11/12/2011

S

Sadzot 

Sâdzo

 

Sadzotîs (Dico, 2005, 11)

Sainlez

Sinlé

Singlès (Francard, 1994)

Croupètes (dizeaux de seigle et de froment et, par extension.,personnes courtaudes ct trapues) (Bourguignon, 1928)

 

Saint-Aubin

Sint-Aubwin

Djîreûs (Lépine, 1972, sn)

Djirins (F1)

 

Saint-Denis-Bovesse

Sint-D’nis

Fous

 

Sainte-Cécile

Sinte-Çusîle

Tudès (Defosse ; - aîs : Bourguignon, 1928 & Dico,

2005, 14)

Ce terme raille la prononciation locale

de l'expression: «Tu dis ». (Bourguignon, 1928)

 

Bèssenî (Defosse ; Bourguignon, 1928)

Vu la prononciation locale, ne faut-il pas voir en «Bèssenî » une déformation des mots gaumais «bassî » signifiant bélier ou «bassâ», signifiant bât? Dans cette hypothèse, les habitants de Sainte-Cécile seraient simplement blasonnés par comparaison avec le règne animal ou porteraient le surnom de « bâtés ». (Bourguignon, 1928)

 

Bèsènioûs (Defosse)

 

 

Sainte-Marie-Chevigny

 

Balots((Haust, 1941); -auds (balourds) (Bourguignon, 1928, cf Ourt) ; Bat-l’eau (Guillaume, s.d.)) (correction par M. Benoît Baillot)

 

Balauds  (balourds, gauches)

On a expliqué ce blason par l'obligation imposée aux habitants de battre l'eau de l'étang pour empêcher les grenouilles de troubler le sommeil du seigneur. Or, ce village dépendait de l'abbé de Saint-Hubert. Il est plus logique d'admettre, par conséquent, que l'on a voulu railler l'attitude et les gestes habituels des natifs du lieu. A moins que « balaus » ne soit une altération de « baloûwe », « baloûje », nom wallon du hanneton. (Bourguignon, 1928)

 

Sainte-Marie-sur-Semois

Sinte-Maro

Savarats (verrats) (Bourguignon, 1928 ; Dico, 2005, 12)

Les habitants du lieu assurent que ce mot est d'origine russe et daterait du passage des Cosaques en l'annee 1814. L'existence d'un mot wallon homonyme fait bonne justice de cette allégation. (Bourguignon, 1928) 

 

Cus d’ awîye (Guillaume, s.d.)

Sinte-Maraus

(Dico, 2005, 12

Sainte-Ode

Sinte-Ôde

Vatchots

Les Vatchos est le surnom donné aux habitants de La Vacherie parce qu 'au temps de Pépin le Bref s'y trou­vaient de grandes étables de bovins. Aussi, les ouvriers qui s'occupaient du bétail furent-ils appelés les Vatchots. Quand on construisit le village, le nom resta pour ses habitants. (Hèyeûs, 2006

(Propos de Denise Van Goethem recueillis par Virginie Dalmiglio))

 

Saintes

Sinte

Sinjes

 

Saint-Georges

Sint-Djwèr

Canåris (Haust, 1941) 

 

Saint-Ghislain

Sint-Guilin

Mindjeûs d’ boudins

 

Saint-Hubert

o Bork

Borkins (bourgeois) (Bourguignon, 1928 ; Léonard, 1972)

La ville abbatiale de Saint-Hubert avait autrefois rang de bourg et n'était pas fortifiée. Ce blason est donc analogue à celui des Arlonais (Birger = citadins) et à celui des habitants de Houffalize (Bordjeûs). En parlant de Saint-Hubert. les villageois des envIrons disent toujours « le Bourg », rarement « la Ville ». Le terme « Borkin d’ Sint-Hubért » est devenu synonyme d' obstiné. On attribue à la population un certain esprit de suite, une grande persévérance et tous les défauts de ces qualités. On tend d'ailleurs, l'esprit populaire le voulant ainsi, à insister tout spécialement sur ces derniers.

(Bourguignon, 1928)

Borkins, -in.nes (Francard, 1994 ; Dico, 2005, 35)

Saint-Léger

Siét-L’djî

Icayèts (marchands de noix)

Les noyers ont toujours été très abondants dans la région. La guerre de 1914 les a fait disparaître par centaines, leur bois se recommandant pour la fabncation des crosses de fusil.

