dans d'autres régions de Wallonie. Cependant, Haust cite également ces locali­tés [tandis que Hens cite celles du canton de Bastogne ]. (Lejeune, 1974)

 

Mont-le-Soie

Mont-l'-Sôye

Sôyês (Haust, 1941)

 

Montplainchamps 

Montplintchamp

« M., c’èst pa tous lès tchamps. » (Dico, 2005, 31)

 

 

Montroeul-sur-Haine

Moutrwè

Corbaus

 

Mont-Saint-André

Sint-Andri

Gôyes (pas d’ explication trouvée) (Legros, VW XXVII, p.301)

 

Mont-sur-Marchienne

Mont

 

Longs Pougnèts (O0)

 

Monville

Monvèye

Cous d'awèyes   (chas d'aiguilles;  alevin, fretin) (Marquet, 1966)

Halbonsâs (Haust, 1941)

 

Morhet 

Morhèt

 

Morètîs (Dico, 2005, 41)

Morialmé

Moriamé

Cous’ (terme amical (de ‘cous’ (cousin)) (O0) (F1 ; Lépine, 1972, sn)

Crayats (Lépine, 1972, sn)

 

Cwérelîs  (habitants du quartier appelé « èl Cwérèle ») (O0)

 

Mormont (Barvaux)

Mwèrmont

 

Mwèrmonîs (Haust, 1941)

Mortehan 

Morteuan

Tayans (taons) (Haust, 1941; Bourguignon, 1928)

Morteuanès (Defosse)

Mortinsart

Mortinsât

 

Hoguèts (Fouss, s.d.; Dico, 2005, 12)

Villers-sur-Semois et ses sections, Harinsart, Mortinsart, Orsinfaing ainsi que les villages du bassin de la Rulles, sont appelés les Hoguèts ou Hoguaîs. Ils auraient une façon à eux de prononcer très brièvement les sons é, è du français. Ils parleraient d'une voix rauque! Haust et Bourguignon font dériver ce terme de « hokîr » : bégayer (Fouss, s.d.)

 

Morville (prov. Namur)

Mârvèye

Payis dès Sôrcîres (C1)

 

Moulin-sous-Fléron

Molin

Molinèts

 

Mourcourt

Mourcout

Noms di Djou

 

Mouscron

Moucrån

Moucrinchots (moustiques)

 

Mousny

Mouchni

Mochètes (moucherons) (Marquet, 1966)

 

Moustier

Moustî

Moustatchus (F1 ; Haust, 1941)

 

Mouzaive

Mouzaîve

Bédwins (insociables, sauvages) (Defosse ; Haust, 1941 ; Bè- : Bourguignon, 1928)

Cette comparaison avec une peuplade de l'Afrique fait supposer que les habitants de cette localité sont d'humeur farouche et d'un commerce difficile. Dans la langue du terroir, le même mot signifie quelquefois: maçon, ouvrier du bâtiment. L'explication la meilleure est sans doute la seconde mais la tradition accorde la préférence à la première. (Bourguignon, 1928)

 

« Mousêvrian                    

l' Cu trop peusant. »  (le  cul  trop  lourd.)               

 

« Mousêvrian

Cu d' tchôdron. » (cul de chaudron) (Doppagne, 1953)

Mouzêvrians   (Doppagne, 1953)

Moyen

Moyèng’

Mohinès (riches, moyennés) (Bourguignon, 1928 ; Dico, 2005, 8)

C'est une simple alté­ration du gentilé « Mohinî» éveillant un sens qui favorise l'éclosion d'un calembour. (Bourguignon, 1928)

Mohinîs

Mozet

Mozèt

Wèwès (F1)

 

Muno 

Mûnau

Gayots (taureaux) (Defosse)

Waraus (loups-garous) (Defosse ; Dico, 2005, 14)

Munis, Munotîs (Defosse)

Musson

M’sson

Lumeçons (limaçons) (par rime) (Bourguignon, 1928)

 

 

Mussy

Muci

Cabus (Haust, 1941)

La culture de ce légume occupait autrefois une partie de la population. Les habitants de la localité se rendaient assez loin, jusqu'aux marchés d'Arlon, de Bastogne, de Neufchâteau et même de Namur, pour écouler leurs produits. (Bourguignon, 1928)

 

Crokions (Haust, 1941)

 

Coutelîs (couteliers)

La coutellerie fut très prospère. dans cette localité. pendant tout le XVIIIe siècle. Nous avons affaire ici à un blason incontestablement ancien.

