11/12/2011

M

Mabompré

Mâbompré

Tchèts (AO1)

Hérons (Dico, 2005, 19)

 

Macon

Macon

Sorcières

 

Maffle

Mafe

 

Maflou s(Haust, 1941)

Mageret

Madjerèt

Chafions (bousiers) (Dico, 2005, 4 ; Francard, 1994 ; G4, p.122)

 

Magerotte

Madjerote

Madokîs (Dico, 2005, 37)

 

Magnée

Mangnêye

Leûps (Haust, 1941) 

 

Mahoux

Maou

Fous (Haust, 1941) 

 

Maissin

Mêssin

Zoumes

Mêssenîs

Maizeret

Maujerèt

Choupias (F1)

 

Malmedy

Mâmedi

« Mâmediyin , / Pèlé tchin / Droûve tu gueûye / Dju tchîré d'vins. »

C'est la moquerie des ruraux à l'adresse des

Malmédiens méprisants.

(à Robertville : ... Drove tè ... , à Waimes : ... Drouve teu ... / Djeu tchîri … ;  Djè tchîré ...)

 

« A Mâmedî, is magnèt l' hyite à kèyîres ,

Lè stron à qwâtrons

Èt l' piherote à cohotes. »

(dit à Waimes) (Pinon, 1994)

 

« Cou d’sètch, bèsace. » (Stavelot):

« I fât deûs cous d’sètch, po fé one bèsace », dit-on à Stavelot.

Aussi: « mon-âme » (Malmédiens) (de la part des hab. de Stavelot): « Dju m’va amon lès-_ »: je vais à My.

Traduction de l’allemand: Meiner Seele, sur ma foi! (Bastin, 1939)

 

« Èt à Mâmedî , magnèt l' hite à cayîs. » (Pinon, 1994)

Mâmediyins (Pinon, 1994) ; Mamediyins (Haust, 1941);

Mâmediyins (ènes) (E21);

Mâm’diyins (è l’ place di: Man.medî / Man.mediyin (à Stavelot) (Bastin, 1939)

Malvaux (Grivegnée)

Målvå

Sèrpètes

Trintchèts

 

Malvoisin

Mauvejin

Canés

 

« Mauv'jin,

mwaîs vèjin. » (mauvais voisin)

 

« Mauv'jin, l' payis  dès bèguènes. «  (à Willerzie)

(Malvoisin,  le  pays  des  béguines) (Doppagne, 1953)

 

Manage

Manâdje

lès céns dou Fin-d’bout (O0)

 

« C'è-st-in p'tit frére di Manâdje ! » (Yernaux-Fiévet)

Manadjoûs

Mande-Saint-Etienne

Mande

Mendiants

Jeu de mots facile évidemment moderne, qui a l'avantage de pouvoir s'appliquer aussi, aux habitants de Mande-Sainte-Marie, dép. de Sibret. (Bourguignon, 1928)

Mandurons, -ones (Francard, 1994)

Marbaix-la-Tour

Mârbwés

Marloyas (O0)

 

Marbay 

Marbê

R’nauds (Dico, 2005, 31)

 

Marbehan

Marbuhang’

Fromages puants(Bourguignon, 1928; Dico, 2005, 16)

Ce blason n'est certainement pas ancien. Il est appliqué aux enfants de la localité par ceux de Harinsart et d'Orsinfaing. (Bourguignon, 1928)

 

Marche-en-Famenne

Mautche

 

Mau Tchîs  (mal venus)

avec un sens scatologique qu'il est inutile de rendre dans toute sa précision. (Bourguignon, 1928))

 

Blason dialogué pour Marche-en-Famenne :

« - T'’ ès là, Mautchî ?

- Mî tchî qu' ti !

- Si dj' éve one figure come t' as on cou,

Dj' n' îréve mây pus tchîr quand i fêt clér !”

(Tu es là Marchois ? (en dialecte, il y a homonymie entre « Marchois » et « mal chié»)

Mieux chié que toi ! Si j'avais un visage semblable à ton c..., je n'irais jamais plus ch... quand il fait clair ! (Erreur manifeste du témoin qui devait dire : si j'avais un c... semblable à ta figure...) (Blason, 1970, 203)

 

(Haust, 1941 Blason, 1970; Bourguignon, 1928)

Mautchwès

Marche-lez-Ecaussinnes

Mârtche

 

Martchous (Haust, 1941)

Marchipont

Marchipont

Trompeûs

Fraudeûs

 

Marcinelle

Mârcinèle

Boûs (bœufs) (O0)

 

Marcouray

Macré

Macrales (sorcières) (Marquet, 1966)

Macrês  (sorciers) (Marquet, 1966 ; Bourguignon, 1928)

 

« A Marcoûrt, li djâle î coûrt.

