11/12/2011

B

Baclain

Bâclin

Massotês (ailleurs : nûtons: nains) (Dico, 2005, 22)

Grands Tchapelèts(grands chapelets).

Ce détail rend leur accoutrement caractéristique. (Bourguignon, 1928)

 

Baconfoy 

Baconfwè

Grèvîs (vairon) : habitants de Baconfoy

Grèvèsses (écrevisses) : habitantes de Baconfoy (Francard, 1994)

Tchacâs (chabots (poissons)) (Dico, 2005, 39)

 

Bagimont

Badjimont

Strons d’ pourcê (excréments de porc)

Ce disgra­cieux sobriquet est le résultat obligé de la rime, car la gentilé des habitants de ce village est

« Badjimounès ». Le cri de guerre des enfants du voisinage s'exprime comme suit:

« Badjimont, / Badjimounès, / Stron d’ pourcês, /

Malète deu vê. »

Le Dr Delogne signale que ce blason est d'usage général dans toute la région. (cf id. pour  Wagy: Waji, Wajotès). (Bourguignon, 1928).

Badjimounès (Nicolas, 1999, 175)

Badjimontîs

(Twisselmans, p.165)

Baillamont

Bayamont

Singlés (sangliers) (Doppagne, 1953 ; Haust, 1941)

1  « Bayamont / Bayamouné / Stron d' pourcê / Malète di vê. » (étron  de  pourceau,  mallette  de  veau)

(à Chairière)                                        

2 « Bayamont / Baye à m' keu / Baye ta lingue / Dji tchîré d'sseus. »  (à Bièvre)

(‘baille’ à mon c., baille ta langue, je c. dessus)

3 « Bayamouné / Stron d' pourcê / Qui coûrt après l' vatche aradjîye pou avou l' mèyeû dès quârtîs. »

(… qui court après la vache enragée pour avoir le meilleur des quartiers (morceaux))

(Oizy, une femme)

4 « Bayamouné / Stron d' pourcê / Malète du vê / La sinte coulûve. »

(… la sainte couleuvre) 

(Oizy, un homme).

(Doppagne, 1953)

Bayamounés

Baillonville

Bayonvèye

Singlés (sangliers) (Haust, 1941)

 

Baisieux

Bêsieû

Kètes (personnages drôles) (Haust, 1941)

 

Bambois

Li Bambwès

Tchènas (paniers) (utilisation rare)

Autrefois, les habitants étaient spécialisés dans la

confection de paniers, … (Roger Viroux)

Bambwètîs

Bande

Bande

« Bandurlin / Quawe di tchin / Qui crîve di fin / Podrî

l' molin ! »

(Bandurlin (habitant de Bande), queue de chien, qui crève de faim derrière le moulin.) (Blason, 1970)

Bandurlins

(AL 30/08/2003; Blason, 1970)

Banneux

Baneû

Leûps (loups) (Haust, 1941 ; AO1)

 

Baranzy

Barazi

Pichalits (-lîts: pissenlits (Bourguignon, 1928 ; Fouss, s.d.)

 

Barbençon

Barbinçon

Cus d' tchôdron (fonds de chaudron) (Haust, 1941)

 

Barvaux 

Barvê

Vês (veaux)

Plouketeûs (éplucheurs de laine) (Dico, 2005, 10)

Macrês (sorciers) (Marquet, 1966 ; -ès : Bourguignon, 1928)

 

« A Grand’han, c’ èst tos fênèyants,

A Dèrbu c’ è-st-on p’tit Jésus,

A Barvê, c’ èst tos macrês (sorciers). » (Dico, 2005, 10)

 

Barzin 

Baurzin

Tchins (chiens) (Dico, 2005, 44)

 

Bassenge

Bassindje

Bassîs(beliers) (Haust, 1941)

 

Bassilly

Bacheli

Rous (roux)

 

Bastogne

Bastogne

(quartier du Pa là-y-ôt)

Mougneûs d’ sope d’ amon lès seûrs  (mangeurs de soupe de chez les Sœurs)

(quartier du Pa lâvâ)

Rawieûs d’ ochs (do Sèminaîre)) (grignoteurs d’os (du Séminaire)) (Francard, 1994)

Les habitants de Bastogne vendraient le jambon et ne garderaient pour eux que les os. (Bourguignon, 1928) ou

Piche-Cacayes (qui pissent des objets sans valeur)

 

« Bastognârd, cou d’ pètârd*, / Agne dins m’ cou, / T’ ârès du lârd, / Mês n’ î agne nin trop parfond, / T’ ârès du stron. » (Carrozza, 2005 )

((Bastognard, cul de pétard, mords dans mon derrière, tu auras du lard, mais n'y mords pas trop profon­dément, car tu auras des excréments.)

