11/12/2011

C

Cahay

Cahê

Neuville, Cahay, Burtonville : Pûres (Dico, 2005, 42)

 

Cambron-Casteau

Cambron-Castiau

Cus à puch

 

Cambron-St-Vincent

Cambron-Sint-Vincent

Mindjeûs d’ pwâres

 

Carlsbourg

Calsboûrg

Wèsses (guêpes) (Doppagne, 1953 ; Bourguignon, 1928)

Quawés (pourvus d'une queue) (Bourguignon, 1928)

Tayans (Haust, 1941)

 

Carnières

Cargnére

Rascourcis (Haust, 1941 ; Henri Duval (Morlanwelz))

Sots (O5)

 

Cendron (Momignies)

 

Marauds

 

Cens (Tenneville)

Cins’

Grawiètes (tisonniers) (AO2 ; Dico, 2005, 39)

Bascolètes (AO2 )

J.   Haust   donne Bascolètes (belettes). (Marquet, 1966)

Cramiètes

Cramions (Francard, 1994)

 

Cerfontaine

Cèrfontène

Sabotîs (Lépine, 1972, 8)

 

Céroux-Mousty

Cërou-Mousti

Bièrdjîs

 

Cetturu

Cèturu

Surus (Francard, 1994)

 

Chairière

Lè Tchèrîre

Quawés (pourvus d'une queue) (Doppagne, 1953 ; -ès (F1)) 

Terme que  les  indigènes  appliquent  généralement  à  un   incon­nu : « Quî èst-ce co, ç' quawé-la ?

Grande-Chairière :    Deutchîs

Petite-Chairière :      Impériaus

Litt.  duchés  et impériaux  parce que la  limite  d'Empire  séparait ces deux parties  du  village. (Doppagne, 1953)

Tchêriots

Champagne

Lu Tchampagne

Cous d’ aragne

« O l' Tchâpagne, lès cous d' aragne. » (Pinon, 1994)

 

Du pays de Waimes et du pays de la Fagne:

«  A Wéme, queu l’diâle lès péne (peigne)!

O l’ Roue, leu diâle n’i pout.

A Stinba, lès greûs baras (béliers)

A R’monvâ, lès neûrs digâs (purins)

è Tîrimont, lès mouhis strons (mouhi: moisi)

èn-Ondinvâ, lès tchéns vont d’hâs (déchaux)

A Fêmonvèye, lès d’hitées fèyes.

A Geûzêne, lès gueûyes deu rênes (grenouilles)

O l’ Tchampagne, lès cous d’aragne.

è Libômont, lès bons flèyons (tartes). »

(Bastin, 1939, 52)

 

Champlon 

Tchimpion(-Ardène)

 

Tchimpionîs

Tchimpion erèsses (Francard, 1994; Dico, 2005, 39)

Champs

Tchamp

Foyants (taupes) (Francard, 1941)

 

Chanly 

Tchanli

Cus d’ gades (Dico, 2005, 44)

 

Chantemelle 

Tchanteméle

Zoulous (Dico, 2005, 12 ; Bourguignon, 1928

Miélîs (Dico, 2005, 12)

Sarazins (désignerait l’humeur peu sociable des habitants (Fouss, s.d.) ; Bourguignon, 1928)

 

Sarazins. La comparaison avec une population de race noire marque toujours, dans la province, l'humeur insociable et hargneuse que l'on prête aux habitants d'une localité. La culture, autrefois pratiquée, du sarrasin ou blé noir, n'a rien à voir en l'occurrence. On affirme cependant, dans la région, que les habitants de Chantemelle ont la peau plus brune que celle de leurs voisins.

Zoulous. Même explication que ci-dessus. (Bourguignon, 1928)

Miélîs (Dico, 2005, 12); Mièlîs (Haust, 1941)

Chapelle-lez-Herlaimont

L' Tchapèle

 

Tchapeloûs (O0 ; Haust, 1941)

Charleroi

Châlèrwè

Bourjwès (Yernaux-Fiévet) 

 

Châlèrwètîs = Chârwètî (anc.), Carolo (O0)

Charneux (Harsin) (Nassogne)

au Tchaurneû

« Tchaurnalî / Pê d'botchî / Qui tchît /  Podrî

lès-ansènîs ! »

( Tchaurnalî (habitant de Charneux), peau de boucher, qui chie derrière les tas de fumier.) (Blason, 1970)

Tchaurnalîs

Chassepierre 

Tchèssepîre

Sokèts (souches (Bourguignon, 1928) ; bûches de bois (pour marquer la sottise des habitants (Fouss, s.d.))

