11/12/2011

O-R

Obaix-Buzet

Obé-Bûzèt

P’tits Gris

 

Ochamps

Ôtchamp

 

Boukês (boucs) (-é (Haust, 1941))

Les habitants de ce village se glorifient de ce surnom. qui symbolise à leurs yeux le cou rage et l'opiniâtreté. Leurs voisins ont une opinion quelque peu différente: le «Boukê d' Ôtchamps » est, pour eux, le type de l'obstiné à qui l'on ne peut faire entendre raison.

(Bourguignon, 1928)

 

Lès djins dès Hôts Tchamps èt lès djins du Dutchî

- Village limite entre le Duché de Luxembourg et le Duché de Bouillon, Ochamps, comme Anloy, a été influencé par le wallon de la région de Jéhonville Bertrix.  Le Duché de Bouillon possédait d'ailleurs des enclaves à Ochamps (Maubeuge) et à Anloy.  Jusqu'à l'époque actuelle, on désigne à Ochamps les habitants de Jéhonville et des environs par l'appellation « lès djins du Dutchî ». (Mahin, 1984, 181)

 

(Mahin, 1984, 181 ; Bourguignon, 1928; Dico, 2005, 22 ; Haust, 1941)

 

Ocquier

Okîr

 

 Lognârds (= du comté de Logne (Hamoir, Ocquier, Comblain-au-Pont, Louveigné)) (Bastin, 1939)

 

Odeigne

Ôdègne

 

« Ôdègne, panse d'èrègne, crèvé vê, pîd p' pourcê, … »

(Odeigne, panse d'araignée, veau crevé, pied de pourceau.)  (Lejeune, 1974)

 

Ofaing 

Ofè

Cus d’ chouflèt (sifflets) (Dico, 2005, 31)

 

Offagne

Ofagne

Vatches (Defosse)

Ofagnîs  (Haust, 1941)

Ogné (Sprimont)

Ogné

Hitås

 

Ogy

Oji

Agons (Haust, 1941 ; S2)

 

Oignies

Wègnîye

Bouloumes (O0)

 

Oizy

Wâji

B.P. partiels : Wâji-Province, Wâji-Duché

 

« Wajotés

Cu d' sayê. » (cul  de  seau)  (à Baillamont) (Doppagne, 1953)

Wajotés (Doppagne, 1953) ;

 

 

Ollignies

Ogni

Ébarasses (faiseurs d’embarras) (Delairesse-Elsdorf, 2004) 

 

Olloy-sur-Viroin

Ôlwè

Marous (O0)

Rauye-minètes (Lépine, 1972, 10 ; F1)

Pètchis

Tchoupères (Lépine, 1972, 10)

 

«  A Olwè, on fét ç’ qui s’ plaît. » (Lépine, 1972, 10)

 

Olne

One

Montagnârds

 

Omezée

Omèzéye

Chwârchaus ((F1) ; -ês (Lépine, 1972, 10)

 

On 

à-y-On 

Couyons (couards, peureux) (Lejeune, 1983 ; Bourguignon, 1928 ;  Haust, 1941)

 

A propos de ce curieux blason. je crois devoir transcrire ici une note amusante ct instructive publiée par M. G. Jadot. bourgmestre actuel de la localité:

«Couyon d' On! Couyon d' On! »

Voilà la façon dont nous étions reçus, quand, étant gosses, nous nous aventurions parmi ceux des villages voisins, et même plus tard encore sur les chantiers de travail. Je me suis bien souvent demandé ce qui nous avait valu cette dénomination peu flatteuse, contre laquelle nous ne manquions pas de protester. (Bourguignon, 1928)

Onès (Haust, 1941)

Ondenval

Odinvâ

 

« En-Odinvâ, lès djins vont d'hyâs

A Odinvâ, lès tchèngs vôt d'hâs

En-Odinvâ, lès tchés vont d'hyâs. » (Pinon, 1994)

 

Du pays de Waimes et du pays de la Fagne:

« A Wéme, queu l’diâle lès péne (peigne)!

O l’ Roue, leu diâle n’i pout.

A Stinba, lès greûs baras (béliers)

A R’monvâ, lès neûrs digâs (purins)

è Tîrimont, lès mouhis strons (mouhi: moisi)

èn-Odinvâ, lès tchéns vont d’hâs (déchaux)

A Fêmonvèye, lès d’hitées fèyes.