(Bourguignon, 1928 ; Fouss, s.d.))

 

Hotîs (porteurs de hotte) (Bourguignon, 1928)

C'est une allusion au colportage, où de nombreux habitants de ce village trouvèrent leurs principales ressources. De 1750 à 1850. ils se comptèrent par douzaines. Presque tous les passeports pour l’'intérieur du pays sont établis vers 1815, en faveur de personnes residant à Ethe ou à Mussy et exerçant cette profession.  (Bourguignon, 1928)

 

Gauchiès (gauches, maladroits)

Râkions (trognons, objets de peu de valeur)

 

00:06 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

N

Naast

Naus’

 

Naussoûs (Haust, 1941)

Nadrin

Nâdrin

Marlokes (maillets)

 

(Haust, 1941; Copin’Oufa,  21/04/01; AO2)

Nâdronîs

Nafraiture

Nafraîteûre

Bourdjwas (bourgeois) (Doppagne, 1953)

Canés

Magadés (Doppagne, 1953)

« Une gardienne de chèvre de nafraiture, partie à la recherche d’une de ses bêtes à barbichette, s’adresse en son patois (sic) à une habitante de membre : « Vous n’ auriz nin vu ma gade, hé ? ». Depuis ce temps, les gens de Membre puis d’autres lieux surnomment ceux de nafraiture les « Magadés ». (Magadés, 2003)

 

« Canés d’ Nafrétère / Qui bètche à l’ tère. » 

(… qui  becque (mange) de la terre)

        

« Cané d'Nafrétère / Qui bètche à l’ mèrde. » (Doppagne, 1953)

 

Nalinnes

Naulène

Marloyas  (O0)(Mâr- (Haust, 1941))

 

Namèche

Namètche

Carioteûs (F1)

 

Namoussart

Nâmoussê / Nam'sê

Leûps (Contact, 1986 ; Dico, 2005, 31

Rawiês (grignoteurs) (Bourguignon, 1928)

 

Namur

Nameur

Chwès
Chitauds

habitants de Saint-Loup: les Leûps

habitants de Saint-Jean : lès-Agnas

habitants de Notre-Dame (li Sarasse) lès Sarazins

quartier Saint-Nicolas: lès-Ârsouyes (F1)

 

Mougneûs d’ gravasses / d’ lumeçons (F1)

Djodjos (F1)

 

« Vîve Nameur po tot,

Po l' toubak

Èt po l' satchot. » (Yernaux-Fiévet)

 

Dit par les Jambois :

« I faît tchôd è Djambe, c’ èst Nameur qui brûle. »

(Haust, 1941; Yernaux-Fiévet)

Namurwès

Naninne

Nanène

Saumons (F1)

 

Naomé

Nayaumé

Cadèts (Haust, 1941 ; F1)

 

Narcimont

Narcimånt

Rats du couvent (Paul Jean, Lès c’rîjes du Lèglîje, AL)

 

Nassogne

Nassogne

Quawèts  ?(vase de cuisine pourvu d’une queue, poêlon) ( < industrie boisselière à Nassogne) (Petit, 1987)

 

(Haust, 1941 ; Petit, 1987 ; Bourguignon, 1928 ; Dico, 2005, 30)

Nassognârds (AO1 ; Haust, 1941 ) ; -gnès (AO1 ;

Natoye

Natôye

Payisans (F1)
Payis des trôyes (Pol Englebert)

 

Néchin

Néchin

Bales d' étoupe(Haust, 1941)

 

Neerheylissem

Élèssëne

Sots

(parce que « j'ai été » s'y dit « djè so sti » : blason et explication notés à Pellaines) (Haust, 1941)

 

Neffe (Bastogne)

Nèfe

Fènèsses (grandes herbes sèches) (Dico, 2005, 4 ; Francard, 1994)

 

Neffe (Dinant)

Néfe

Tchins (F1)

 

Nessonvaux

Nèssonvå

 

Sôvåtwès (Haust, 1941)

Neufchâteau

Lu Tchèstê

Gueûyes du vê (mufles de veau) (Bourguignon, 1928)

 

Ce sobriquet figure en bonne place dans le refrain que les enfants de Longlier adressent à leurs camarades du « Tchèstê » :

« Tchèstrolès,

Gueûye du vê,

Pwals d' avonne,

Baye  ta lîgue

èt dj’ tchîraî d'ssus. »

(Chestrolais, gueule de veau, poil d'avoine, donne  ta langue, je la couvrirai... à ma façon).