 

Un « Bastognès » est un descendant de parents nés eux-mêmes à Bastogne, tandis qu'un « Bastognârd »  est un étranger qui est venu se fixer dans cette localité. Le blason populaire ne fait aucune différence et ne connaît que des « Bastognârds ». (Bourguignon, 1928)

 

 

*Cous d’ pètârd

‘Spot’ n'ayant aucun sens précis mais qui rime avec Bastognard et que l'on trouve dans le refrain ci-dessus chanté par les enfants (…) :

(variante : « … / Tu agnerès d’dins do stron ! »

(Bastognard, cul de pétard, mords dans mon derrière. tu auras du lard, mais n'y mords pas trop profon­dément, car tu mordras dans dts excréments.)

(Bourguignon, 1928)

 

Coupères (niais) C'est le sobriquet commun des Ardennais appliqué aujourd'hui à leur ancienne capitale.

(Bourguignon, 1928)

Bastognârds (-âdes)

(Francard, 1994)

 

Bauche (Evrehailles)

Bautche

Disbautchis (désespérés) (Germain, 1980, 114)

 

Baudour

 

Baudoû

Campènaîres (, Campénaîres) (habitants de ou des environs (par opposition au « Pa d’là iau »)) (p.94)

< > les Borains dénommaient péjorativement du blason populaire de ‘Manoûs’ les habitants des communes rurales de cette région directement au nord du Borinage (Baudour en particulier), du ‘pa d’là iau’, c’est-à-dire d’au-delà de la Haine (…). (Germain, 2003, 111)

Manoûs (Haust, 1941 ; Germain, 2003 ; pour Baudour et la région environnante (Herchies, Hautrages, Jurbise, …)

 

Baulers

Baulé

Baulés (jeu de mots avec ‘beaux’ et ‘laids’)  (Coppens, 1959)

 

Baulet

Baulèt

Parents (O0, Haust, 1941)

 

« Dji n’ seus nén d' Baulèt » était synonyme de « dji n’ seus nén d’ èl boune anéye » (je ne suis pas aussi naïf que vous ne le pensez). (Yernaux-Fiévet)

Baulètîs

Baume (La Louvière)

Baume

Apoticaîres (pharmaciens)

 

Beaulieu (Erneuville)

Bêleû

Cwarbâs (corbeaux) (Marquet, 1966 ; Dico, 2005, 39 ;

-baus (AO2))

 

Beaumont

Biaumont

Chitoûs (poltrons) (O0 ; Haust, 1941 ; AO2))

Chots (petits poissons) (O0) (aussi Tchots (t.affectueux à un enfant): chéri, petiot (O0); AO2)

 

Beauraing

Biarin

 

Tortias (pâtes à tarte cuite) (Haust, 1941)

 

« C'èst bia, mês c'èst rin. » (AO2)

(C’est beau mais ce n’est rien.) (jeu de mots)

 

Beausaint

Bêssin

Pinsons (pinsons) (Marquet, 1966)

 

Becco

Bècô

 

A Teû / Grands plaîtieûs /

A Bècô / On n’ magne nin s’ sô

A l’ Ré / C’ èst co pés / A Hôt-R’wârd / C’ èst pôr lu diâle / A Hôt Marès / Lès macrales î dansèt / A Vêrt-Bouhon / On beût â poçon. »

 

 

Bêche 

Bèch

Bèchelîs (Dico, 2005, 42)

 

Behême 

P’hême ou Péme

Bèchtirèms (Dico, 2005, 21)

 

Beho 

B'hô

Bockeltz (bouleau) (Dico, 2005, 22 ; Haust, 1941)

De langue allemande, sauf Commanster (à C'manstèr). (Haust, 1941)

 

Beignée

Bingnéye

 

Bingnetî (-trèsse) (O0)

Belgrade

Bèlgrâde

Tautîs

 

Bellaire

Bèlêre

Sots d’ Bèle Êr

Canotes di sôye
Clawetîs

habitantes : Vindeûses di nokètes di boûre

“C’ è-st-on Bèlêrdî d’ Bèlêre

qu’ a-st-ine bèle aîr, ou nole aîr. »    