A Macrê, li djâle î brêt.

A Djupèye, il î marèye sès fèyes.

A Warizi, il î marèye sès fis.

A Bwès-do-Ri, i toume li cou â ri. » 

(à Warizy) (Dico, 2005, 33)

 

Mariembourg

Mariyemboûrg

Baudèts
Bourikes
Côpeûs d’ queuwe dè baudèts (Lepine, 1972, 9 ; F1)

 

Marloie 

Maurlôye

Baloûjes, Balouwes (hannetons) (Bourguignon, 1928 ; Dico, 2005, 25)

 

Marneffe

Marnèfe

Crâs Hènîs

 

Martelange

Martel

Leekepperchen (petites têtes d'ardoise, ardoisiers)

L'exploitation des ardoisières a occupé pendant longtemps une grande partie de la population.

Ardoisiers.

(Bourguignon, 1928 ; Dico, 2005, 26)

Marteler

Martilly 

Marcli

Marticots (Dico, 2005, 17 ; Mouzon, notes)

 

 

Martué

Martuwé

Marticots (Defosse ; Bourguignon, 1928 ; Dico, 2005, 14)

Ce terme est énigmatique (sic). Dans toute la Gaume riveraine du Ton, le mot « marcô » est syno­nyme de chat. En a-t-il été de même, anciennement, dans le bassin de la Semois moyenne ? (Bourguignon, 1928 )

 

Marvie

Marvî

Vês (veaux) (Francard, 1994; Dico, 2005, 4; Haust, 1941)

 

Masbourg

Masbor

Rondrotches (prononcez: Rondes rotches). La signi­fication de ce blason est inconnue. On peut croire que le mot signifie « roches rondes» ou «ronds rouges », mais cette équivalence ne nous donne aucune solution. (Bourguignon, 1928)

 

Rodrotches (Dico, 2005, 30)

Masborès (AO1)

Massul

Maussu

Mau Sukès (mal frappés (VW, 1967 ; mal assommés,  gens de faible intel­ligence (Bourguignon, 1928) ;  ceux qui ont la tête dure (Dico, 2005, 31)

 

Matagne-la-Grande

Matagne-lè-Grande

Bieus (bœufs)(F1 ; O0)

 

Maubray

Mombré

 

Mombèrlous (Haust, 1941)

Mazée

Mauzéye

Makeraus (Lépine,1972,10 ; F1)

 

Meeffe

Mêfe

Wêwês (Haust, 1941)

 

Mehaigne

Magne

Djotîs (F1)
Mougneûs d’ djote (F1)

 

Meix-devant-Virton

au Méych

Ramoûnîs (fabricants de balais)

Se reporter à Gérouville. (Bourguignon, 1928)

Faunèts (frelons (Bourguignon, 1928))

Housètes (grandes poches, guêtres, chaussons)

Ce blason fait allusion à l'accoutrement d'une partie de la population, qui passe, en outre, pour pratiquer l'usage du bas de laine et y serrer son argent.

(Bourguignon, 1928)

 

Mèksikins (Lépine, 1972, 5)

Calembour d'invention récente. (Bourguignon, 1928)

Méchtots (Haust, 1941)

Meix-le-Tige 

au Méych

Brayâs (criailleurs) (Fouss, s.d. ; VDE, 15/03/2005)

Chayâs (marcheurs disgracieux) (Bourguignon, 1928)

Dans la langue du terroir. un «châyâ» est un homme qui marche en balançant les épaules et les bras, en tournant les pieds vers le dehors, en pliant lu genoux et en faisant le gros dos.

 

Pichalîs (pisseurs de lait ou pissenlits)

(Bourguignon, 1928)

 

Warabaus (vers s’attachant aux animaux)

Les enfants de Châtillon ont coutume de proférer, à l'adresse de leurs voisins de Meix-le-Tige, l'apostrophe suivante:

« Méychtî, Pichalî

Qui n' ant pont d' kilî

Pou mièdjî lieû briot. »

(Habitants de Meix, qui pissent au lit, qui n'ont pas de cuiller pour manger leur pape d'avoine).

Ils ajoutent parfois ce pittoresque refrain

« Chayâs, brayâs,

Qui n' ant pont d' miaye

Pou mounéy lès gades à la fouraye. »

(Marcheurs disgracieux, braillards, qui n'ont pas de nourriture pour mener les chèvres à la pâture).