(Dico, 2005, 31; Bourguignon, 1928: …/ Tire ta lîgue/)

 

« V’là co lès Tchèstrolès avu leûs culotes à brides » (pantalon retenu par des brides passant sous les souliers) « èt leûs bârbes du bouk. »

(moquerie des villageois)

« Tchèstrolès, cu d’ pourcês.

Tchèstrolès, gueûye du vê. »  (S22)

 

NB : Noû-Tchèstê (terme officiel, mais rare.  On dit ordinairement «Aubin », point central où se trouve l'église) (Haust, 1941)

 

« Tchèstrolés, / cu d’ pourcé, / gueûye du vé, /

crawelûe agace, / pwal d’ avon.ne mau batûe, /

pûri neuvét, / baye-mu ta lîgue, dju tchîré d’ssus ! »  

(…, brin d’avoine mal battue, navet pourri, donne-moi ta langue, …)

(ou une autre finale : mindje ta mèrde,

t’ arès la gueûye toute vèrte !) (à Tronquoy)

(La rimaille est souvent moins longue: les vers 4 et 6 s'entendent. assez rarement.)

Ou : « Tchèstrolé, / cu d’ pourcé, / panse du vé, /

trawe lès boyés ! » ( à Marbay)

Les Chestrolais avaient moins de verve :

« Pa(y)izan, va ! »

ou :  « Pa(y)isan, paye à cu ! » (paysan, paille à cul !) (…)

A Molinfaing, pour couper court à toute discussion, on dit, avec un clin d'œil, en allongeant très fort les voyelles nasales :

« Si ç' n'èst nin vré, d't-i l' Tchèstrolé, dj' prind la lune atèr mès dints. »

(Si ce n'est pas vrai, dit le Chestrolais, je prends la lune entre mes dents.) (VW, 1967, 180)

 

(S22 ; Bourguignon, 1928 ; Haust, 1941; Dico, 2005, 31; Contact, 1986; Dico, 2005, 31; Mouzon, notes ; VW, 1967, 180)

Tchestrolès(e)

(Bourguignon, 1928); -ês (Mouzon, notes)

 

Têmyins (hab. du quartier du Terme) (S22)

Neufchâteau (Li)

Noû-Tchèstê

Ramonîs (Haust, 1941)

 

Neufvilles

Neuvile

 

Gages : à ‘l Gâtche : Gadjoûs (Haust, 1941)

Neuville (Vielsalm)

à l' Noûvèye

Pîpîres (Fourgon, 1999 ; Dupont-Soubre, s.r.)

Neuville, Cahay, Burtonville : Pûres (Dico, 2005, 42)

 

 

Neuville-le-Chaudron

Neuvile

Tchaudronîs (Lépine, 1972, 8)

 

Neuvillers

Nûviè

Tchèts (chats)

 

A en croire les gens de 'l'ronquoy, Neuvillers - dont le blason populaire est: lès 'tchèts' - a la réputation d'être le pays des sorciers et comme le chat est un animal qui intervient souvent dans les histoires de sorcellerie, on fait des rapproche­ments. C'est à la vieille femme de Neuvillers qui 'ch... des rallonges' que l'on s'adresse lorsqu'on a un vêtement trop court, lorsqu'on manque de graine pour achevcr l'ensemencement d'un terrain, etc. (VW, 1967, 184)

 

Bat-l’au (à Grandvoir) (Mouzon, notes)

 

Nimbermont

Nimbièrmont

Mougneûs d’ djambon (mangeurs de jambon) (Guillaume, s.d.)

 

Nismes

Nime

Crayas (O0 ; Lépine, 1972, 10)

 

Tèrniatîs (habitants du « Tèrnia » (dimin. de ‘tiène’ : colline, côte, montée)) (O0)

 

Nivelet

Nivelèt

Mau-lavès (malpropres) (Paul Jean, Lès c’rîjes du Lèglîje, AL )

P’tits Filèts (Mouzon, notes ; Dico, 2005, 21)

 

Nivelles

Nivèle

Aclots, Aclotes

Ce nom viendrait de ce que la ville étant sur le point d'être assiégée, les Nivellois se rendirent compte que les portes des fortifications avaient besoin d'être réparées et se répandirent dans la ville en criant : « A clos! A clos! » (Yernaux-Fiévet)

 

« Lès-Aclots, quand is 'l disont, is 'l fèsont! » 

(Les Nivellois quand ils le disent, ils le font !)

