11/12/2011

F

Falaën

Falayin

Pansârds

 

Falisolle

Fârjole

Tètârds (O0 ; F1)

Gatîs (Haust, 1941)

 

Falmagne

Falmagne

Panses d’ aragne (Haust, 1941)

Tièsses d'aragne (tête d'araignée) (Bourguignon, 1928)

 

Falmignoul

Falmignoûl

Botroûles (Haust, 1941)

 

Fanzel 

Fanzé

Fandronîs (Dico, 2005, 11)

 

Farciennes

Faurcène

Cache-musètes

 

Fauvillers

Fêviè

Fêt s’ pakèt

On peut aussi y trouver une allusion au fait que de nombreux habitants quittent la contrée pour aller résider dans les villes et surtout à Paris. Ces personnes reviennent au pays natal après avoir fait quelques économies.

 

« A Fêvièt, li diâle î fêt s’ pakèt. » (Bourguignon, 1928)

 

Faymonville

Fêmonvèye

Turks

Les habitants du village de Faymonville, commune de Waimes, sont appelés les Turcs depuis des temps immé­moriaux. Jadis, c'était peut-être péjoratif. A présent, ils semblent plutôt en être fiers, revêtant volontiers les atours de l'empire ottoman. Au carnaval, bien sûr. Je suppose qu 'un jour, il y a très longtemps, quelques habitants de Faymonville se sont rendus en Turquie. A présent, des vacances sur le Bosphore, c'est assez courant. Jadis, cela avait des allures d'expédition.

(Propos de Freddy Haot recueillis par Julien Verstraelen)

II est fort rare que tout le monde se retrouve d'ac­cord autour d'un blason populaire. De toute évidence, une telle appellation nourrit l'imaginaire. Ainsi Yves Bastin, dont les sources sont toujours très sérieuses, donne une tout autre origine aux Turcs de Faymon­ville : "Ce village relevait du duché de Luxembourg, ce qui aurait permis à ses habitants d'échapper aux collectes destinées à financer les guerres contre les Ottomans. D'où le surnom de Turcs donné aux habi­tants par leurs voisins. "(Hèyeûs, 2006) 

 

« Fêmonvèye, d'hitées fèyes. » (Pinon, 1994, Bastin, 1939)

 

« A Fêmon.vèye , lès bèlès fèyes. » (Pinon, 1994)

 

On se moque de la prononciation du dialecte par 1es Faymonvillois en ramassant en phrases que1ques mots aux sons perçus comme différents. C'est l'expression d'un certain sentiment de supériorité linguistique sur le voisin,

1. « Ôs', Moteut , sés' bé ceu qu' c'èst qu'on veuheû ? - On veuheû, c' è-st-one bièsse queu trawe leu teût , - queu towe leus poyes - èt qu' èlzeu seuce leu sang. »

(Oscar Wey en 1975, à Chôdes).

Le dialecte de Faymonville rend par « eu » (bref, fermé)  « la voyelle atone qui correspond à i en liégeois, à u en verviétois et en ma1médien, à « è » à Sourbrodt », constate Bastin, Vocabulaire, p. 539. Le système de correspondance est exagéré ici.

2. “Is l' hapont po l' mwèh'né, is l' foutont so s' rèhon èt v'là come is l' plotont.”

(Bastin à SLW avant 1914, à Waimes)

À remarquer que « le dia1ecte de Faymonvi11e ne connaît pas les voyelles nasales bien pleines », à ce qu'assure Bastin, 1 c. Le « mwèh'né » est « le rhume, le coryza", pris ici au sens métaphorique de « gorge ». Le « rèhon » est, en 1iégeois, « un panier ou une manne sans fond ». ici, il a le sens de « dos »; « ploter »,  battre, rosser. Noter, de plus, 1a désinence de la 3e personne du pluriel du présent des verbes. (Pinon, 1994)

 

Fays-Famenne (Sohier)

Fayé

Cosins (cousins)

Voir à l'article: Daverdisse. (Bourguignon, 1928)

 

Fays-les-Veneurs

ou Fayé

Fayisans (Dico, 2005, 32)

Fayijés, -ès (Haust, 1941), -ês (Defosse)

Felenne

Fèlène

Singlès (Haust, 1941)

 

Feluy

Fèlû

Chochons

 

noté à Ittre :

 « I pieût, i lût, lès sourciêres dans't-à Fèlû. »

(Il  pleut, le soleil brille, kle soricères dansent à Feluy.)