A Geûzêne, lès gueûyes deu rênes (grenouilles)

O l’ Tchampagne, lès cous d’aragne

è Libômont, lès bons flèyons (tartes). » (Bastin, 1939, 52)

 

Oneux

Ôneû

Congolès (AO 25/03/1999; Haust, 1941)

 

Mme Ninnie Dehossay, de Comblain-au-Pont,

«Il y a cent ans, les Oneutois, des Congolais. Au village d'Oneux, un instituteur appelé M. Méan assurait un intérim depuis deux ans. Lorsqù'iI fallut procéder à une nomination, M. Armand Grignard, qui habitait rue de l'Egalité à Comblain, posa également sa candidature. Ce fut ce dernier qui obtint le plus de voix et occupa l’emploi, à la gran­de fureur des habitants d'Oneux qui souhaitaient garder M. Méan.

 

Les villageois décidèrent dès lors de venir manifester leur mécon­tentement à Comblain. Ils descendirent en grand nombre par le Thier Pirard et occupèrent le quai de l'Ourthe, près de l'actuelle rue de la Gendarmerie. Les habitants de Comblain, intrigués et curieux, se joi-. gnirent à eux et la manifestation devint houleuse.

Ceci se passait sous le mayorat de Célestin Hornay, qui fut bourg­mestre de 1888 à 1896. Celui-ci ne parvenant pas à calmer la foule, fit appel à la maréchaussée d'Aywaille qui arriva, à cheval et armée de fusils.

Tout à coup, un gendarme mit la troupe des manifestants en joue.

Adolphe Dalem maréchal-ferrant de la place Leblanc, voulut détour­ner l'arme en baissant le canon et en criant «Ti n' vas nin tirer, hin, sûremint !»  Au même instant, un collègue du gendarme crut qu'il voulait désarmer son ami et fit feu sur Dalem qui reçut le coup en pleine poitrine et s'écrou­la, mort. La foule consternée se retira en silence, les Comblennois, hon­teux d'avoir été les témoins d'une telle tragédie, et les Oneutois, plus honteux encore d'en avoir été les investigateurs.

Le dimanche suivant, le curé d'Oneux évoqua l'événement dans son homélie et dit à ses paroissiens: "VOUS êtes pires que des Congolais». C'est ainsi que le surnom de Congolais demeura aux habi­tants d'Oneux pendant de nombreuses années.

Maman, qui était née en 1873 à Comblain et y habitait, a vécu cette odyssée, elle avait à l'épeque 21 ans et elle me l'a bien souvent racontée».

Mme Dehossay poursuit son courrier en signalant: «Je possède la gravure parue dans le «National //lustré» du 18 mars 1894 relatant ce drame». Merci Mme Dehossay, votre communication est réellement ,du plus haut intérêt, s'il vous était possible de me faire parvenir une copie de bonne qualité de cette gravure, je suis persuadé qu'elle intéresserait tous les lecteurs.

(AO 25/03/1999)

 

Onhaye

On.aye

« A On.aye, c’ èst dès canayes. » (Haust, 1941)

 

Onoz

Ôno

Cariotîs (ouvriers carriers) (O0)

 

Oppagne

Opagne

Boûs (AO1)
Caracoles (AO1 ; Dico, 2005, 10)

 

Orchimont

Orcimont

Raudeûs (rouleurs de r, grasseyeurs) (Defosse ; Bourguignon, 1928 ; F1; Doppagne, 1953)

La pronon­ciation locale de certains mots a valu aux habitants ce pittoresque sobriquet. (Bourguignon, 1928)

 

Canés

 

« Cané d'Orsîmont

Qui mougne dè stron ! » (Doppagne, 1953)

(… qui mange de l'étron)

(Nafraiture) Variante : « Qui bètche au stron. » (Doppagne, 1953)

 

Tchîs à calice (profanateurs de calices) (Defosse ; Bourguignon, 1928 ; litt.  « chie en  calice » (Doppagne, 1953))

Ce blason, aujourd'hui tombé en disuétude, serait dû à un fait historique de l'époque révolutionnaire.

Peut-être, la deuxième syllabe du nom de la localité y est-elle aussi pour quelque chose...

