11/12/2011

N

Naast

Naus’

 

Naussoûs (Haust, 1941)

Nadrin

Nâdrin

Marlokes (maillets)

 

(Haust, 1941; Copin’Oufa,  21/04/01; AO2)

Nâdronîs

Nafraiture

Nafraîteûre

Bourdjwas (bourgeois) (Doppagne, 1953)

Canés

Magadés (Doppagne, 1953)

« Une gardienne de chèvre de nafraiture, partie à la recherche d’une de ses bêtes à barbichette, s’adresse en son patois (sic) à une habitante de membre : « Vous n’ auriz nin vu ma gade, hé ? ». Depuis ce temps, les gens de Membre puis d’autres lieux surnomment ceux de nafraiture les « Magadés ». (Magadés, 2003)

 

« Canés d’ Nafrétère / Qui bètche à l’ tère. » 

(… qui  becque (mange) de la terre)

        

« Cané d'Nafrétère / Qui bètche à l’ mèrde. » (Doppagne, 1953)

 

Nalinnes

Naulène

Marloyas  (O0)(Mâr- (Haust, 1941))

 

Namèche

Namètche

Carioteûs (F1)

 

Namoussart

Nâmoussê / Nam'sê

Leûps (Contact, 1986 ; Dico, 2005, 31

Rawiês (grignoteurs) (Bourguignon, 1928)

 

Namur

Nameur

Chwès
Chitauds

habitants de Saint-Loup: les Leûps

habitants de Saint-Jean : lès-Agnas

habitants de Notre-Dame (li Sarasse) lès Sarazins

quartier Saint-Nicolas: lès-Ârsouyes (F1)

 

Mougneûs d’ gravasses / d’ lumeçons (F1)

Djodjos (F1)

 

« Vîve Nameur po tot,

Po l' toubak

Èt po l' satchot. » (Yernaux-Fiévet)

 

Dit par les Jambois :

« I faît tchôd è Djambe, c’ èst Nameur qui brûle. »

(Haust, 1941; Yernaux-Fiévet)

Namurwès

Naninne

Nanène

Saumons (F1)

 

Naomé

Nayaumé

Cadèts (Haust, 1941 ; F1)

 

Narcimont

Narcimånt

Rats du couvent (Paul Jean, Lès c’rîjes du Lèglîje, AL)

 

Nassogne

Nassogne

Quawèts  ?(vase de cuisine pourvu d’une queue, poêlon) ( < industrie boisselière à Nassogne) (Petit, 1987)

 

(Haust, 1941 ; Petit, 1987 ; Bourguignon, 1928 ; Dico, 2005, 30)

Nassognârds (AO1 ; Haust, 1941 ) ; -gnès (AO1 ;

Natoye

Natôye

Payisans (F1)
Payis des trôyes (Pol Englebert)

 

Néchin

Néchin

Bales d' étoupe(Haust, 1941)

 

Neerheylissem

Élèssëne

Sots

(parce que « j'ai été » s'y dit « djè so sti » : blason et explication notés à Pellaines) (Haust, 1941)

 

Neffe (Bastogne)

Nèfe

Fènèsses (grandes herbes sèches) (Dico, 2005, 4 ; Francard, 1994)

 

Neffe (Dinant)

Néfe

Tchins (F1)

 

Nessonvaux

Nèssonvå

 

Sôvåtwès (Haust, 1941)

Neufchâteau

Lu Tchèstê

Gueûyes du vê (mufles de veau) (Bourguignon, 1928)

 

Ce sobriquet figure en bonne place dans le refrain que les enfants de Longlier adressent à leurs camarades du « Tchèstê » :

« Tchèstrolès,

Gueûye du vê,

Pwals d' avonne,

Baye  ta lîgue

èt dj’ tchîraî d'ssus. »

(Chestrolais, gueule de veau, poil d'avoine, donne  ta langue, je la couvrirai... à ma façon).

(Dico, 2005, 31; Bourguignon, 1928: …/ Tire ta lîgue/)

 

« V’là co lès Tchèstrolès avu leûs culotes à brides » (pantalon retenu par des brides passant sous les souliers) « èt leûs bârbes du bouk. »

(moquerie des villageois)

« Tchèstrolès, cu d’ pourcês.

Tchèstrolès, gueûye du vê. »  (S22)

 

NB : Noû-Tchèstê (terme officiel, mais rare.  On dit ordinairement «Aubin », point central où se trouve l'église) (Haust, 1941)

 

« Tchèstrolés, / cu d’ pourcé, / gueûye du vé, /

crawelûe agace, / pwal d’ avon.ne mau batûe, /

pûri neuvét, / baye-mu ta lîgue, dju tchîré d’ssus ! »  

(…, brin d’avoine mal battue, navet pourri, donne-moi ta langue, …)

(ou une autre finale : mindje ta mèrde,

t’ arès la gueûye toute vèrte !) (à Tronquoy)

(La rimaille est souvent moins longue: les vers 4 et 6 s'entendent. assez rarement.)