Toufayes (mangeurs de pommes de terre à l'étuvée)

Choupa > habitant : Choupatî (Haust, 1941)

Nom d'un lieu-dit du territoire communal au centre de l'agglomération. (habitant du bas (VDE, 15/03/2005))

 

Saclètîs (porteurs de besace)

Ce blason est le plus usuel. II rime avec le nom  gaumais de la localité. Les enfants de Châtillon ne manquent pas de l'appliquer à ses habitants et ont même composé le quatrain suivant:

« Sièt-L’djî, saclètî / Wôrs dè mènadjî / Qui n' ang pont d' / Pou mindjî zou brîe. »

(Saint-Léger, porteurs de besace, hors de ménage, qui n'ont pas de cuiller pour manger leur brouet..

De nombreux habitants de Saint-Léger sont occupés dans les usines métallurgiques du bassin de Longwy. Naguère encore, ils s'absentaient de la localité pendant une quinzaine et même davantage, emportant leur nourriture et leur linge de rechange dans leur « saclèt ». Ils se mettaient ainsi réellement «hors ménage» et l'esprit populaire n'a pas manqué l'occasion de les blasonner de ce chef. (Bourguignon, 1928)

 

Saint-Léger-lez-Pecq

Sint-L’djîr

Tokés

 

Saint-Mard 

Sît-Mâd

Camâs (baveurs) (Dico, 2005, 43)

 

Saint-Maurd

Sint-Maurd

Môrts (Lépine, 1972, 5)

 

Saint-Médard 

Sint-Maurd

Bas-vintres (bas ventres, courts sur pattes) (Dico, 2005, 17 ; Bourguignon, 1928)

 

Saint-Pierre

Sint-Pière

Pièrots (Guillaume, s.d.)

Moucherons (Guillaume, s.d. ; Mouzon, notes)

 

Saint-Remy (prov.  de Lux.)

Sant-R’mi

Patauds

Pichalis (fourmis) (Dico, 2005, 43)

Remigeois

Saint-Vincent 

Savinsât

Cus d’ tchacâs (chabots) (Dico, 2005, 40)

 

Saive (arr. de  Liège)

Sêve

Leûps

 

Salet

Salèt

Tchins (F1)

 

Samart

Sèmâr

Samaritins (Lépine, 1972, 8)

 

Sars-la-Bruyère

Sârt

Sots (Haust, 1941)

 

Sars-la-Buissière

Sârt

Saloûs (Haust, 1941)

 

Sart (Lierneux) 

o Sârt

Sârpès (Haust, 1941)

anct Colârs (Haust, 1941) 

 

Sart (près d’Offagne)

Ou Saurt

Paurotchîs (à Offagne : aus Paurotches = Jehonville, Acremont et Sart) (Haust, 1941)

 

Sart-Bernard

Li Saut

Coucous

 

Sart-Custinne

ou Saurt

Canés du Saurt

Mougneûs d’ laurds (mangeurs de lard) (Doppagne, 1953)

 

Sart-d’ Avril (Noville-les-Bois)

Saut-d’Avré

Houssias (F1)

 

Sart-en-Fagne

au Saurt

Lapins (Lepine, 1972, 9)

 

Sart-Saint-Laurent

au Saut

 

djins do Saut

Sautour

Sautou

Boûs (Lepine, 1972, 9)

 

Sauvagemont (Lasne)

 

Limousins

 

Savy

Sâvi

Gayèts (Dico, 2005, 4)

 

Sberchamps

Sbêrtchamp

Sacsons (Mouzon, notes ; Bourguignon, 1928)

Assimilation à une peuplade étrangère pour marquer le

caractère insociable et hargneux que l'on attribue aux

habitants de cette localité.

(Bourguignon, 1928)

 

Schaltin

Chaltin

Bièsses

 

Sclayn

Sclèyin

Chitaus (F1)

 

Scry (Abée)

Scrî

Tchitchâs (Haust, 1941)

 

Seloignes

Slogne

R’nauds

 

Senonchamps

Snontchamp

Foyants (Dico, 2005, 4 ; Francard, 1994)

 

Senzeilles

Sinzêye

Tchauds (chauds) (O0)

Nwârs Aurnas (F1; Lépine, 1972, 8)

parfois : Crèvès

Tchots (copains) (Lépine, 1972, 8)

 

« A Sinzèye,

On mindje dè l’ porèye

A grossès fortchètèyes ... » (Lépine, 1972, 8)

 

Seraing

Sèrè

Canåris

Leûps

 

Séviscourt

Sviscoûrt

Courîs (cochons d’un certain poids) (S22 ; Guillaume, s.d.)

