11/12/2011

E

Ebly

Eblî

Leups

 

Mindjeûs d' brîe (mangeurs de brouet, de pape d'avoine) (Bourguignon, 1928 ; (mangeurs de trempinettes) Dico, 2005, 21)

Ce blason est la conséquence obligatoire de la rime.

 

Mindje-brîes (mangeurs de trempinettes) (Dico, 2005, 21)

 

Mougneûs d’ brîe (Mouzon, notes)

 

Ecaussines

Scaucènes (aus-Escaucènes)

NB Aux deux Ecaussinnes = aus-Èscaussènes (Haust, 1941) 

Mindjeûs d’ porèye  

Cus à poussières : habitants du quartier d’Ecaussinnes-Carrières

Scaussinoûs

Ecaussinnes d’Enghien

Scaucène

Sots

 

 

Eghezée

Inguèzéye

Vantârds

 

Ellemelle

èl mèle

Nånås ou Gnågnås (Haust, 1941)

 

Ellezelles

à l’Zîle

Martins(Haust, 1941)

 

Enghien

Inguî

Steflatten

 

Engreux

En'grè

Rayîs (taons) (Marquet, 1966)

 

Ennal

Ènale

Pètalîs (Fourgon, 1999 ; Haust, 1941)

Gades (anc.) (Fourgon, 1999)

Ènnalîs (Dico, 2005, 42)

Epinois

Spinoû

Sots

 

Eprave

 

Èprâve

Chovelètes (Carrozza, 1998)

Ayès Ce blason raille la manière dont les habitants prononcent le mot « oui ». (Bourguignon, 1928)

 

Erbault

Èrbau

Sots (F1)

 

Ernage

Èrnadje

Bèguiaus (F1)

Coutelîs

 

Erneuville

à ‘Rnuvèye

Chafions (bousiers)

Le même sobriquet s'applique aux habitants de Mageret (dép. de Wardin). (Marquet, 1966 ; Haust, 1941)

 

Erquelinnes

à ‘Rkèlène

Cabots, Chabots

 

Erquenne

Èrkène

Chitoûs

 

Escanaffles 

Ecanafe

Roujes bonèts

 

Etalle

Ètaule

 

Etaulîs (Dico, 2005, 12)

Ethe

Iéte

Cassîdjes (, -iédjes) (« qu'en sais-je?») (Haust, 1941 ; Bourguignon, 1928)

Ce mot raille la manière dont la popu­lation prononce l'expression «Qu'en sais-je?». qui se dit ordinairement «Qu' èst-ce que dj’ a sé » dans la région (Bourguignon, 1928)

Etiopyins

Roussias (roux) (Bourguignon, 1928)

Allusion à la chevelure de œrtains habitants.

Toufayes (mangeurs de pommes de terre à l'étuvée (toufaye))

Les natifs de l'endroit protestent contre ce surnom, qu'ils prétendent appliquer à leurs voisins de Saint-Léger. (Bourguignon, 1928)

Toufayes (pommes de terre étu­vées) (Bourguignon, 1928)

 

« A-y-ète, is sant tous’ braves èt honiètes.

A Biémont, il n’ i èn è pont. »  (Dico, 2005, 43)

 

Eveux 

Èveû

Veûletîs(Dico, 2005, 11)

 

Evrehailles

Baye

Cayeûs d' Baye

Probablement en raison de l'emploi abusif qu'ils font du verbe « cayî » (lancer, mettre violemment) qui est généralement senti comme grossier. On leur aurait attribué aussi le nom d' « adoreûs d' plin tchant », parce qu'ils chantaient toujours des cantiques même en rue et dans la campagne. En outre, pour se moquer d'eux, les gens d'Yvoir disaient anciennement :

« Si l' goyète dèbordeut, tot Baye pèrireut! »

Sans doute une manière de dire que les gens d’Evrehailles se noyaient dans un verre d’eau ? En effet, la « goyète » n’est qu’une fontaine située dans le haut du village ; rien de comparable évidemment avec les inondations de la Meuse qu’Yvoir devait subir régulièrement. (Germain, 1980)

 

Cayeteûs (F1) 

Bayetîs (Germain, 1980)

00:09 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.