(Bourguignon, 1928) 

 

Lurons (Defosse ; Doppagne, 1953)

 

(à Baillamont) Hérissons (hérissons)

Orsimounés (Doppagne, 1953)

Orcq

Ork

Baudèts (Delairesse-Elsdorf, 2004)

 

Oret

Ôrèt

Ramponaus (Lépine, 1972, sn)

 

Oreye

Orêye

Cous d' botêye (Haust, 1941 )

 

Orgeo 

Ordjô

Basses Panses (Defosse ; Dico, 2005, 6)

 

Orp-le-Grand

Ôr-Grand

Sintes-Adèles

 

Orsinfaing

Ochinfè

Hoguèts ou Hoguaîs (Fouss, s.d. ; Dico, 2005, 16; Habay, 2004)

 

Villers-sur-Semois et ses sections, Harinsart, Mortinsart, Orsinfaing ainsi que les villages du bassin de la Rulles. sont appelés les Hoguets ou Hoguais. Ils auraient une façon à eux de prononcer très brièvement les sons é, è du français. Ils parleraient d'une voix rauque! Haust et Bourguignon font dériver ce terme de « hokîr » : bégayer. (Fouss, s.d.)

Ochinfès (Habay, 2004)

Ortheuville

Orteûvèye

Grèvîs(vairons) (Haust, 1941 ; Dico, 2005, 39 ; AO2 ; Francard, 1994)

Grèvèsses (écrevisses) (Francard, 1994)

 

Ortho

Ortô

Rawètes (surcroîts) (Marquet, 1966)

 

Ottignies

Oknî

Pètaus (Haust, 1941)

 

Ottré

Otré

Arèdjîs (enragés)

Ce sobriquet provient d'un jeu de mots sur le nom du cours d eau qui traverse la loca­lité: l' Arèdje. (Bourguignon, 1928)

 

Ây, ça 
Arèdjes

a) « ây, ça », littéralement : « .. oui, car  », deux mots qui émaillent nombre de leurs réparties et qui sont pratiquement devenus synonymes de « don », « hin », .. (n'est-ce pas) ».

b) « arèdje d' Otré » (rage d'Ottré) : Il s'agit du nom donné à une ronde, plus con­nue en Wallonie sous le titre Marèye Doudouye, celle-ci n'étant qu'une des deux ver­sions wallonnes du fameux branle français « La Boulangère » . (Lejeune, 1974)

Mot utilisé pour désigner un habitant du village voisin : « cawê » : lès _s d’ Bihin, lès _ s d’ Otré : anciennement terme de mépris, actuellement personne, type. (Habay, s.r.)

 

Ouffet

Oufèt

 

Martchands d’ cleûyes 

Rivalité entre Hamoir et Ouffet :

à Ouffet, concernant les gens de Hamoir : « pôves èt grandiveûs, lès djins d’ Hamwér, lès martchands d’ cleûyes » (les marchands de claies) (AO 26/12/2002)

 

Ougrée

Ougrêye

Clås d’ wahês

Ramonîs

Hozês

 

Oupeye

Oûpêye

Preûs ( ?) Stoumaks

Vîs Voyonts

 

Our (Opont)

Oûr

Oûrsons (Haust, 1941)

 

Ourt (Sainte-Marie)

Oûrt’

Oûrs’ (Mouzon, notes)

 

 

Outrewarche (Waimes)

Otrèwatche

“Èn-Otrèwâtche,

qu'ont l' cou â lâdje. » (Pinon, 1994)

 

Outrewarchenne (Waimes)

Outwèrtchène

“A Outwèrtchène, i fîe dol tchène.” (Pinon, 1994)

 

Ovifat

Ovifâ

Gros Baras ((Delairesse-Elsdorf, 2004) ;  Greus _ (Pinon, 1994))

 

De Xhoffraix:

« A Hiofrê, lès longs mustês (tibias)

A Longfaye, lès lonkès payes (à Xhoffraix: lès hab. de Longfaye: lès-Amèrikins, c’èst qu’i fât passer l’êwe (un reuisselet souvent torrentueux) po v’ni è leû payis (passer l’êwe, en w.: traverser la mer).

A Zoûrbroût’, lu diâle î hioûte (écoute)

A Bôsfagne, lu diâle î magne.

èn-Ovifâ, lès gros baras.

O l’ Rubîvèye, lès d’hyitées fèyes.

O Mont, lès longs grognons. »

(Bastin, 1939, 52-53)

 

Ozo

 

Ozo

Rimailles parlées groupant Ferrière, Izier, Villers-Sainte-Gertrude, Heyd et Bomal intéressant les anciennes communes de

« Fèrîre èt Fèro / Izièr èt Ozo / Toûr èy Loh'ré /  In.ne dizos Hé / Poutche so l' tièr / Vo-te-là à Viyé !”