(Coppens, 1959, 31)

 

(Yernaux-Fiévet Coppens, 1959 ; Haust, 1941)

Nivèlwès (Coppens, 1959)

Nives

(Vaux-sur-Sûre)

Nîve

Chouvions (goujons) (Haust, 1941; Francard, 1994)

Cette localité est traversée par plusieurs cours d'eau

très poissonneux. (Bourguignon, 1928)

 

Nivezée

Nivezé

Campinêres (Haust, 1941)

 

Nobressart

Gehaanselchert

Louklëppelen (gourdins dépourvus d'écorce)

Les baies à écorces sont nombreuses sur le territoire de cette commune, mais ne sont plus guère exploitées.

Loupessen (grands, forts, mal taillés)

Le terme éveille une idée analogue au précédent. mais contient cependant une note infiniment plus flatteuse. L'origine du mot doit être recherchée dans le jargon des ouvriers métallurgistes d'autrefois. On entendait par « Loupe » le bloc de fonte produit par chaque coulée des hauts­ fourneaux. Sa forme était très variable et son poids ordinaire d'environ 900 kilos. (Bourguignon, 1928)

 

Noduwez

Nodwé

Wèwès

à Golau : Golautîs

dins lès Rouwales : Rouwalîs (Haust, 1941)

Noirefontaine

Nwâre-Fontin.ne

 

djens d' Nwarefontin.ne (Twisselmans, p.165)

Noiseux

Nwèseû

Cwèrbâs (corbeaux) (F1 ; Haust, 1941)

 

Nolinfaing

Nolîfè

Tripes du tchèt (Contact, 1986 ; Dico, 2005, 31)

 

Nollevaux 

Nolèvau

Parints (Defosse ; -ents(Dico, 2005, 32)) 

Nolevautîs

Nonceveux (Aywaille)

Noncèveû

Dobes Démons (doubles démons) (Bientôt une République Libre à Nonceveux-Aywaille, AO, 11/01/01)

 

Nothomb

Noutem

Ietzerter (criailleurs)

On y associe habituellement le nom de la localité pour

Obtenir l'expression « Noutëmmer Ietzerter  ».

(Bourguignon, 1928)

 

Noville

Novèye

Câsseûs d’ botèye

Mougneûs d’ cabolêye (mangeurs de bouillie pour bétail)

(Dico, 2005, 4 ; Francard, 1994)

 

Noville-les-Bois

Novîye-lès-Bwès

Grète-cus (F1)

Francs-omes 

 

Ny

Crâchîs (cochons à l’ engraissement) (AO2; Dico, 2005, 18)

Macrales  (sorcières) (Bourguignon, 1928)

 

00:06 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

L

La  Neuville aux  Haies (F) (Les Hautes Rivières)

 

Tchène  dès  liés, 

Canibales (Doppagne, 1953)

 

La Forge 

 

Fonchîs (Dico, 2005, 11)

 

La Fosse (Hévillers)

à l’Fosse

Loketîs

 

La Gleize

Lu Gléhe

Magneûs d’ makèye (AO1)

Gléhetès (Ard. magazine, 1993?)

La Houssière (Braine-le-Comte)

à l' Hoûssiére

Chèvreûs (O51)

 

La Lauriette (Wavre)

 

 

Laurètîs

La Mine (Longvilly) (Bastogne)

à l’ Mine

Mineûrs (Haust, 1941)

 

La Neuville (Wandre)

à l’ Noûvèye

Bèsîs

 

La Reid

è l’ Ré

 

« A Teû / Grands plaîtieûs / A Bècô / On n’ magne nin s’ sô / A l’ Ré / C’ èst co pés / A Hôt-R’wârd, / C’ èst pôr lu diâle / A Hôt Marès / Lès macrales î dansèt / A Vêrt-Bouhon / On beût â posçn. »

 

Lacuisine

La Keûjine

Tordeûs (tard venus à la messe( Defosse)

Tordus (mal venus, noués (Bourguignon, 1928), (tard venus) (AL 3/99, R.H., Le feu à Lacuisine) (Bourguignon, 1928)

 

Laforêt

à l’  Forèt

Cabré (chevreau) (Doppagne, 1953 ; F1)

Noyeûs d’ gueurnouyes (qui noient des grenouilles) (Defosse)

Forijots  

Lafosse

à l’ Fosse

 

Fossîs (Dico, 2005, 24)

Lahage

La Hatche

Cu dé pot (casserole de terre ou en fonte) (Dico, 2005, 40)

 

« Lès Hatchots sont tourtous brakenîs a v’nant au monde. »

(Dico, 2005, 40)

Hatchots (hachette à court manche) (sic) (Fouss, s.d.)