Tchèssepîraus (Bourguignon, 1928) ;

Tchèssepiraus (Haust, 1941)

Châtelet

Tchèslèt

(canton sud de _) Bèrjots (O0)

Tchèslotîs, -terèsses (O0 ; Haust, 1941)

Châtelineau

Tchèslinia

Pèleûs(Haust, 1941)

 

Chatillon

Tchèkion

Ramounîs ((Haust, 1941) ; marchands de balais (Bourguignon, 1928) ; fabricants de balais (VDE, 15/03/2005))

Guèrnouyîs (marchands de gre­nouilles (Bourguignon, 1928) ; marchands de cuisses de grenouilles (VDE, 15/03/2005))

Ces batra­ciens, fort nombreux dans les marécages du lieu-dit « Lagland », ont provoqué autrefois un important commerce.

Sablîs (marchands de sable) (VDE, 15/03/2005)

Petit métier local exercé par quelques individus. On en a étendu l'application à tous les habitants. (Bourguignon, 1928)

Piche-laciè (pisseurs de lait)

Tchikediès. Ce blason est emprunté au nom du bois dit «Tchikdé », dont la plus grosse partie est bien communal. (Bourguignon, 1928)

« G' nè lès djens d' Tchèkion qui sant abaubîs

Alleluia !

Abaubi deu ç' queu lès guèrnouyes n' a m’ veulu froyî. 

Alleluia ! » (Bourguignon, 1928)

 

« Ramounî, guèrnouyî,

Qui s' froyant lès pîds

Das la poucherîe. »

(Marchands de balais. marchands de grenouilles, qui se frottent les pieds dans les excréments du cochon). Même, lorsqu'ils sont à bout de patience, ils éructent:

 

« Tchike-diè, piche-laciè,

Ouve ta guieûye, djè tchirâ pliè.

(Tchikdié, pisseur de lait, ouvre ta gueule, je te la remplirai... à ma façon).

(à Meix-le-Tige) (Bourguignon, 1928)

 

Chaumont (Vaux-sur-Sûre)

Tchâmont

Pouchelons (porcelets) (Francard, 1994)

Tchâmonîs

Chêne (Léglise)

Lu Tchin.ne

 

Tchin.nés ? (Dico, 2005, 21)

Chênée

Tchênêye

Tchêye-nins

 

Chenet

Tchin.nè

Blancs Bounèts (Guillaume, s.d.)

 

Chenois

Tchanou

Mikelèts (Fouss, s.d. ; Dico, 2005, 43; Mitelèts (Otjacques, 2000 ; Bourguignon, 1928) ; Mètelèts (Bourguignon, 1928))

Réputés pour leur comportement querelleur, bretteur. (Otjacques, 2000)

Trochèts (involucres) (Bourguignon, 1928)

 

« Tchanou, les ouyes ! » (Chenois, les oies).

« À Chenois, les parts sont toutes faites " (plaisanterie faite aux alentours, à propos des galettes et du « tou-à-bras » (« rouyot ») de la fête à Chenois).

«  Quî passe à Latou sas-ète moké, va-t-à Paris sas débrider. » (réplique des gens de Chenois-Latour, pour se venger du surnom de « Mikelèts ») (Otjacques, 2000)

Tchanoutîs (Dico, 2005, 43)

Cherain

Tchèrin

 

Cherain, Mont-le-Ban, Mont-lez-Houffalize.

Toute cette région (le canton d'Houffalize) forme « lu payis dès coupêres » (le pays des compères). Le mot n'est plus compris par les villageois. Aucun élément ne permet d'affirmer que « cou­pêre » (compère) soit devenu synonyme de balourd, béotien, comme c'est le cas dans d'autres régions de Wallonie. Cependant, Haust cite également ces locali­tés [tandis que Hens cite celles du canton de Bastogne ]. (Lejeune, 1974)

 

Cheratte

Tchèrate

« Tchèratîs,

Magneûs d’ papî,

Dji lès prind po lès deûs pîds,

Dji lès djète à l’ valèye dè grinî. »

(Haust, 1941)

 

Tchèratîs

(Haust, 1941

Chevaudos 

Tch’vaudos

Gros Dos (Dico, 2005, 21 ; Mouzon, notes)

 

Chièvres

Chieuve

Boks
 
Cheuvreûs (Haust, 1941)

 

Chimay

Chimaî

Gades

Chitârds (Haust, 1941)

 

“I rît, i rît,

Come lès gades deu Paris

I braît, i braît,

Come lès gades deu Chimaî. »

 

Chiny

Tchini

Hotîs (porteurs de hotte) (Bourguignon, 1928)

 

Tchinots (petits chiens, roquets) (Bourguignon, 1928 ; Dico, 2005, 8 ;

Tchinots (Bourguignon, 1928; Delairesse-Elsdorf, 2004 ;  Haust, 1941)

Chisogne

Tchîsogne

Charognes (Haust, 1941)

 

Chôdes

Tchôde

« Âs Tchôdès vôtes. » /-t-/ (Pinon, 1994)

 

Cielle

Cièle

Andjes (AO1 ; Marquet, 1966)

Ce spot est provoqué par le rapprochement des mots « anges » et « ciel ». (Bourguignon, 1928)

Chêlons (récipients de cuisine) (Marquet, 1966)

 

Ciney

Cînè

Mougneûs d’ sayin
Bourjwès (Haust, 1941)

 

Ciply

Cipli
Moneûses (Haust, 1941)

 

Clerheid 

Clér-Hé

 

Clérhotîs (Dico, 2005, 11)

Clermont-sur-Berwinne

Clérmôt

« Mèrde aus Gnègns !