On remarquera la malice diabolique des jeunes citoyens de Châtillon qui trouvent moyen de railler, en même temps. les attitudes, les occupations, la condition médiocre et certaines particularités du parler de leurs jeunes « amis » de Meix-le-Tige. (Bourguignon, 1928)

 

Melles

è l' Mèle

Nånås ou Gnågnås (Haust, 1941)

 

Mellet

à M’lèt

Carotîs (O0)

Pète-èvôyes (Lépine, 1972, 5)

« Mèlèt, c'est l' payîs dès carotes. » (Yernaux-Fiévet)

 

Mellier

Mâliè

Grèviès (vairons) (à Léglise (Mouzon, notes) ; (Haust, 1941)) ; Grèvîs, Greuviès)

 

(Paul Jean, Lès c’rîjes du Lèglîje, AL ; Dico, 2005, 21 ; Mouzon, notes ; Haust, 1941)

 

Membre-sur-Semois

Membe

Macabés (à Nafraiture)

Ceux  de  Membre  appellent les  naturels de Nafraiture  « Ma Gadé (expliqué par « ma gade hé ! », cri d'un paysan qui cherchait sa chèvre) ; les gens  de   Nafraiture ont riposté en partant du  gentilé « Mabé » dont ils ont fait macabé. (Doppagne, 1953)

Membrés (F1) ; Mambrés, Mabés (   Doppagne, 1953)

Menufontaine

à

M’nufontin.

ne

Djambons di rin.ne (pattes ou cuisses de grenouille)

(Bourguignon, 1928)

M(è)nufontin.nîs (Francard, 1994)

Merbes-le-Château

Mèrpe-Chatau

Couyous

 

Merdorp

Mièrdo

Brèyås (Haust, 1941 )

 

Merlemont

Mièlemont

Cus d’ tchôdron (Lepine, 1972, 9)

 

Merny

Mèrnî

Maltons (bourdons) (Les habitants y avaient la réputation de parler en marmonnant et en maugréant : allusion au bourdonnement (Defosse) ; Delairesse-Elsdorf, 2004) 

Waspes (guêpes) (Haust, 1941)

 

 

Méry

è Måri

Gades

 

Meslin-l’Evêque

à M’lin

Louchetiers

 

Mesnil-Saint-Blaise

 au Mwin.ni(-sint-Blaîse)

Couchèts (cochons) ((Bourguignon, 1928) ; Cu- (F1))

Copiches(Haust, 1941)

 

(Bourguignon, 1928 ; F1 ; Haust, 1941)

 

Messancy

Miezeg

Lemden (butors)

Ce peu avantageux sobriquet, motivé par la baute taille et la grande force physique de la plupart des habitants de Messancy, leur est appliqué par leurs voisins de Wolkrange et de Buvange.

 

La population de ce village a la répuration d'être très orgueilleuse. On raille volontiers, à Arlon et Atbus, la manière dont elle prononce le mot de Messancy lorsqu' elle s'exprime en français (Messoncy).

La  localité est parfois dénommée. un peu par ironie, « le village des châteaux », «le chef-lieu du canton des neuf communes ». On entend marquer ainsi que les natifs du lieu font état de toutes les particularttés pour renforcer leur prestige de demi-citadins.

Mésants siens (méchants chiens)

Blason bumoris­tique très usité à Arlon, mais ne reposant que sur un facile calembour. (Bourguignon, 1928)

 

 

Messines (Mons)

 

Sots

 

Mesvin

Mèvin

Côraches (Haust, 1941)

 

Mettet

M’tèt

Djobins (Haust, 1941)

 

« Lès coméres di M’tèt sont pus bèles d’ au long qui d’ près. »  (Haust, 1941)

 

Meuville

Meûvèye

Lurtês (Haust, 1941)

 

Meux

Meû

Godomes (Haust, 1941 ; F1; Lépine, 1972, 5)

 

Michamps

Mîtchamp

Bês-Èfants (Francard, 1994)

 

Mignault

Miaut

 

Miautoûs (Haust, 1941 ; S28)

Milmort

Meurmwète

Gros talons (Haust, 1941)

Hôts talons

 

« I toûne à tot vint come li cokerê d’ Meurrmwète. »

 

Mirwart

Mirwaut

Tièsses di tch’vau (têtes de che­vaux) (Haust, 1941 ; Bourguignon, 1928)

 

Mochamps

Mautchamp

Boûs (Francard, 1994 ; Haust, 1941)

 

Mogimont

Modjimont

 

Modjimontîs (Twisselmans, p.165)

Mohu ?