(Ferrière et Ferot, Izier et Ozo, Tour et Loheray, Aisne­ sous-Heyd, saute sur le «thier» ; te voilà à VilIers (Sainte-Ger­trude)).

 

« Fèrire èt Fèro / Izièr èt Ozo / Lès qwate pus mâvas viyèdjes / Qu' i-n-âye inte l'Ardène èt l'Condro ! »

(Ferrière et Ferot, Izier et Ozo : les quatre plus mauvais villages qu'il y ait entre l'Ardenne et le Condroz!) (Blason, 1970, 203-204)

 

Paifve

Pêve

 

Pêfîs (Haust, 1941)

Paliseul

Palijû

Gurnouyes (Gueur- (Defosse))
Douvènes
(Dico, 2005, 32 ; Haust, 1941 ; Elèves de 4t - Bertrix 1999)

 

Papignies

Papegnî

Avocats (Delairesse-Elsdorf, 2004) 

 

Patignies

Patinîye

Canés (Defosse ; Doppagne, 1953)

 

Pâturages

au Pasturâdje

Leûps (Haust, 1941) 

 

Pépinster

Pèpéstêr

Pépins

 

Péruwelz

Pièrwé

Péruvyins

 

Perwez

Pèrwé

Clotchidjans

 

« Lès cis d’ Hayot, c’èst dès sots èt à Perwé, c’ èst co pés ! » (Henry, 1999; AO, 01/04/1999)

 

« Quéle afaîre à Bèl-Aîr,

A Pèrwé, c’ èst co pés,

A Hayot, c’ èst tos sots,

A Mohu, on lès cût,

A Djamagne, on lès magne. »

(Henry, 1999 ; AO, 01/04/1999)

 

Petigny

P’tègnîye

Chitârs

Cousinârs (Haust, 1941)

 

Petites-Tailles (Bihain)

âs P’titès-Tèyes

Troufleûs (Dico, 2005, 42)

 

Petit-Fays

ou P’tit-Fayi

Djêrs

(d'après  la  façon  locale  de  dire  j'étais (latin  eram))

(cf.   Wallonia X,  p.  63) : dj’ êr)

 

« Fayoté dandinot / keu d' pourcê / keu d' awê . ».

(cul de  pourceau,  cul de  houe (?))

(Doppagne, 1953)

Fayotés (Doppagne, 1953 ; F1 ; Defosse)

Petit-Hallet

P’tit-Halèt

Bastringues

 

Petit-Roeulx-lez-Braine

au P’tit-Ru

Djandjans

 

Petit-Roeulx-lez-Nivelles

à P’tit-Rieû

Sints-Djans (O0)

 

Petit-Thier 

Lu P'tit-Tièr

Magneûs d’ bonbons ou d’ flons â riz èt âs kètches osseu (Dupont-Soubre, s.r.) 

Bonbons (Fourgon, 1999 ; Dico, 2005, 42) Parce que la fête s'appelait fièsse âs bonbons. (Haust, 1941)

Tchèrpètîs (Dico, 2005, 42)

On se moque surtout du parler sâmiot, « salmien », propre à Vielsalm, Petit-Thier, Bovigny, et dont une caractéristique essentielle est la finale -û (pour -eû).

Aussi a-t-on rassemblé le plus de mots ayant cette finale dans la rimaille suivan­te :

« I fêt frûd, èt rûd dès dûts, on magnerût bin du l' sope âs pûs, d’vins on cramû, à l' cwène do fû .»

(Il fait froid, et raide, des doigts, on mangerait bien de la soupe aux pois, dans un crameû , au coin du feu .).

                                                                                              

Cf l'expression: « I fêt freûd, dj' a lès deûts si reûds. »

(Il fait froid, j'ai les doigts 'si raides (endoloris).)          