 

Sibret

Sîbrèt

Gayèts (Francard, 1994)

 

Signeulx

Sinu

Tchaudrons (chaudrons)

Cet énigmatigue sobriquet aurait été donné naguère aux natifs du lieu parce que la cloche de leur église rendait un son creux assez insolite. (Bourguignon, 1928)

 

Silenrieux

Slinri

Muscadins (Lépine, 1972, 8)

 

Chouwans (habitants de  Silenrieux-Haies) (O0)

 

Sirault

Sirau

Baudèts (Haust, 1941)

Viaus

 

Sivry

Chèvri

Gâdes (Haust, 1941 ; VA 28/08/2004)

 

 

Cheuvrotins (O0)

Six-Planes (Bièvre)

Chî-Planes

 

Chî Peurnês (Doppagne, 1953)

Smuid

Smu

Leûps (loups)

Le village est situé au cœur des bois

de la région de Mirwart. (Bourguignon, 1928)

 

(Louline, 1993 ; Bourguignon, 1928 ; Haust, 1941 ; Dosimont, 2001)

 

Sohier

Soyîr

Vèchaus (putois) (Haust, 1941; Dico, 2005, 44)

 

Soignies

Sougnî

Cotchots ((O0), Ca- (O51))

Simpes èt Loûrds

 

Soiron

Swèron

Clawetîs

 

Solre-le-Château  (F)

 

Afuts (affût de canon)

Après Waterloo, les Français, battant en retraite, y auraient abandonné des affûts sans canon.(O0)

 

Solre-Saint-Géry

Soûr-Sint-Dj'ri

Turks (O0 ; Haust, 1941)

 

Solre-sur-Sambre

Soûr (-su-Sambe)

Kîns (chiens)

Tchîns (Haust, 1941)

 

Solwaster

Solwâstèr

Lopèts

 

Sombreffe

Sombrèfe

Rascourcis (raccourcis) (Leclercq ou Boucher, chef de la bande noire, guillotiné à Charleroi en 1862, était de Sombreffe) (O0)
Ercoupés (F1)

 

Somme-Leuze

Some-Leûse

Coucous (AO1)

 

Sommerain

Somerin

Tchins(Dico, 2005, 19)

 

« Ni bon vint ni bone djin

N’a jamês v’nu d’ Somerin. ». 

(à Houffalize)

 

Sommethonne

Soumetoûne

Sarazins. Voir à l'article: Chantemelle. (Bourguignon, 1928)

 

Sorée

Soréye

Mougneûs d’ sorèts (Haust, 1941)

 

Sorinnes

Sorène

« On veut Sorène o fond do l’ jate. »  

(d’ on trop lèdjêr cafeu)

 

Sougné-Remouchamps

Soûgné-R'moûtchamp

Gadelîs (Haust, 1941)

 

Soulme

Soûme

Barètes (O0)

Nûtons (Lépine, 1972, 10)

 

Soumagne

Soûmagne

Clawetîs
Bossus clawetîs

Soûmagnârd (Haust, 1941)

Soumoy

Soûmwè

Roussias (Lépine, 1972, 8)

 

Sourbrodt

Zôrbrôt’

Boûs d’ fagne

« Zôrbrôt, lès nids d'arôde. » (Pinon, 1994)

 

De Xhoffraix:

« A Hiofrê, lès longs mustês (tibias)

A Longfaye, lès lonkès payes

A Zoûrbroût’, lu diâle î hioûte (écoute)

A Bôsfagne, lu diâle î magne.

èn-Ovîfa, lès gros baras.

O l’ Rubîvèye, lès d’hyitées fèyes.

O Mont, lès longs grognons. » (Bastin, 1939, 52-53)

 

Sous-les-Bois (entre Seraing et Huy)

 

Oûrs’

 

 

Souvré (Visé)

 

Bilokes

 

Spa

Spâ

Torês

Bidelîs

 

Spontin 

Spontin 

Noûrins (Pol Englebert)

 

Sprimont (prov. de Liège)

 

Hiterots

Jadis, il y a eu à Ogné une maladie très contagieuse. Tous les gens du village avaient attrapé la diarrhée. De­puis ce jour-là, les habitants du village portent le nom de Hiterots. (Hèyeûs, 2006 (Propos d'Anne Bosard recueillis par Aurélie Wittevrongel)

 

Spy

Spî

Spirous (Lépine, 1972, 5 ;  Haust, 1941 ; F1)

Ramonîs (Haust, 1941 ; F1)

lès-Omes di Spî (Lépine, 1972, 5)

Mougneûs d' Baston (Haust, 1941)

 

Stambruges

Tambrîse

 Campinêres ( (Haust, 1941) ;  -i-, -è- (Germain, 2003)

 

Statte

State

Hitås è Moûse

Statîs (E1)

Stavelot

Stâveleû

 

Cous d’sètch  (à Malmedy) (Bastin, 1939)

Bèsaces (à Stavelot) (Bastin, 1939)

 

« I fât deûs cous d’sètch, po fé one bèsace. » (à Stavelot) (Bastin, 1939)

Stâvelotins (au lieu de Stâveleûtin) (Bastin, 1939)

Steinbach

(Waimes)

Stinba

Du pays de Waimes et du pays de la Fagne:

« A Wéme, queu l’diâle lès péne (peigne)!