Lahérie

La Hèrîe

Aéryins (VW, 1967)

Traus d’ la tchîrîe

Cet horrible jeu de mots est heureusement assez peu usité. (Bourguignon, 1928)

(VW, 1967 ; Bourguignon, 1928 ; Dico, 2005, 31 ; Contact, 1986)

 

Lambermont (Muno)

Lambèrmont

Ramounîs (marchands de balais (Bourguignon, 1928) ; faiseurs de balais (Fouss, s.d.)

 

Lamorteau

La Moûrte-Awe

Agayans (salamandres)

Ce sobriquet est donné par ironie, la salamandre ayant la réputation de pouvoir impunément séjourner dans le feu et le nom de la localité impliquant, au contraire, qu'elle est entourée d'eau. (Bourguignon, 1928)

 

Lamotte 

Lu Mote

« A l’ Mote, wice qui lès feumes ont l’ panê pus long qui l’ cote. »

 

Lamouline

La Moline

Moyenês (Guillaume, s.d.)

 

Landelies

Landelîye

Mougne-à-z-ièbes (O0)

Fileûs d' moussèt (Haust, 1941)

 

Laneuville (Sainte-Marie-Chevigny)

La Neûvèye

Cus d’ boutèyes (Guillaume, s.d.)

 

Laneuville-au-Bois

à l’ Noûve-Vèye

Mochons (moineaux) ((Marquet, 1966 ; Haust, 1941 ;  Dico, 2005, 39) ; habitants de Laneuville (Francard, 1994)

Mochètes (moucheron) : habitantes de Laneuville (Francard, 1994)

Sabotîs (Dico, 2005, 39)

 

Laroche

à l’ Rotche

Carotchî , Carotcherèsse (Francard, 1994)

 

« Carotchî » désigne une personne « qui loue des voitures aux étrangers " .. Il s'agit probablement d'un jeu de mots sur le nom wallon de la localité (à l' Rotche). (Lejeune, 1974)

 

« Carotchî » n'est pas un « carottier », mais un « carrossier », qui loue des voitures aux étrangers (cfr J. haust, Dict. liégeois : carotche « carrossier »). On pourrait alors comparer ce sobriquet à celui des habitants de Spa, parfois appelés « Bidelîs » (loueurs de bidets) parce qu'ils louaient des chevaux à leurs visiteurs.

Nous ne savons laquelle de ces deux explications est la bonne, mais, dans notre enfance, quand nous nous entendions traiter de carotchî, nous établissions dans notre esprit une association entre ce terme et les carottes. En effet, au temps où nous fréquentions encore l'école communale de La Roche, les petits villageois des environs entonnaient pour nous narguer le couplet suivant :

« Carotchî

Boutchî

Blanc sârot

Pèw su l’ dos. »

ce qui se chantait sur l'air assez monotone :

la,  la, sol / la,  sol / la,  la, sol / la,  la, sol.

Nous y répondions par un chant de guerre vengeur sur le même air :

« Payîsan d' mâleûr

Cwate et cwate

t’ è-st-on voleûr.”

M. A. de Ruette nous donne une autre version du couplet adressé aux « Carotchîs » :

« Carotchîs

Plins d'boutchîs

Grands sârots

Pèws su l'dos

Misére po d'zos. »

On reconnaîtra dans cet échange de bons procédés l'antagonisme entre ville (fût-elle de moins de deux mille habitants) et village, dont nous avons parlé au début de cet article, antagonisme qui se traduisait parfois par des bagarres mémorables, lors des fêtes de village où se rendaient les Carotchîs.