(O51)

 

Ferot 

 

 

Cf Fèrîre (Blason, 1970)

 

Ferrières

Fèrîre

« Fèrîre èt Fèro

Izièr èt Ozo

Toûr èy Loh'ré

In.ne dizos Hé

Poutche so l' tièr

Vo-te-là à Viyé ! »

(Ferrière et Ferot, Izier et Ozo, Tour et Loheray, Aisne­ sous-Heyd, saute sur le «thier» ; te voilà à VilIers (Sainte-Ger­trude).)

 

« Fèrîre èt Fèro

Izièr èt Ozo

Lès qwate pus mâvas viyèdjes

Qu' i-n-âye inte l' Ardène èt l' Condro ! »

(Ferrière et Ferot, Izier et Ozo : les quatre plus mauvais villages qu'il y ait entre l'Ardenne et le Condroz!) (Blason, 1970)

 

Fexhe-Slins

Fèhe-Slin

Fexhe-Slins, Glons : Payis dès tchapês d’ paye

 

Filly 

Fèyi

Cwarbâs (corbeaux) (Dico, 2005, 19)

 

Fize-le-Marsal

Fîse- Mårsale

(Fize : ) Vês

(Fize : ) Nom-di-Djoûs (Haust, 1941)

 

Flawinne

Flawène

Gozètîs (F1)

Gozètes (Haust, 1941)

 

Flémalle-Haute

à l’ Haute-Flémâle

Wiyin.mes

 

Fléroux

Flèroû

Cwèrbås (Haust, 1941)

 

Fleurus

Fleûru

Djans (Les Fleurisiens ont l’habitude de se saluer par un « Bondjou _ ! » (O0))
Mougneûs d' boû (mangeurs de bœufs)(O0)
Mokeûs d’ djins, Fouteûs d’ djins

 

Flobecq

Flôbèk

Cossignies

Flahutes

 

Flohimont

Floyémont

Fo(u)yons (taupes) (Mouzon, notes ; Guillaume, s.d.)

 

Floreffe

Florèfe

Monsieûs (Haust, 1941)

 

Florennes

Florène

Bèrdjots (Lépine, 1972, sn)

Quartier de la chapelle Saint-Pierre : Pètârds (F1)

 

Florenville

Floravile

Florentins (Haust, 1941)

 

Fontaine-l'Evêque

Fontène

Clawetîs  (cloutiers) (O0)

 

Fontaine-Valmont

 (cf Pinon - Bourdon)

Bourdonîs (P1)

 

Fontenoille

Fontenwale

Gadots (Haust, 1941 ; Massonnet, ; biquets chevaux (Fouss, s.d.))
Bèssenîs

 

Fontenoy

Fontenû

Chikeûs

 

Fooz (Awans)

Fous(Haust, 1941)

Plats dos  

« A Fô lès fous, l' pus malègn s'a pindou! » (Haust, 1941)

 

Forchies

Forchî

Fôrtchiyeûs (Yernaux-Fiévet)

 

Forêt (prov. Liège)

Forèt

Sibèryins

 

Forrière

Forîre

Fènèsses (Haust, 1941)

Ivraie, fenasse, grandes graminées , tiges grèles que l'on rencontre surtout dans les taillis, herbe folle ou de peu de valeur. Le mot désigne par extension une chevelure rare et mal peignée. (Bourguignon, 1928)

 

Forzée

Fwarzéye

Tchitchaus (F1)

 

Fosse (Trois-Ponts) 

Fosse

Pîwitches (Dupont-Soubre, s.r.)

Fossîs

Fosse = ?

Fosse

Bos (Haust, 1941)

 

Fosses-la-Ville

Fosse

Chinèls

 

Fouches

Affen

Biesemsbännerer (lieurs de balais)

Ce blason s'est étendu à toute la population et lui est encore appliqué aujourd'hui.