On crameû est une terrine en terre cuite qui, anciennement, servait pour cra­mer l' lècê, (écrémer le lait). La fermière séparait la crème du  lait à l'aide d'une cuillère. (Lejeune, 1974)

 

Petitvoir

P'tit-Vwar

P'titvauriès ( ou -vauryins) (Contact, 1986 ; Bourguignon, 1928 ; Mouzon, notes)

 

Petit-Waret (prov. Namur)

P'tit-Warèt

Biwaks  (Haust, 1941)

(cf Des “Biwacks” sur leur lancée?,

 (vs Walhain) (VA 08/03/2008))

 

Philippeville

Flipevile

Chitârds (poltrons)(Haust, 1941; F1; O0)

Purmulèts (O0)

Tchiktchaks-Pèrnèlèts (F1)

 

Pin 

Pèng’

Pintés (Dico, 2005, 8)

 

Plainevaux  (prov. de Lux.)

Plin.nevau

Cabossîs (Dico, 2005, 32)

Plin.nevautîs 

Poix (et Val de Poix))

Pwè

Piètris(Haust, 1941 ; Dico, 2005, 35)

 

Polleur

Poleûr

Laweûrs (Haust, 1941)

Polinwès (Haust, 1941

Poncelle 

Pancé

Panses du vê (Dico, 2005, 40)

 

Pont-à-Celles

Pont-à-Cèle

Djans

 

Pontillas

Pontélias' 

Trouwands (Haust, 1941)

 

Pontisse

Pontisse

Leûps dè bwès (Haust, 1941 )

 

Pont-Ligneuville (Ligneuville)

Pont

Bons Flèyons (Pinon, 1994)

 

Porcheresse(en-Ardenne)

Pwâtcherèsse

Gadots (Haust, 1941 ; GD ;  Dico, 2005, 9)

 

Post

Pass

Honn (chiens)

Ce sobriquet est contenu dans le refrain suivant. que chantent à leur mode les enfants d'Attert :

„Pässe Honn

Am Wiesegronn,

Se stinn net op

Bis Mëttes op. »

(Chiens de Post du fond des prairies. ils ne se lèvent pas avant la soupe de midi).

Dans une grande partie de l'Ardenne, le chien est tenu pour un animal paresseux, n'ayant absolument rien à faire et passant tout son temps à dormir. (Bourguignon, 1928)

 

Pottes

Pote

Sorcières

 

Poucet

Poucèt

Gros-Bètchs (Haust, 1941)

 

Poupehan

Poupan

Daurnés  (épileptiques, fous, toqués (Bourguignon, 1928)) (Haust, 1941)

Les habitants de Poupehan sont censés agir à l'encontre du bon sens. Un des leurs, le fameux « Djan d' Poupan », est le héros légendaire d'une série d'aventures grotesques. Ce précurseur de Gribouille mériterait une étude détaillée, car il est au moins aussi intéressant que ses deux émules Jean de Mady et Pancarou, farceurs et bambocheurs impénitents de la fable. (Bourguignon, 1928)

Popinots (Haust, 1941; Dico, 2005, 7 ;Twisselmans, p.165) (Pou- (Defosse))

Poupenîs (Dico, 2005, 7)

 

Presseux

Prèsseû

Tchake-feûs (allume-feu) (Mouzon, notes)

 

Profondeville

Parfonde-Vîye

Pètés (F1)

Bûses (F1)

 

Purnode

Purnôde

Bauyauds

 

Pussemange

Pûssemadje

Ce gentilé est chansonné de telle façon par les enfants de Sugny qu'ils devient en quelque sorte synonyme de « mangeurs de puces ». (Bourguignon, 1928)

Pûssemadjots (Haust, 1941 ; Twisselmans) ; djens d’ Pûssemadje (Twisselmans)

Quaregnon

Quaregnon

Sots

Dédons(Haust, 1941)

 

« Cron come èl clokî d’ Quaregnon.”

 

Queue-du-Bois

à l’ Quawe-dè-Bwès

Cous d’ beûr

Côpeûs d’ orêye

Cowes-di-Tchèts

 

Quevaucamps

Qu'vaucamp

Pwapwanes (Haust, 1941)

 

Quévy-le-Grand

au Grand-Quévi 

Manoûs (Haust, 1941)

 

Rachamps

Ratchamp

Tch’vaus ((Dico, 2005, 4) ; Tchuvaus (Francard, 1994))

 

On doit signaler le peu élégant sixtain agronomique célèbre dans le pays :

« A Wîcoûrt, / La chite î coûrt. / A Ratchamp, / Is la rate nant. / A Hardigni, on la lêt couri /          Avâ lès pachis do vî Hardy. »

(A Wicourt, la fiente y court ; à Rachamps, ils la retiennent ; à Hardigny, on la laisse courir vers les prés du vieux Hardy.) (Bourguignon, 1928)