Des sentiments semblables s'expriment également dans le blason des habitants de Rochefort que les villageois voisins appellent « Bê Cayèts » (beaux vêtements) ou « P'tits mèssieûs sins l'sou », ce que M. Bourguignon glose comme suit : « Les jeunes gens des villes, mieux vêtus et plus hâbleurs » que ceux des villages, sont assez fraîchement accueillis par ceux-ci lorsqu'ils prétendent assister aux fêtes locales. (…)

 

« Carotchîs,

Pèw so l’ dos,

Misére po-d’zos. »

(Marcourt, 2003) (à l’ Rotche : lès djins dès viladjes = lès ‘payisans’)

 

Rodjèts (Haust, 1941)

Boutchîs (AO1)

Rotchwès (AO1)

Latour

Latou

Dragons (allusion au régiment des dragons de Latour

(Fouss, s.d)

Allusion historique. Le régiment des Dra­gons de Latour, qui emprunta son nom à celui de son colonel. était recruté en partie, vers la fin du XVIII­siècle, dans le duché de Luxembourg. (Bourguignon, 1928)

Tratchèts (à cause de leur parole incisive) (Dico, 2005, 43)

Gataus (Bourguignon, 1928) Ce blason est français, donc récent. Il est aussi peu usité. (Bourguignon, 1928)

 

Lavacherie 

à l’  Vatcherîye

Vatchots (veaux) (Dico, 2005, 37 ; Haust, 1941 ; Francard, 1941)

 

Lavaux (Hives)

à l’ Vâ(-d’Hîve)

M. de Ruette nous apprend que ses habitants crient  ironiquement  aux habitants de ce  dernier village   : 

« Li Vâ mougnerè Hîve. » (Lavaux mangera Hives.) (Marquet, 1966)

 

Lavaux (Assenois-Neufchâteau)

La Vau

Bokions (bûcherons) (Dico, 2005, 21)

 

Lavaux-Ste-Anne

à l’ Vau

Lès P'tits Pètias dè l' Vau

Dans le temps il y avait beaucoup de poiriers sauvages. Les gens du village les employaient pour les compotes appelées « Poiret ». On les mangeait comme coupe-faim. Les gens des villages avoisinants appelaient ces fruits des « Pètrês ». (…) (F1 ;  …)

 

Le Roeulx

au Rû

Gaunias (= 'djaunias') (O3, O51)

Kins (Haust, 1941; S32)

 

Le Roux

Li Rou

Mazwîs (maîtres d’un petit domaine au Moyen-Age) (O0)

 

(à Prêle) lès Boudjas do Rou (machî, storné, pèté, djondu, suké?) (suivant Maurice Chapelle dans un livre de Jean Fivet)

Routîs

Le Sart (Assenois-Neufchâteau)

Lu Sârt/ Lu Saurt

Leûps dou Sârt [ou: Saurt] (VW, 1967 ; Dico, 2005, 31 ; Mouzon, notes)

 

Le Sart = ?

au Sârt

Vias (Haust, 1941)

 

Lecheret

Lècherèt

Rèkèkès (Haust, 1941)

 

Leernes

Lièrne

Pindârds (d’une famille dont un membre, jadis, a été pendu) (O0); Haust, 1941)

 

Leffe

Lèfe

Mougneûs d’ fromadje di Holande

 

Léglise

à l’ Èglîje

Peûrîes ch'rîjes [à Mellier : pûrîes ou peûrîes c'rîjes] du Lèglîje (les cerises pourries de _) (VW, 1967;  Delairesse-Elsdorf, 2004; Peûrîes Cèrîjes (lès) (Paul Jean, Lès c’rîjes du Lèglîje, AL ;) ; C'rîjes (Lu Skiran / Djènevau))

Parfois: lès Fames sins tch'mîje (les femmes sans chemise) (VW, 1967)

 

A Anlier, on dit :

« Après Lèglîje (vers L.), c’ èst lès capéres. »

(litt. : compères = bêtes, naïfs)) (VW, 1967)

 

Lens-(sur-Dendre) 

Lins’

Mindjeûs d’ chitrouye

 

Les Bruyères (Ottignies)

 

Pètralîs

 

Les Bulles 

Lès Bûles

Brayârds (criards) (Dico, 2005, 8 ; Bourguignon, 1928)

Bûlaus (Haust, 1941)

Les Flaches (Gerpinnes)

à ‘l Flache

 

Flachwès (Haust, 1941)

Les Fossés

Les Fossès

Vês (VW, 1967 ; Mouzon, notes) 

Vês disloyès (Dico, 2005, 21)

Mau-lavès (malpropres) (Paul Jean, Lès c’rîjes du Lèglîje, AL) 

 

Lescheret

Lècherèt

Rikèkès ((Francard, 1994) ; Rè- (Haust, 1941)) 

Lecheroriès (Bourguignon, 1928)

Lesse 

Lèsse 

Mikelèts (Mitelèts (déformation de miquelets ?) (Defosse))
Vèssoûs (Haust, 1941)

 

