11/12/2011

T-U

Tangissart

Tandjissaut

Mikelèts

 

Taverneux 

Tavèrneû

Leûps (Dico, 2005, 19)

 

Tellin 

Tèlin

Cadèts ((Dico, 2005, 39 ; Haust, 1941); orgueilleux, « glorieux », vaniteux (Bourguignon, 1928))

L'esprit populaire ajoute que les habitants de cette localité aiment les beaux vêtements et les manières distinguées. Par exemple, ils ne se moucheraient jamais avec leurs doigts devant les étrangers. (Bourguignon, 1928)

 

Pour les gens de Bure : « Lès cadèts d’ Tèlin sont fiérs avou rin à l’ otche. »  (Petit, 1987)

 

Templeuve

Timpleuve

Plats Dos (Haust, 1941)

 

Temploux

Timplou

Mougneûs d’ sirôpe (F1)

 

Tenneville

T’nîvèye

Tchacâs (chabots (poissons)) (Francard, 1994 ; Delairesse-Elsdorf, 2004)

 

Termes

Térme

Tchèts (Bourguignon, 1928 ; Dico, 2005, 8)

 

Tesny (Wandre)

El Tèsnî

Grêyes Pîds (pieds frêles)

 

Theux

Teû

 

Bourdoneûs

« A Teû / Grands plaîtieûs / A Bècô / On n’ magne nin s’ sô / A l’ Ré / C’ èst co pés /  A Hôt-R’wârd, / C’ èst pôr lu diâle / A Hôt Marès / Lès macrales î dansèt / A Vêrt-Bouhon / On beût â poçon. »

 

Thibessart 

Tcheubéssât

Tchacâs (chabots) (Dico, 2005, 21 ; Haust, 1941 ;  Mouzon, notes)

 

Thieulain

Tieûlin

Courtanîs

 

Thiméon

Tumion

Sarazins (

Cindreûs (Haust, 1941)

 

Zébotîs (habitants du quartier de Zébo) (O0)

Tumionîs (Bastin, 1965

Thimister

Timistêr

 

Leûps (Haust, 1941)

Minerie:  à l’ Minerêye: lès Bâbous Haust, 1941

Gnègns

Bambous

Tègnes

 

« Lès Clérmonîs sô rètchèssîs, lès Bâbous sô rècorous, èt lès Gnègns sô n’monous. »

(sont restés, ont tenu bon). Haust, 1941

 

(à Clermont)

„Mèrde aus Gnègns ! Vîve lès Clérmonîs ! »

Lès Bambous,sont rècourous,

Lès Clérmonîs l’s-ont rètchèssî !"

 

 

Thines (prov. de Brabant)

Tîne

 

Tinwès (Coppens, 1959)

Thirimont (Waimes)

 

 

 

 

Thirimont (Beaumont)

è Tîrimont

 

 

 

 

Tîrimont

Mouhis strons (mouhi: moisi) (Pinon, 1994 ; Bastin, 1939)

Toûrneûrs (Bastin, 1939 ; JB)

Le seul village du coin qui n’ a pas fait passer ‘oû’ à ‘ô’: toûrner, noûne, boûsse, ... (Waimes-Faymonville: tôrner, nône, bôsse, ...) (Bastin, 1939)

 

Asblouwis (éblouis) (Lépine, 1972, 8; Pierre Dutron: _, asbleuwis))

 

Thisnes (prov. de Liège)

Tîne

Coks d' Îne (Haust, 1941)

 

Thuin

Twin

Boulots

Ville-Basse: à l'Vau: lès Macâs (Haust, 1941) ; Makas d’ èl Vau (Delairesse-Elsdorf, 2004); Avalois, Guèrnouyes (Delairesse-Elsdorf, 2004) 

Ville-Haute: à l'Vile: lès Catulas (Haust, 1941) ;

Citins, Montagnârds (Delairesse-Elsdorf, 2004) 

 

Thulin

Tulin

( )

 

Thy-le-Bauduin

Tî-l’-Baudwin

Fieus

Godîs (check) (Lépine, 1972, sn)

 

Thynes (prov. de Namur)

Tin.ne

Bauyaus (Haust, 1941)

Adôreûs d' balons (Haust, 1941 )

 

Tihange

Tîhondje

Payîsons (Haust, 1941)

 

Tilff

Tif

Tapeûs d’ Bon Diu è l’ êwe

 

Tillet

Tiyèt

Gayèts (taureaux) (Bourguignon, 1928 ; Haust, 1941 ; Francard, 1941)

 

Tilleur

Tîleû

Råyeûs d’ årmås
Mås d’ arèdje
Bleûs-mås  

Dans la région liégeoise, un dicton circulait : « Tîleûr, payis d’ voleûrs ». Cela ne plaisait pas forcément aux habitants, mais cela avait un fond de vérité.