 

 

Rachecourt

Ratchecout

Chwognâs (sourcilleux, sournois) (Fouss, s.d. ; Bourguignon, 1928)

Pieuyeûs (pouilleux) (Bourguignon, 1928)

Ratchecoutîs (Fouss, s.d. ; Haust, 1941)

Racour

Råcoû

Rocotês

Racolèts

Chåchås (Haust, 1941)

 

Radelange

Réidel

 

Radeler (Dico, 2005, 26)

Ragnies

Râgnîye

Ragnicoles (Haust, 1941)

 

Rahier

Rahî

Platès Quawes (Haust, 1941)

 

Ramont (dép. de Tenneville)

(Basse èt Hôte) Râmont

Ramonîs (fabricants de balais)

On chantait :

« Ramonîs / Plins d' mounîs / Pèws so l' dos / Misére po d'zos. »

(Ramounis, pleins de meuniers, pous sur le dos, misère par dessous.)

 

(Marquet, 1966;  AO2 ; Dico, 2005, 39 ; Francard, 1994)

Râmonîs (Francard, 1994 ; Haust, 1941)

Rancimont 

Rancièmånt

Cus d’ corbiåns (corbeilles en paille) (Dico, 2005, 21) 

Cus d' possån (Haust, 1941)

 

Ransart

à ‘l Ronsaut

« A l' Ronsaut, lès djins coûrenut après l' trin avè ‘ne foutche èyèt volenut  avè dès plantches dè bèrwète pou chèrvu d' éles. » (Yernaux-Fiévet)

 

Recogne (Bastogne)

R’cogne

Corbâs (corbeaux) (Dico, 2005, 4 ; Francard, 1994)

 

Redu

R'dû

Tchîtchoûs (amas de secrétions lacrymales séchées (Delairesse-Elsdorf, 2004) ; morceaux de poires séchées au four) (Dico, 2005, 21 ; Dosimont, 2000)

 

Boucat : au Boucat : Boucatîs (Haust, 1941)

Regné

Règné

lès Cisses du là-hôt (Dico, 2005, 42)

 

Reisonsart (Olne)

 

Pègnons

 

Remagne

R'magne

Grèvîs (vairons) (Haust, 1941)

 

Remichampagne 

R’mîtchampagne

 

Champagnârds (Francard, 1994)

Remicourt

Rémicoût

« A _, on magne dès poûris-oûs. » (Haust, 1941)

 

Remience

R’myince

S’mincîs (semeurs)

Ce sobriquet est dû à une asso­nance favorable. (Bourguignon, 1928)

R’myincîs (Francard, 1994)

Remoifosse

R'mwafosse

Miyots (buses) (Dico, 2005, 4 ; Francard, 1994)

 

Remoiville 

R’mwavèye

Cus d’ botèye (Dico, 2005, 41 ; Francard, 1994)

 

Remonval

R’monvâ

Neûrs Digâs (purins)

 

Du pays de Waimes et du pays de la Fagne:

«  A Wéme, queu l’diâle lès péne (peigne)!

O l’ Roue, leu diâle n’i pout.

A Stinba, lès greûs baras (béliers)

A R’monvâ, lès neûrs digâs (purins)

è Tîrimont, lès mouhis strons (mouhi: moisi)

èn-Ondinvâ, lès tchéns vont d’hâs (déchaux)

A Fêmonvèye, lès d’hitées fèyes.

A Geûzêne, lès gueûyes deu rênes (grenouilles)

O l’ Tchampagne, lès cous d’aragne

è Libômont, lès bons flèyons (tartes). » (Bastin, 1939, 52)

 

« A R'môvâ , lès traus d' digâ. » (Pinon, 1994)

 

Remouchamps

R’moûtchamp (à)

Gadelîs

 

Renaumont 

R’naumont (à)

R’nauds (Guillaume, s.d.)