O l’ Roue, leu diâle n’i pout.

A Stinba, lès greûs baras (béliers)

A R’monvâ, lès neûrs digâs (purins)

è Tîrimont, lès mouhis strons (mouhi: moisi)

èn-Ondinvâ, lès tchéns vont d’hâs (déchaux)

A Fêmonvèye, lès d’hitées fèyes.

A Geûzêne, lès gueûyes deu rênes (grenouilles)

O l’ Tchampagne, lès cous d’aragne

è Libômont, lès bons flèyons (tartes). » (Bastin, 1939)

 

Greûs Baras (béliers) (Bastin, 1939)

A Stimba, lès greus haras. (Pinon, 1994)

Bastin, 1939

Stembert

Stimbièt

Leûps (Haust, 1941)

Stimburtins, -rkins (Haust, 1941)

Ster (Francorchamps)

o Stêr

 

Stèrlins (Haust, 1941; Bastin, 1939)

Stockem

Stackem

Les habitants de cette localité passent, aux yeux des

Arlonais, pour singer volontiers la manière de vivre et les

usages des citadins. On précise toutefois que le « Stackemer Houfert » ou « fierté stockemoise » con­siste à porter de beaux vêtements sur du linge mal­propre. (Bourguignon, 1928)

 

Stoumont

Stoumont

Cwèrbâs  (Haust, 1941)

Stoumonîs

Straimont

Strémånt

 

Strêmouniès (S22)

Strainchamps

Strintchamp

Bês-Afants (beaux enfants) (Bourguignon, 1928 ; Francard, 1994)

 

Sugny

Suni

Macus (de mon c…) (Petit, 2000 ; Haust, 1941 )

Les natifs de ce village ont coutume de mettre au féminin l'article de la plupart de leurs substantifs. Au lieu de « mon cheval »,  « mon bœuf », ils disent « ma tchvau ». « ma bû », etc.

Par simple analogie. on reconnait d'emblée la signifi­cation humoristique de leur blason.

Robaus (sorciers)

Ce sobriquet leur est en outre appliqué depuis 1657. où furent exécutées rrois sor­cières. dont la plus redoutée était Genette Huart. épouse de Jean Robaux. On fait encore aujourd'hui de fré­quen tes allusions à cette tragique affaire.

Trôs clotches (trois cloches) (Bourguignon, 1928 ; Dico, 2005, 7)

Le villag de Sugny, l'un de plus importants de l'ancien duché de Bouillon, possédait une église pourvue de trois cloches. Les habi­tants en tiraient vanité car les localités voisines, pauvres et peu peuplées, devaient se contenter d'une modeste chapelle. Elles se vengèrent en appliquant aux «glorieux» Sunijots - tel est le gentilé de Sugny - un sobriquet qui les poursuit encore.

Vèrats (porcs mâles)

On assure qu'au retour de son fils, qui venait de réussir briJlamment ses exa­mens d'ingénieur, un autochtone ne trouva d'autres termes, pour exprimer sa satisfaction et son orgueil, qu'un double « Verrat ! » sonore et légèrement attendri. (Bourguignon, 1928)

Matabacs (de l'habitude de mettre au féminin dans le patois ce qui est masculin en fran­çais) (Defosse))

Sunijots (Bourguignon, 1928) ; Sênijots (Twisselmans, p.165) ;

Sunidjot (Haust, 1941)

 

Sûre

Sûre

Seûrîs (Francard, 1994)

Grèvîs (vairons) (AO2 ; Haust, 1941 )

 

Suxy 

Chuchi

Brocârts ((Dico, 2005, 8) ; brocards, chevreuils mâles (Bourguignon, 1928))

Loups-garous (Dico, 2005, 8)

Ce village est entouré de toutes parts par de profondes forêts. (Bourguignon, 1928)

Buchetîs (Dico, 2005, 8)

 

Tchotchots (Defosse)

Chuchots (Dico, 2005, 8)

00:04 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.