 

« Quéle afaîre à Bèlêre,

A Pèrwé, c’ èst co pés,

A Hayot, c’ èst tos sots,

A Mohu, on lès cût,

A Djamagne, on lès magne. »

(Henry, 1999 ; AO, 01/04/1999)

Bèlêrd(j)îs

 

Bellefontaine 

Bèlefantée

Inglètes (ongles des porcs et des sangliers)

Cus d’ lanténes

 

Bèlefantène

Cul d' lantène

Si dj' t' atrape

Su l' haut dès Rapes

Dju t' casse lès-inglètes (les ongles)

Avu dès p'tites pièrètes (cailloux).   (à Tintigny)

 

(Dico, 2005, 40 Bourguignon, 1928;  Fouss, s.d; Dico, 2005, 40 ; Haust, 1941)

 

Bellefontaine

Bèlefontin.ne

Bètche-à-l’-Crin.me (bec à la crème) (Haust, 1941)

 

Bellevaux 

Bèle-Vau

Chapotîs

Malins (Dico, 2005, 7)

 

Belmont (Ethe (Virton))

Biémont

Origine de Belmont, section du village d’Ethe

Selon une vieille personne d'Ethe, il y a longtemps un nommé Bel­mont., habitant de la commune, s'est rendu coupable de délits qui ont provoqué sa mise au ban du village. Il est allé se construire une maison à proximité d'Ethe, sur une hauteur. D'autres maisons y ont été bâties par la suite d'où le nom « Village de Belmont », mais aussi le mépris que les gens d'Ethe professent à l'égard des habitants de Belmont.

Dicton:

« A-y-Ète, is sant tous’ braves et honiètes.

A Biémont, il n’ i en-n-è pont. »  (Fouss, s.d)

 

(Fouss, s.d ; Dico, 2005, 43)

Bîmounis

Belvaux (Resteigne)

Bèle-Vau

Caracoles (escargots)

Ce spot paraît provenir de la paresse que l'on attribue gratuitement aux habitants de cette localité. (Bourguignon, 1928)

 

Caracolîs (Haust, 1941 ; Bourguignon, 1928)

 

(Bourguignon, 1928; Petit, 1987 ; Haust, 1941)

 

Ben-Ahin

Bèn-Ahin

 

(habitants de Ben (Bin)): Bènwès  (Haust, 1941)

Benonchamps

B'nontchamp

Grèvèches (Dico, 2005, 4 ; Francard, 1994)

 

Bercheux

Bêrtcheû

Copêres (F1)

Gros gueûs (Haust, 1941)

Rawiês  (grignoteurs) (Bourguignon, 1928)

Bèrtcheutiès

(Francard, 1994 )

Bergilers

B’djîlé

Aguèsses (Haust, 1941)

 

Berguème

Bèrguème

Cwarbâs (Francard, 1994 ; cwèrbâs (F1, Haust, 1941))

 

Bérismenil

o Mwin.ni

Hozês (houseaux) (Marquet, 1966)

Wéwés (Copin’Oufa – 21/04/01)

 

Berloz

Bièrlô

Bèdots (Haust, 1941)

 

Bernimont

Bèrnîmant

Cus d’ bignon (tombereaux) (Guillaume, s.d. ; Mouzon, notes ; -bégnon (Dico, 2005, 21))

Cus d’ corbiån (culs de corbillon / corbeilles) (VW, 1967)

Cognès(Dico, 2005, 21)

(Mouzon, notes ;  VW, 1967 ;Dico, 2005, 21 ; Dico, 2005, 31 ; Guillaume, s.d)

 

Bertogne

Bièrtogne

Lêds Tchins (Edouard Ries (Bertogne))

Baloûjes (Edouard Ries (Bertogne))

Tchins (Marquet, 1966 ; Haust, 1941; Dico, 2005, 5 ; Francard, 1994)

J. Haust donne Tchèts qu'il a noté à Mabompré (Engreux). (Marquet, 1966)

 

Bertrée

Biètrêye

Poûrîyès Dorêyes (O0)

 

Bertrix

Bèrtrè

Baudèts (Doppagne, 1953)

Bèrtrijots

Beuzet

Beûzèt

 

Buzètîs (F1)