 

Rencheux 

Rinhieû

Rinchinchins (Fourgon, 1999) (-tchintchins (Dico, 2005, 42))

 

Renlies

Rinlî

Tchopins (O0)

 

Respelt

R’ssupê

Gueûyes du vê (Dico, 2005, 31)

Mo(y)inês

Queûes d' (Contact, 1986)

 

Resteigne

Rèstègne

Arègnes (ou: è- (Bourguignon, 1928) (araignées)

Panses d’ arègne (Dico, 2005, 39)

 

Rêves

Rêve

Rèveûs (Lépine, 1972, 5)

 

Rhisnes

Rin.ne

Rinocéros’ (Lépine, 1972, 5)

 

Richelle

Ritchéle

Ritchauds

 

Rienne

Riène

Canés

1 « Cané du Riène / mougneû d'oulènes. »

( mangeur  de   chenilles)

2 « Cané du Riène / mougneû  d'arègnes / in pô pu lon /

in bê gros stron  / tchaît l' gueûye dudins. »

 (à Willerzie)  

( mangeur  d'araignées,  un  peu   plus  loin   un  beau  gros   étron,  tombe la g. dedans.) (Doppagne, 1953)

Riènîs

Rixensart

Ricsinsaut

Paurins

 

Robechies ?

 

Payis dès fous

 

Robelmont

Robîmont

Tahons (taons) (Haust, 1941 ; Bourguignon, 1928)

 

Robertville

è l’  Rubîvèye

« O l' Rubîvèye, les cous d'awèye. » (Pinon, 1994)

« A l' Rèbîvèye, lès d'hyitées fèyes. » (Pinon, 1994 ; Bastin, 1939)

 

De Xhoffraix:

« A Hiofrê, lès longs mustês (tibias)

A Longfaye, lès lonkès payes (à Xhoffraix: lès hab. de Longfaye: lès-Amèrikins, c’èst qu’i fât passer l’êwe (un reuisselet souvent torrentueux) po v’ni è leû payis (passer l’êwe, en w.: traverser la mer).

A Zoûrbroût’, lu diâle î hioûte (écoute)

A Bôsfagne, lu diâle î magne.

èn-Ovîfa, lès gros baras.

O l’ Rubîvèye, lès d’hyitées fèyes.

O Mont, lès longs grognons. » (Pinon, 1994)

 

Rochefort

Rotchefwârt

Bês Cayès (beaux vêtements)

P'tits messieûs sins l' sou (petits messieurs sans le sou)

Les jeunes gens des villes, mieux vêtus et plus hâbleurs que ceux des villages.,sont assez fraîchement accueillis par ceux-ci lorsqu'ils prétendent assister aux fêtes locales. On leur décoche mille traits, dont les blasons ci-dessus ne donnent qu'une assez faible idée. Les plaisanteries sur la margarine, sur le hareng, sur les conserves, qui constitueraient la base de l'alimen­tation dans les villes, fusent de toutes parts. Cet anu­gonism~ latent ne dégénère plus en guerre ouverte comme autrefois. Il n'en subsiste pas moins dans toute sa force et trouve dans le blason populaire un moyen d'expresion qu'il se garde bien de négliger. (Bourguignon, 1928)

 

(Bourguignon, 1928 ; F1)

 

Rochehaut 

Rotchau

Panses deu gadelî (Haust, 1941)

 

Tièsses cârées (têtes carrées)

(Bourguignon, 1928)

 

Frahan : « Rotchaulis, panses deu gadelî »

Rochehaut : « Frauwinots, panses deu gadots » (Dico, 2005, 7)

Rotcholîs

(Dico, 2005, 7

Roclenge-sur-Geer

Roclindje

Cwêks

Pintchs (Haust, 1941)

 

Roly

Roli

Lapins (Lepine, 1972, 9)

 

Romerée

Romeréye

Mau Cûts (Lepine, 1972, 9)

 

Romiée = ?

au Roumié

Amiau dès Panchaus : Panchèrlaus (Haust, 1941)

 

Romsée

Romezêye

« Mèteûs d’ fièrs / Fièrs di Roumezêye / Meteûs d’ croks / Croks di R_ / Mèteûs di sclåt / Sclåts di R_ /

Èrgotîs. » (Delairesse-Elsdorf, 2004) 

 

Rondu

Rondu

Betzus (jeunes bovidés)

L'interprétation de ce sobriquet est malaisée. J'ai cru pouvoir traduire le mot « Betzu » de cette manière à cause de l'existence, en ardennais. du terme «biseuil » ou « biseux », qui signifie: grand veau mâle ou femelle, et dont procède certainement le vocable allemand « beÎtzi » qui a exactement le même sens. (Bourguignon, 1928)

 

Èskimaus

Ronds Cus (Guillaume, s.d.)