(Propos de Jean Borguet recueillis par Serguiéi Macarenko)(Hèyeûs, 2006 )

 

Tintange 

Tënnen

 

Tennener (Dico, 2005, 13)

Tintigny

Tintenî

Tintigneûs ou Tigneûs (teigneux) (Bourguignon, 1928)

 

Torgny 

Toûrgni

Torgnolès ; Torgnoles (Dico, 2005, 34)

 

Toumay

Toûrnê

Tournariens (tourne à rien) (Bourguignon, 1928)

 

Tour (Durbuy)

Toûr

 

« Fèrîre èt Fèro / Izièr èt Ozo / Toûr èy Loh'ré /  In.ne dizos Hé / Poutche so l' tièr / Vo-te-là à Viyé ! »

(Ferrière et Ferot, Izier et Ozo, Tour et Loheray, Aisne­ sous-Heyd, saute sur le «thier» ; te voilà à Villers (Sainte-Ger­trude).) (Blason, 1970, 203)

 

Tourinne-la-Chaussée

Toûréne

Longs Pîds (Haust, 1941)

 

Tournai

Tournè

Ste-Brice : Briscots  

Les Tournaisiens sont considérés comme des personnes qui « toûnenut » facilement et vous jouent des tours. Cela tient sans aucun doute au fait qu'il y a « tour » dans le radical du mot. On dit aussi la fameuse phrase les Tournaisiens sont là; mais, pas précisément dans le sens de la légende historique. Selon celle-ci, ces paroles auraient été pronon­cées par Godefroid de Bouillon lors de la prise de Jérusalem. A un moment donné la victoire semblait échapper aux Croisés. C'est alors qu'on tentât une offensive désespérée en faisant avancer une tour rou­lante contre la Porte de Damas. Les deux premiers chevaliers à péné­trer dans la ville et à permettre aux Croisés de la prendre, en les suivant, furent les deux chevaliers tournaisiens : Lethalde et Engelbert. (Yernaux-Fiévet)

 

Tournay

Toûrnê

Tourniquèts

Toûrne à riè (Contact, 1986)

 

Traimont 

Trêmånt

Gros Maltons (bourdons) (Dico, 2005, 21)

 

Transinne

Transine

Ouulines (chenilles) (Defosse ; Haust, 1941 ; Bourguignon, 1928)

Skirons (écureuils) (Bourguignon, 1928)

Baraques : lès Barakes : Barakîs (Haust, 1941)

Trazegnies

Trèjenîn

Côrbaus (O0) (Coûr- (Haust, 1941 ; Cor-, Coûr- (Bastin, 1969)

anct. Bouflêrs (Haust, 1941)

 

Trèsfontaines (Erneuville)

Trèfontin.ne

Bascolètes (belettes) (Marquet, 1966 ; AO2)

Lumeçons (Haust, 1941 ; Dico, 2005, 39)

J. Haust donne Limeçons (limaces). (Marquet, 1966)

 

Trois-Ponts

à Treûs-Ponts

 

Treûponês (Haust, 1941)

Tronquoy 

Troncwa

Peûs d’ bwas (poux de bois) (Contact, 1986 ; Dico, 2005, 31)

Leûps (forme employée à Verlaine) (Contact, 1986)

 

Ucimont

Ûcimont

Oulinots (chenilles) (Bourguignon, 1928 ; Dico, 2005, 7 ; Haust, 1941)

 

Udange

Éiden

Fèrgougnâs (ferrailleurs, bricoleurs, gens occupés à une foule de petits métiers misérables)

Armagnaks

Ce vocable a paru étrange aux Wallons de la région voisine. Comme les habitants d'Udange parlent le luxembourgeois, ils les tiennent pour des gens compliqués, arriérés, dont nul ne comprend le langage. Ils leur ont dès lors attribué un surnom choisi parmi les mots les plus abracadabrants de leur vocabulaire. (Bourguignon, 1928)

 

00:02 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.