Vîve lès Clérmonîs !

Lès Bambous sont rècourous,

Lès Clérmonîs l’s-ont rètchèssî ! »

 

cf Thimister-Clermont

Clérmonîs (Haust, 1941)

Cobreville 

Cobrêvèye

Tchoke-fièrs (Dico, 2005, 41; Francard, 1994)

 

Cobru

Cobru

Surus (Dico, 2005, 4 ; Francard, 1994

 

Cointe (Liège)

Cwîte

Tchêye-è-l’êsse
Tchèye-è-Moûse

 

Comblain-au-Pont

Comblin-å-Pont

 

Lognârds (du comté de Logne (Hamoir, Ocquier, Comblain-au-Pont, Louveigné)) (Bastin, 1939)

 

Commanster

C'manstèr

Houlètes (Fourgon, 1999)

 

Compogne

C’pogne

Mougneûs d’ tchins (mangeurs de chiens) (AO1 ; Dico, 2005, 5 ; Marquet, 1966)

F’jeûs d’ ramons ((Francard, 1994) ; F’j- (Dico, 2005, 5 )

 

Coo

Cô (â _)

Brèyâs (braillards) (AO1)

Côy’tês

(Bastin, 1939, Haust, 1941)

Corbion

Côrbiyon

Cocoyes

Qui raille le renforcement du mot « oui » par l'adverbe « encore ». Les habitants du lieu ont coutume, dit-on. d'affirmer énergiquement « Je dis oui et encore oui ». en wallon du terroir « Dj' di qu' oye èt dj' dis co qu' oy ». (Bourguignon, 1928)

Côrbiounîs / Corbiyots

(Twisselmans, p.165);

Côrbeulots (Dico, 2005, 7) ;

Corbeulots (Haust, 1941)

Cornimont (Oizy)

Cwarnîmont

Turbèts (Teur- (Bourguignon, 1928)) (houes)

Outils servant à l'arrachage des mauvaises herbes et des pommes de terre et possédant deux ou trois dents. On prononce en gaumais « tchèrbieu », à Sugny, «teurbèt ». (Bourguignon, 1928)

Cwârnibotés ((Doppagne, 1953) , -ar- (VA 28/08/04)) ;      Cwârnimounés

(Doppagne, 1953) ; Cwèrnibotès (F1)

Corroy-le-Château

Corwè

Faîsans (F1)

 

Cortil-Wodon

Corté- Wodon

 

Cortizyins

(Haust, 1941)

Couillet

Couyèt

Mindjeûs d' cras bouya (O0)

Coûyetîs (Haust, 1941)

Courcelles

Coûrcèle

Way-ways
 
« Lès _an(y)s, c’èst dès mindjeûs d’târte à 2 man(y)
s. » (Haust, 1941)

Coûrcèlangns (Bastin, 1965) ; Cour- (O0)

Cour-sur-Heure

Coûrt

Bîdaudus' (O0) (-dous' (Haust, 1941))

Coûrîs

Courtil 

Courti

 

Courtiwès (Dico, 2005, 22)

Court-Saint-Etienne

Cout (Sint-Stiène).

Sots (fous) (Haust, 1941)

 

Cousteumont 

Cousteûmånt

Bètcheûs d’ crin.me (lécheurs de crème)

(Dico, 2005, 31 ; Contact, 1986 ; Mouzon, notes)

 

Couvin

Couvin

Chitârds è l’ êwe (F1)

 

Crehen

Crèhin

« A _, lès målès djins. » (Haust, 1941)

 

Creppe

Crèpe

Vês (veaux)(Haust, 1941)

Boûs (bœufs) (Haust, 1941)

Crèpetins, - lins

Croix-lez-Rouveroy

èl Croûs

 

Croûjîs (O5)

Crupet

Crupèt

« C’ èst come lès coméres di Crupèt, qui parètenut miau d’ au lon qui d’ tot près. »

Crupètîs (Haust, 1941)

Cuesmes

Cwême

Bèrnatîs

Djins d’ brin

 

Cugnon 

Keugnon

Keugnèts (coins) (Defosse)
Keuyès(Dico, 2005, 6 )

Keugnotîs (Haust, 1941)

Curfoz 

Curfô

 

Kêrfautîs (Dico, 2005, 7 ; Twisselmans, p.165)

Custinne

Custène

Makeraus (Haust, 1941)

 

00:09 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.