Ou : « Tchèstrolé, / cu d’ pourcé, / panse du vé, /

trawe lès boyés ! » ( à Marbay)

Les Chestrolais avaient moins de verve :

« Pa(y)izan, va ! »

ou :  « Pa(y)isan, paye à cu ! » (paysan, paille à cul !) (…)

A Molinfaing, pour couper court à toute discussion, on dit, avec un clin d'œil, en allongeant très fort les voyelles nasales :

« Si ç' n'èst nin vré, d't-i l' Tchèstrolé, dj' prind la lune atèr mès dints. »

(Si ce n'est pas vrai, dit le Chestrolais, je prends la lune entre mes dents.) (VW, 1967, 180)

 

(S22 ; Bourguignon, 1928 ; Haust, 1941; Dico, 2005, 31; Contact, 1986; Dico, 2005, 31; Mouzon, notes ; VW, 1967, 180)

Tchestrolès(e)

(Bourguignon, 1928); -ês (Mouzon, notes)

 

Têmyins (hab. du quartier du Terme) (S22)

Neufchâteau (Li)

Noû-Tchèstê

Ramonîs (Haust, 1941)

 

Neufvilles

Neuvile

 

Gages : à ‘l Gâtche : Gadjoûs (Haust, 1941)

Neuville (Vielsalm)

à l' Noûvèye

Pîpîres (Fourgon, 1999 ; Dupont-Soubre, s.r.)

Neuville, Cahay, Burtonville : Pûres (Dico, 2005, 42)

 

 

Neuville-le-Chaudron

Neuvile

Tchaudronîs (Lépine, 1972, 8)

 

Neuvillers

Nûviè

Tchèts (chats)

 

A en croire les gens de 'l'ronquoy, Neuvillers - dont le blason populaire est: lès 'tchèts' - a la réputation d'être le pays des sorciers et comme le chat est un animal qui intervient souvent dans les histoires de sorcellerie, on fait des rapproche­ments. C'est à la vieille femme de Neuvillers qui 'ch... des rallonges' que l'on s'adresse lorsqu'on a un vêtement trop court, lorsqu'on manque de graine pour achevcr l'ensemencement d'un terrain, etc. (VW, 1967, 184)

 

Bat-l’au (à Grandvoir) (Mouzon, notes)

 

Nimbermont

Nimbièrmont

Mougneûs d’ djambon (mangeurs de jambon) (Guillaume, s.d.)

 

Nismes

Nime

Crayas (O0 ; Lépine, 1972, 10)

 

Tèrniatîs (habitants du « Tèrnia » (dimin. de ‘tiène’ : colline, côte, montée)) (O0)

 

Nivelet

Nivelèt

Mau-lavès (malpropres) (Paul Jean, Lès c’rîjes du Lèglîje, AL )

P’tits Filèts (Mouzon, notes ; Dico, 2005, 21)

 

Nivelles

Nivèle

Aclots, Aclotes

Ce nom viendrait de ce que la ville étant sur le point d'être assiégée, les Nivellois se rendirent compte que les portes des fortifications avaient besoin d'être réparées et se répandirent dans la ville en criant : « A clos! A clos! » (Yernaux-Fiévet)

 

« Lès-Aclots, quand is 'l disont, is 'l fèsont! » 

(Les Nivellois quand ils le disent, ils le font !)

(Coppens, 1959, 31)

 

(Yernaux-Fiévet Coppens, 1959 ; Haust, 1941)

Nivèlwès (Coppens, 1959)

Nives

(Vaux-sur-Sûre)

Nîve

Chouvions (goujons) (Haust, 1941; Francard, 1994)

Cette localité est traversée par plusieurs cours d'eau

très poissonneux. (Bourguignon, 1928)

 

Nivezée

Nivezé

Campinêres (Haust, 1941)

 

Nobressart

Gehaanselchert

Louklëppelen (gourdins dépourvus d'écorce)

Les baies à écorces sont nombreuses sur le territoire de cette commune, mais ne sont plus guère exploitées.

Loupessen (grands, forts, mal taillés)

Le terme éveille une idée analogue au précédent. mais contient cependant une note infiniment plus flatteuse. L'origine du mot doit être recherchée dans le jargon des ouvriers métallurgistes d'autrefois. On entendait par « Loupe » le bloc de fonte produit par chaque coulée des hauts­ fourneaux. Sa forme était très variable et son poids ordinaire d'environ 900 kilos. (Bourguignon, 1928)

 

Noduwez

Nodwé

Wèwès

à Golau : Golautîs

dins lès Rouwales : Rouwalîs (Haust, 1941)

Noirefontaine

Nwâre-Fontin.ne

 

djens d' Nwarefontin.ne (Twisselmans, p.165)

Noiseux

Nwèseû

Cwèrbâs (corbeaux) (F1 ; Haust, 1941)

 

Nolinfaing

Nolîfè

Tripes du tchèt (Contact, 1986 ; Dico, 2005, 31)

 

Nollevaux 

Nolèvau

Parints (Defosse ; -ents(Dico, 2005, 32)) 

Nolevautîs

Nonceveux (Aywaille)

Noncèveû

Dobes Démons (doubles démons) (Bientôt une République Libre à Nonceveux-Aywaille, AO, 11/01/01)

 

Nothomb

Noutem

Ietzerter (criailleurs)

On y associe habituellement le nom de la localité pour

Obtenir l'expression « Noutëmmer Ietzerter  ».

(Bourguignon, 1928)

 

Noville

Novèye

Câsseûs d’ botèye

Mougneûs d’ cabolêye (mangeurs de bouillie pour bétail)

(Dico, 2005, 4 ; Francard, 1994)

 

Noville-les-Bois

Novîye-lès-Bwès

Grète-cus (F1)

Francs-omes 

 

Ny

Crâchîs (cochons à l’ engraissement) (AO2; Dico, 2005, 18)

Macrales  (sorcières) (Bourguignon, 1928)

 

00:06 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.