Beyne-Heusay

Bin.ne-Heûsê

Bouroutes

Coupèrous

C(ou)rouboutîs

Clawetîs

Cous d’ Beûr di Bêne

Bênetîs

Bierghes

Bièrgue

R’vindeûs d’ sints

Mindjeûs d’ laurd d’ Amèrike

 

Bierwart

Bièrau

Chébichants ? (F1)

Chêbis (Haust, 1941)

Bièrautîs

Biesme

Bieume

Bèdaudîs(F1)

 

Biesmerée

Bièmeréye

Pèlots

Pèlés (F1)

Bièmèrwès (Léonard, 1972)

Biesme-sous-Thuin

Bième

Byin.neûreûs (O0) 

Chitoûs

 

Bièvre

Bîve

Canés

Pèle-panses

 

1 Bîvî, Bîvoté / Cu d'pourcê /  Pèlé mitchot / Rosti gadot / Qui vint trin.ner ta panse / Su l'pont d’ Tament                     

(cul de pourceau, brioche pelée, chevreaux rôtis)

2 Bîvî, Bîvot / Pèlé mitchot / Pèlé gadot. (Wallonia  X)

(Doppagne, 1953)

Bîvîs, Bîvotés     

Bihain

Bihin

Bihain, Regné, Fraiture : lès Cisses du là-hôt (Dico, 2005, 42)

 

Mot utilisé pour désigner un habitant du village voisin : Cawê : lès _s d’ Bihin, lès _s d’ Otré : terme (anc.) de mépris > (actuellement : personne, type) (Habay, s.r.)

 

Binche

Binche

(anc. Bince (O0))

In Binchou, c'est quelqu'un qui veut vous tromper sur la qualité d'une marchandise. (Yernaux-Fiévet)

 

Payis dès Baudèts

Baudelîs

Savetîs

Cossons

Martchands d’ ochas / lokes

Plautelètes

 

Gn-a trwès mile djins d’vins Binche sans comptè lès stropiès.

I diaureut bin dîs mile, dj’ pinse, si on comptèt lès baudèts.

Binchoû(te)s (Bastin, 1965 ; Haust, 1941 ; O0)

Bioul

Biou

Grossès Tièsses

Rachisses

Bioutîs (Haust, 1941)

Biron

Bîron

Baudèts (Bourguignon, 1928)

 

Bizory

B'jôri

Tâtes â riz (Dico, 2005, 4 ; Francard, 1994)

 

Blandain

Blandan

Grosses Tiètes (Haust, 1941)

 

Blaugies

Blaujî

Sots (Haust, 1941)

 

Bleid

Blèy

Panîs (paniers) (Bourguignon, 1928 ;  -is : Dico, 2005, 43)

On rattache toujours à ce mot le nom de la localité de façon à obtenir l'expression Pani d' Blé. Ce blason s'explique donc par un jeu de mots.

Mèkions (méteil)

C'est la forme sous laquelle on cultive le blé dans le pays.

Abrunés (ergotés, tachés) (Bourguignon, 1928)

Mèkions abrunèys (Haust, 1941)

L'ergot est une maladie du seigle, rune des deux céréales constituant le méteil ou metillon, la seconde étant le froment. Dans la pratique. on associe le plus souvent les deux derniers blasons. de manière à obtenir le spot «Mékions abronés» ou méteil ergoté, de peu de valeur.

Soyètes (petites scies) (Bourguignon, 1928 ; Dico, 2005, 43)

Cette appellation s'applique aux femmes de Bleid, qui ont la mauvaise habitude de poser sans cesse des questions. (Bourguignon, 1928)

 

(Bourguignon, 1928 ;  Dico, 2005, 43 ; Fouss, s.d.; Haust, 1941)

 

Bleret

Blèrèt

Tådrous (Haust, 1941)

 

Bodange

Bodindje

« A Holindje, li diâle î spindje,

A Bodindje, li diâle î mindje. »

(A Hollange, le diable y dépense* (NDLR : spindjî : teiller (le chanvre, le lin))  ; à Bodange, le diable y mange). (Bourguignon, 1928 )

Ceci paraît signifier que si le diable perd son temps à Hollange, il est, au contraire, très bien accueilli à Bodange. (sic) (Bourguignon, 1928 )

 

(Bourguignon, 1928 ; Dico, 2005, 13)

Biedecher

Boelhe

Bôye

Ågnes (Haust, 1941)

 

Boeur

Beûr

Crapôds (Dico, 2005, 19)

 

“Dji vin d’ Beûr èt dj’ a co seû.”