 

Affener Weyer (étang de Fouches)

Cet étang serait, assure la tradition, le rendez-vous des célibataires des deux sexes qui. même après leur mort. reviendraient crier sur ses bords « Piwitch,  Piwitch ! », à l'instar du vanneau. dont ils prendraient l'aspect pour la circons­tance. On fait parfois allusion à cette particularité d'ans la conversation et il n'est pas rare d'entendre accueillir un vieux garçon par les mots familiers: «Wéi ass et, Affener Weyer ? » (Quelles nouvelles, étang de Fouches ?) (Bourguignon, 1928)

 

Fouleng

Foulé

Martchands d' mèrde

 

Foy

Fwè

Pîwitches (vanneaux huppés) (Francard, 1994)

 

Frahan

Frauan

Par ironie, les habitants des villages voisins pro­noncent d'une manière un peu différente le nom de cette localité. Ils disent parfois « Frauyan », pour évoquer l'idée des gerçures douloureuses qu'engendre le frottement de la selle contre les cuisses du cavalier.

Tchacaus (chabots, petits poissons à grosse tête qui vivent dans les rivières ardennaisese)

Frahan est situé dans une boucle de la Semois.

(Bourguignon, 1928) 

 

(de Frahan à Rochehaut)

« Rotcholîs, panses deu gadelî !

Frau.inot, panse deu gadot ! »

Frauhantîs (Twisselmans, p.165) ; Frau.inots

 

 

Fraire

Frêre

Cous' (terme amical (O0) (de cous’ (cousin) ; Lépine,1972, sn)

 

Fraiture

Frêteûre

Bihain, Regné, Fraiture : lès Cisses du là-hôt (Dico, 2005, 42)

 

Frameries

Framerîye

Séjes (singes) (Haust, 1941)

Fram(er)isous

Framont

ou Fraumont

 

Fraumontîs (Haust, 1941) ; Fraumounîs (Defosse)

Franchimont (Philippeville)

Frantchimont

Spavins ((les étrangers venus habiter ce village affranchi ( ?)  étaient des espaves ou aubains (O0))
Djins (Lepine, 1972, 9)

 

Franchimont (prov. Liège)

 

Vèrts vantrins

 

Francorchamps

Francortchamp

 

Boûs d’fagne (hab. riverains de la fagne depuis Xhoffraix jusqu’à Bosfagne) + (Francorchamps (de la part des hab. de Stavelot), Jalhay (de la part de ceux de Verviers)) (Bastin, 1939 ; Haust, 1941)

 

Franc-Waret

Franc-Warèt

Francs-Omes

Mougneûs d’ riz (F1)

 

Frasnes-lez-Couvin

Fraune

Leûps ((F1), Leups (Lépine, 1972, 10))

 

Fratin 

Fratèng’

 

Fratinots (Dico, 2005, 12; Haust, 1941)

Freloux

Flèroû

Cwèrbås (corbeaux) (Haust, 1941)

 

Freux

Freû

On dit volontiers des habitants de la localité qu'iIs sont nés à Freux et qu'ils restent à Freux. Rester,  dans le langage courant, veut dire, comme chacun sait, habiter. Le jeu de mot est assez plaisant. Il a l'inconvénient d'être très moderne et ne constitue pas un blason proprement dit. (Bourguignon, 1928)

 

Peûyeûs  (Guillaume, s.d.)

 

Freylange

Frällen

Grimmeli

On ignore le sens et l'origine de ce sobriquet assez peu

usité. « Grimmel » signifie, en luxembourgeois miette,

bribe, petit morceau.  (Bourguignon, 1928)

 

Froidfontaine (Beauraing)

Frède-Fontin.ne

Polonès 

 

Froidlieu 

Frèyeû

Leûps (Dico, 2005, 44)

 

Froidmont

Fromeont

Sots
Fous

 

Froidville

Freûvèye

Cous du strami (Haust, 1941)

 

Fromiée 

Fromiéye

Crin.mîs (crémiers (O0), Cré- (Haust, 1941)

Tatanes (Marche au pays de la cantinière, VA 31/07/2008)

 

Fronville

Fronvèye

Cous d’awèye (chas d'aiguilles;  alevin, fretin) (Dico, 2005, 18 ; Marquet, 1966 ; Haust, 1941)

 

Fter (Onhaye)

Ftêr

Grossès Tièsses

 

Furfooz

Furfau

Sokètes (Haust, 1941)

 

Furnaux

Furnau

 

Furnatîs (Haust, 1941)

00:08 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.