Lessines

à L’ssine

Cayoteûs (Haust, 1941)

 

Lessive

Lèssîve

Tchabots (Haust, 1941)

 

Lèstèrni

Lèstèrni

 

Makès (sots (Petit, 1987))

Sukès (Bourguignon, 1928)

Martulès (Bourguignon, 1928)

Makès, sukès, martulès

Ces trois termes expriment une idée à peu près semblable et suspectent tous, d'une façon qui ne prête à aucune équivoque l'intelligence des habitants du lieu. S'il faut en croire un auteur déjà ancien, Lesterny est connu par son fameux mar­teau. dont seraient frappées toutes les personnes passant sur le pont jeté sur la Lomme, entre ce village et celui de Masbourg.  De là., l’expression « Il a passé so l' pont d' Lèstèrni, que l'on applique généra­lement aux gens quelque peu simplets, ou se singula­risant par des habitudes incompatibles avec l'esprit du terroir.

(Bourguignon, 1928 )

« L’ cî qui passe su l’ pont d’ Lèstèrni èst makè. » (Petit, 1987)

 

« Il a passé so l’ pont d’ Lèstèrni.  (= I n’ èst nin fwârt malin.)

 

Lesve

Léve

Laîds Vias

Mougneûs d’ kitches (F1)

 

Leugnies

Leûgnîye ; Lungnî (O0

Tchats (Haust, 1941)

 

Leuze-Longchamps

Leûze

Frés
Lès Cias (F1)

 

Leval-Chaudeville

à l’ Vau-Tchaude-Vile

Cabots (têtards) (O0)

 

Leval-Trahegnies

à ‘l Vau-Tragnére

Plats Pîds  (Haust, 1941)

 

Liberchies

Lubèrcîye

Vîtcheûs (O0)

 

Libin

Lîbin ;  ou Hôt Lîbin / ou Bas Lîbin (Louline, 1993) ;

Lîbin (à _; anct aus _) (Haust, 1941)

Tchins (chiens)

 

Hôt Lîbin, c’ èst dès tchins.

Et ou bas Lîbin, c’ èst co toudi dès tchins.

(Louline, 1993 ; Dosimont, 2000 ; Dico, 2005, 22 Bourguignon, 1928)

 

Libomont

è Libômont

 

Bons Flèyons (tartes)

 

Du pays de Waimes et du pays de la Fagne:

«  A Wéme, queu l’diâle lès péne (peigne)!

O l’ Roue, leu diâle n’i pout.

A Stinba, lès greûs baras (béliers)

A R’monvâ, lès neûrs digâs (purins)

è Tîrimont, lès mouhis strons (mouhi: moisi)

èn-Ondinvâ, lès tchéns vont d’hâs (déchaux)

A Fêmonvèye, lès d’hitées fèyes.

A Geûzêne, lès gueûyes deu rênes (grenouilles)

O l’ Tchampagne, lès cous d’aragne

è Libômont, lès bons flèyons (tartes). » (Bastin, 1939, 52)

 

Libramont

Lîbraumont

Lârons (larron, brigand)

 

 

Liège

Lîdje

Tièsses di hoye

Hite-è-Moûse (rivageois ou habitants du «rivage»)

Tchêye-è-l' êsse (hab. des hauteurs)

Leûps (à Sinte-Wåbeû (Sainte-Walburge)) 

D’hités / Crèvés di djus-d’-là (les jeunes d’Outremeuse)

Canårîs dè l’ rowe di Bavîre (Rue de Bavière)

Såvadjes di Pièreûse (Pierreuse)

Èwarés di sint Djîle (Saint-Gilles)

 

(Bastin, 1965 Haust, 1941 ; Coppens, 1959)

Lîdwjès(es) / Lîdjeû(se)s ;

Lîdjwès (Haust, 1941 ; Coppens, 1959)

Lierneux

Lièrneû

Makêyes (Haust, 1941)

Makêyes do ban (Dupont-Soubre, s.r.)