 

Ronquières

Ronkiére

Filosofes (Lépine, 1972, 5)

Pouyes d' (iau) (O51)

 

Ronzon

Ronzon

Ronds Strons (étrons ronds)

Calembour d'un goût douteux, mais dont l’esprit

populaire s'est contenté.

Les femmes de Ronzon, si l'on en croit un cri de

guerre de la population enfanrine, se nourriraient volontiers de légumes:

« On porê

Po les fèmes dè l’ Golète.

On-agnon

Po les fèmes di Ronzon. »

(Un poireau pour les femmes de la Golette, un oignon pour les femmes de Ronzon.) (Bourguignon, 1928)

 

Rosée

Rôséye

Gozaus ((F1) ; Goussaus (Lépine, 1972, 10)

Iauyaus ((O0) ; Ioyos (Lépine, 1972, 10 ; F1))

 

Rosières

(Vaux-sur-Sûre)

Rosière

Capéres (compères ; gens un peu sots, naïfs)

Ce blason est authentique. Il est d' ailleurs indiqué par l'assonance et ne requiert pas d'autre  explication.

Ce village double, constitué par la réunion des deux hameaux de Rosière-la-Grande et de Rosière-la-Petite. est tenu par les folkloristes pour un centre privilégié.

La prétendue sottise de ses habitants les aurait incités à

toutes sortes de démarches grotesques et leur aurait

valu de multiples avanies. Je ne sais si toutes ces

histoires se rapportent réellement au Rosière ardennais

et s'il ne faut pas les attribuer. pour partie. à Rosières

 

Tireûs d' lune (tireurs de lune) (Bourguignon, 1928 ; Francard, 1994)

Des natifs du lieu auraient, après une soirée passée au cabaret, tiré des coups de feu sur des reflets de la lune se jouant sur les vitres d'un local inhabité. Ils avaient. dit-on. confondu ces lueurs avec la lumière d'une lanterne portée par un problématique malfaiteur.

Il n'est pas de bévue que l'on ne prête gratuitement aux « Capéres du Rosière», qui sont les premiers à rire de l'esprit des autres. (Bourguignon, 1928)

 

Rosières (prov.  de Brabant)

 

Rosêre

Woalekajuten  (à Overijse)

Guy Vande Putte (président du Cercle d’Histoire d’Overijse) rappelle que Jodoigne (Geldenaken) fut une ville bilingue. Qu’Archennes a été un village flamand jusqu’en 1500, que Waterloo ne s’est romanisé que récemment. Des thèses qui dérangent.

(Meeuwissen, 1992)

 

Rossart

Rôssaut

Poulins (Haust, 1941 ; Dico, 2005, 6 ; allusion à l'ancienne

et célèbre équipe de football dont les joueurs

"caracolaient" (Defosse))

 

Rosseignies

Rojenî

Musèles (Delairesse-Elsdorf, 2004) 

 

Rossignol

Locheno

Lochnots (rossignols)

Simple calembour inspiré par le nom de la localiré. (Bourguignon, 1928)

(Bourguignon, 1928 ; Dico, 2005, 40 ; Fouss, s.d.)

 

Roumont (Flamierge)

Roûmont

 

Roûmonîs (Haust, 1941 ; Francard, 1994)

Rouveroy

Louvwa

Loupiaus (O5)

 

Rouvroy

Rouvrwa

Oyelîs

 

Roux

Au Roû

Roustons

 

Roy

 Rwè

 

Rwayaumes (Lejeune, 1983 ; Haust, 1941)

Liyons (Lejeune, 1983 ; Haust, 1941)

Roitelets (Lejeune, 1983)

Bèrwètîs  (Y.G., 04/03/2000 ; Dico, 2005, 25)

Frambodjîs (myrtilles (Delairesse-Elsdorf, 2004); cueilleurs de myrtilles (en wallon : frambodjes) (Bourguignon, 1928)

 

«  Rwètî, rwètal / Lès diâles / li quawe / Lès pouces dizeû / Lès pèw dizos. »

(Rwètî (habitant de Roy), rwètal (intraduisible), les diables, la queue, les puces au-dessus, les poux en-dessous.) (Blason, 1970)

Rwètîs

(Blason, 1970 ; Dico, 2005, 25)

Ruette 

Ruwète

Rwétîs (curieux) (Dico, 2005, 43)

 

Rulles

Rûle

 

Rûlots (Haust, 1941) 

Rumes

Rème

Cache-à-pous (Lépine, 1972, 5)

 

00:05 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.