(jeu de mot avec “beûre”= boire) 

 

Bohan

Bôan

Bohas (Bohan prononcé avec la dénasalisation locale (Petit, 2000) ; -âs (F1))

Clauteûs (cloutiers)

Bohan  fut  un  centre  de  l'industrie  cloutière  jusqu'au  XXe siècle.

Ma cu (à Bohan le possessif masculin mon se dit ma  comme pour le féminin.  Les indigènes disent donc ma cu pour  mon c.)

Ma tabac (de mon tabac) (Petit, 2000 )

Bo.inots (Bourguignon, 1928)

Bôwiné,   Bou-iné,    Bôyiné (Doppagne, 1953) ; Bôhinot (Lucy, 1999)

Boirs

Bwêr

 

Bwèrês; Bwèrkègns (Haust, 1941)

Bois-de-Breux

 

Leûps

 

Bois-de-Lessines

Bos-dè-L’ssine

Dânés

 

Bois-de-Pontisse (Herstal)

 

Leûps

 

Bois-du-Ry (Rendeux?)

Bwès-do-Ri

« A Marcoûrt, li djâle î coûrt

A Macray, li djâle î brêt

A Djupèye, il î marèye sès fèyes

A Warizi, il î marèye sès fis.

A Bwès-do-Ri, i toume li cou â ri. » 

(à Warizy) (Dico, 2005, 33)

 

Bolland

Boland

Leûps

 

Boncelles

Lès Boncèles

Payis dès Moûdreûs

 

Boneffe

Bounéve

« Êve èt Bounêfe, Ènèfe èt Borlé sont qwate viyèdjes bin noumés. »

(Noté à Vaux-Borset, Jehay-Bodegnée) (Haust, 1941)

 

Bonnerue

Boneru

Surus (Dico, 2005, 19; Haust, 1941)

Sèrus

Gros Cous (gros derrières) (Bourguignon, 1928)

 

Bonneville

Boune-Vîye

Leups  (F1)

 

Borinage

Borinâje

Tiètes d’ houye

 

Bornival

Bornivau

Blancs Bastons (Coppens, 1959)

 

lès cyins ou lès djins d’ Bournivau (Coppens, 1959)

Bosfagne

Bôsfagne

 

Boûs d’ fagne (hab. riverains de la fagne depuis Xhoffraix jusqu’à Bosfagne) + (Francorchamps (de la part des hab. de Stavelot), Jalhay (de la part de ceux de Verviers)) (Bastin, 1939)

 

« A Bôsfagne, lès boûs deu Fagne. » (Pinon, 1994)

« A Bôsfagne, lès greus boûs d' Fagne. » (Pinon, 1994)

 

Bouffioulx

Boufioû

« A Boufioû, on va s’ fé r’fonde. »

(car c'est la commune des fours à pots) (Yernaux-Fiévet)

 

Bouge

Boudje

Baloûjes  (F1)

Moyas (Haust, 1941)

 

Bougnimont 

Bougnimont

Camimiches (Mouzon, 1981)

Cus d’ pouchelon (derrières de cochons) (Guillaume, s.d.)

 

Bouillon

Bouyon

Lutons (habitants du faubourg de Laite.)

Mikelèts (aux habitants du quartier qui s'étend le long de la rivière)

Bouyounîs (Bouyounîres) (Twisselmans) ; Bouyonîs (Bourguignon, 1928)

Bouny (Romsée)

å Bounî

Holandès (Bou(g)ny : Holande)

Holandès dè l’ pêlèteHolandès dè crama

 

Bourcy (Bastogne)

Borci

Cous d’ bari (culs de baril)

(Francard, 1994 ; Bourguignon, 1928)

Ce blason est dû à la facilité de la rime. (Bourguignon, 1928)

 

Bourlers (Chimay)

 

Tchats (chats) (O0)

 

Bourseigne- Vieille

à l’ Pitite-Boursègne

Awês (houes)

Tièsses d' awês (Doppagne, 1953)

Awés (F1)

Sobriquet dû à la prononciation locale du mot « oui ». (Bourguignon, 1928)

Boursignots           

Bourseigne-Neuve

à l’ Grande-Boursègne

Lètcheûs d' casseroles  (lécheurs de casseroles)

 

Boussu(-lez-Mons)

Boussu

Cus tout nus

 

 

Boussu-en-Fagne

Boussu-è-Fagne

Chikeûs (Tch- (Lépine,1972,10))