 

Ligne

Lin

Sots

 

Ligneuville

Lègnoûvèye

 

Doûzès linwes

Tâtes à l’ ôye (tartines à l’huile)

(de la part des hab. du pays de Waimes)

(Bastin, 1939)

« Lègnoûvèye, bèlès fèyes. » (Pinon, 1994)

 

« A Lègnouvèye, lès cous d'awèye;

A Lègnoûvèye, lès d'hitées fèyes. » (Pinon, 1994)

 

Ligney

Légnè

Cossèts (Haust, 1941)

 

Lignières

Lègnîre 

Lignès (niais)

(Bourguignon, 1928 ; Lejeune, 1983 ; Haust, 1941)

Lègnerès (Lejeune, 1983) ;

Lègneré (Haust, 1941)

Ligny

Lignè

Soçons / Soçones (Haust, 1941 ; F1)
Pôch’nîs (ouvrier charbonnier, en gén. malpropre) (O0)

 

Lillois-Witterzée

Lêlou

Vêrts Coucous (Haust, 1941)

 

Limal

Limal

Rats

 

Limerlé

Limèrlé

Coupêres (Haust, 1941)

Gaudins (gauches, godiches, maladroits) (Bourguignon, 1928)

 

Limes

Lime

Limeçons (Lépine, 1972, 5)

 

Limont

Limont

Vês (Haust, 1941)

 

Lincé

Lincé

Vètès Gueûyes (Haust, 1941)

Lincenîs (Haust, 1941)

Lincent

Lîzin

Forguingnîs

 

Linchamp  (F)

 

Èrnikins (Doppagne, 1953)

 

Lisogne

Lîsogne

Mougneûs d’ rogne (salamandre) (Bernard Louis)

 

Livarchamps

Livârtchamp

Âjês (barrières de jardin)

(ôte paut, on dit: anjê) (Francard 1994)

 

Lixhe

Lihe

Gris Cous

 

Lobbes

Lobe

Bauyârds

Makas

Mindjeûs d’ canadas

 

Lodelinsart

au Sârt

Vias (Haust, 1941) ; lès vias du Sârt (Yernaux-Fiévet)

 

Loën (Visé)

Lwène

Lurtês (Haust, 1941)

 

Logbiermé

Logbièrmé

Gris d’ fagne (Fourgon, 1999

Singlés (sangliers) (Fourgon, 1999)

 

Loheray

Loheré

 

« Fèrîre èt Fèro / Izièr èt Ozo / Toûr èt Loh'ré /

In.ne dizos Hé / Poutche so l' tièr / Vo-te-là à Viyé ! »

Ferrière et Ferot, Izier et Ozo, Tour et Loheray, Aisne­ sous-Heyd, saute sur le «thier» ; te voilà à Villers (Sainte-Ger­trude). (Blason, 1970, 203)

 

Lombise

Lombîse

Buveûs d’ sûr

 

Lompret

Long-Prè

« A Lomprèt,

Lès fîyes sont pus bèles dè lon què d’ près. » (Lépine, 1972, 10)

 

Lomprez 

Lomrè

Tchèts (Dico, 2005, 44)

 

Longchamps (prov. Lux.)

Long-Tchamp

Bês-Èfants (Francard, 1994)

 

Longchamps (prov. Namur)

Long-Thamp

Siyas

 

Longfaye

 

Longfaye

 

De Xhoffraix:

« A Hiofrê, lès longs mustês (tibias)

A Longfaye, lès longuès /-k-/ payes

A Zoûrbroût’, lu diâle î hioûte (écoute)

A Bôsfagne, lu diâle î magne.

èn-Ovîfa, lès gros baras.

O l’ Rubîvèye, lès d’hyitées fèyes.

O Mont, lès longs grognons. (Bastin, 1939, 52-53)

 

A Xhoffraix: lès hab. de Longfaye sont lès-Amèrikins. « C’ èst qu’i fât passer l’êwe (un ruisselet souvent torrentueux) po v’ni è leû payis (passer l’êwe, en w.: traverser la mer). »  (Bastin, 1939)

 

« A Longfaye, lès longuès /-k-/ payes. » (Pinon, 1994)

 

Longtain (La Louvière)

 

Porteûrs dè kèrtins

 

Longueville

Longuevële

Ramonis (Haust, 1941)

 

Longvilly

Lonvli

Pochelons (porcelets) (Marquet, 1966 ; Dico, 2005, 4 ; Haust, 1941 ; Francard, 1994 ; AO2)

 

Lonzée

Lonzéye

Payis dès Sôrcîres (C1)

 

Lorcy

Lorci

Coucous (Bourguignon, 1928 ;  Dosimont, 2000)

Ce nom d'oiseau s'explique assez bien par les grands bois qui entouren,t le hameau et où le cri particulier du coucou doit se faire entendre à peu près sans arrêt. (Bourguignon, 1928)

 

Losange

Losindje

Masindjes (Dico, 2005, 4 ; Francard, 1994)