 

Boussu-lez-Walcourt

Boussu

Crons Cus (Lépine, 1972, 8)

 

Bousval

Bousvau

Djîles

 

Bouvignes

Bovègne

Houlotes

Mougneûs d’ a (F1 ; Haust, 1941) 

Mougneûs d’ pwès

Rapècheûs d’ curîye au pont d’ Djivèt

 

Bovenistier

Bômistî

Boûs

Canårîs

 

Bovesse

Bovèsse

Fons (fous) (F1)

 

Bovigny

Boveni

On se moque surtout du parler « sâmiot », salmien, propre à Vielsalm, Petit-Thier, Bovigny, et dont une caractéristique essentielle est la finale –û (pour -eû).

Aussi a-t-on rassemblé le plus de mots ayant cette finale dans la rimaille suivan­te :

« I fêt frûd, èt rûd dès dûts, on magnerût bin du l' sope âs pûs, d’vins on cramû, à l' cwène do fû. »

(Il fait froid, et raide, des doigts, on mangerait bien de la soupe aux pois, dans un crameû , au coin du feu.)

Cf l'expression:

I fêt freûd, dj'a lès deûts si reûds : il fait froid, j'ai les doigts si raides (endoloris).)

On crameû est une terrine en terre cuite qui, anciennement, servait pour cra­mer l' lècê (écrémer le lait). La fermière séparait la crème du 'lait à l'aide d'une cuillère. (Lejeune, 1974)

 

Braine (sans d’autre précision)

Brin.ne

 

Brin.noûs ou Brinwès (f. –e)(Coppens, 1959)

Braine-l’Alleud

Brin.ne-l’Alieu

 
 

Brin.nous ou Brinwès (f. –e) (Coppens, 1959)

Braine-le-Comte

Brin.ne

Queuwètes

 

 

Brin.noûs ou Brinwès (f. –e)(Coppens, 1959) ;

Brin.nous (O51)

Bras

(Libramont)

Brau

Papas (Guillaume, s.d. ; Grands _ (Bourguignon, 1928))

Capéres

 

Bras (Bastogne)

Brâ

Vèrâts (verrats) (Dico, 2005, 4 ; Francard, 1994)

 

Bras-Menil

Brå-l'-Min.ni

Grîsès Boudènes (Haust, 1941)

 

Bray

Bré

Sablonîs
Baudèts, Baudelîs (Haust, 1941)

 

Bressoux

Brèssou

Zoulous (Haust, 1941)

 

Briscol 

Brîhe-Cô

 

Briscotîs (Dico, 2005, 11)

Brisy

Brîhî

 

Briyotîs (Haust, 1941)

Brye

Brîye

Batas

Calotes di Prussyins

 

Buissonville

Bouchonvèye

Chinârds (Haust, 1941)

 

Bure

Bûre

Cabossîs (entêtés) (Haust, 1941 ; Petit, 1987)

Cabochârds (Petit, 1987)

 

Buret 

Burèt

Bèrwètîs (Dico, 2005, 19)

 

Burnon

Beurnon

Cus d' poçons (culs de petits récipients pour boire) (Francard, 1994 ; Bourguignon, 1928)

Beurnotîs (Francard, 1994)

Burtonville

Beurtonvèye

Neuville, Cahay, Burtonville : Pûres (Dico, 2005, 42)

 

Bustiau (Ghlin)

 

Mouchârds

 

Buvange

Béiwen

Gierden (long manche du fléau qui sert à battre le blé)

Les natifs de Wolkrange sont affublés, par contre. du surnom de « Kleppelen » ou gourdins. Ce mot désigne cette fois plus particulièrement la volée du fléau dont on frappe l'épi. (Bourguignon, 1928)

 

Buvrinnes

Buvrinnes

Buveûrs dè sûr

 

Buzenol

Bujenau

Tamakusses

Quand les habitants veulent s’excuser de quitter une compagnie : «  L’ tâps m’ acuse » (le temps m’accuse) (Fouss, s.d.)

On assure que les gens de Buzenol se dérobent tou­jours, sous ce prétexte, à l'obligation de rendre la politsse à ceux qui les régalent au cabaret. Le terme de « Tamakusse » a donc le sens de : regardant, avare, intéressé (Bourguignon, 1928)

 

Buzet (Hainaut)

Bûzèt

Martins (F1)

Buzelotîs (O0; O5)

00:10 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.