Mohu

“Quéle afaîre à Bèl-Aîr,

A Pèrwé, c’ èst co pés,

A Hayot, c’ èst tos sots,

A Mohu, on lès cût,

A Djamagne, on lès magne. » (Henry, 1999 ; AO, 01/04/1999)

 

Moinet

Mwin.nèt

Lumeçons (limaces) (Francard, 1994 ;  Marquet, 1966 ; AO2 ; Dico, 2005, 4) 

 

Welsch Bocken (boucs wallons)

Le nom de cette localité se traduit par Welsch-Bochholtz. Nos voisins du Grand-Duché, comme tous les Ardennais, n'ont pas manqué l'occasion de faire un facile jeu de mots. (Bourguignon, 1928)

 

Cous d’ pouyes (Bourguignon, 1928 ; AO2)

 

Moircy

Mwârci

Tchacossês (chabots) (Bourguignon, 1928 ; Mouzon, 1981)

Pouchelèts (Haust, 1941 )

 

Molinfaing

Molîfè

Crèvès tchèts (chats crevés) (Bourguignon, 1928)

 

Momalle

Moumåle

Tchèts

 

« Moumåle, Moumelète, Pissoûle èt Hodèdje, c'èst qwate voleûrs al cwène d'on sètch. » (Haust, 1941)

 

Monaville

Mon.navèye

Pècheûs à l’ botèye (Francard, 1994)

 

Monceau-en-Ardenne

ou Moncé

Rousse, Roussias (roux) (à Bièvre)

Mouskètîs  (à Oizy, Baillamont)

Blason toponymique : ou Tas

 

1 « Moncètê / malète deu vê / keu d' pourcê. »

(à Petit-Fays)

 

2 « Rousse, rousse du Moncê. » (à Petit-Fays) 

 

3 « Canés du Moncê / Canés du pourcê. » (à Bièvre) (Doppagne, 1953)                   

Moncètês

 

Hameau : Amia : Amiatîs

Mons

Mont

Montwas Cayau  

Montwès (Coppens, 1959)

Mons (arr. Liège)

Mons’

Monsâ

 

“C' è-st-on mo sâ, i n’a qu’ po s' panse.”

De même, on dit à Hognoul :

« Tot po s' ponse, come lès djins d' Mons’.”  (Haust, 1941)

 

Mont (Bastogne)

Mont

Cous d’ plomb (culs de plomb) (Dico, 2005, 4 ; Haust, 1941 ; Francard, 1994)

 

Mont (Grand-Halleux)

o Mont

Côris (Haust, 1941)

 

Mont (Malmedy)

Lu Mont

Longs Grognons (Pinon, 1994 ; Bastin, 1939)

 

De Xhoffraix:

« A Hiofrê, lès longs mustês (tibias)

A Longfaye, lès lonkès payes

A Zoûrbroût’, lu diâle î hioûte (écoute)

A Bôsfagne, lu diâle î magne.

èn-Ovîfa, lès gros baras.

O l’ Rubîvèye, lès d’hyitées fèyes.

O Mont, lès longs grognons. » (Bastin, 1939,52-53)

 

Mont (Theux)

Mont

Boûs

 

Mont (Houffalize)

Mont

Vês (veaux) (Dico, 2005, 19 ; Copin’Oufa – 21/04/01 ; AO2; Marquet, 1966 ; Francard, 1994)

 

Cherain, Mont-le-Ban, Mont-lez-Houffalize

Toute cette région (le canton d'Houffallze) forme « lu payis dès coupêres » (le pays des compères). Le mot n'est plus compris par les villageois. Aucun élément ne permet d'affirmer que « cou­pêre » (compère) soit devenu synonyme de balourd, béotien, comme c'est le cas dans d'autres régions de Wallonie. Cependant, Haust cite également ces locali­tés [tandis que Hens cite celles du canton de Bastogne ]. (Lejeune, 1974)

 

Mont-de-la-Trinité (Tournai)

 

Longs Cus

 

Montegnée

Montegnêye

Ågnes (Haust, 1941)

 

Montignies-sur-Sambre

 

Montegnè

 

 

 

Montagnârds (Y1)

Montignies : Village : Casseûs d' assiètes (Yernaux-Fiévet)

 

Nouviletîs (habitants de la Neuville) (Y1)

lès céns du Trî,

lès céns d’ Sint-Djan,

lès céns du Warmonçau,  (habitants de ces quartiers) (Y1)

 

Roctiatîs (habitants du Roctia (O0) ; du Roctiau (Y1))

« Lès djins du Roctia ont yeu in côp d'éle (allusion au moulin). » (Yernaux-Fiévet)

 

Leups (Haust, 1941)

 

 

 

 

Montigny-le-Tilleul

Montegnî

Maricaus (Haust, 1941) 

Plagnîs (habitants du quartier de la Plagne) (O0)

 

Mont-le-Ban

 

Mont-l'-Ban

Coupêres

 

Cherain, Mont-le-Ban, Mont-lez-Houffalize :

Toute cette région (le canton d'Houffallze) forme « lu payis dès coupêres » (le pays des compères). Le mot n'est plus compris par les villageois. Aucun élément ne permet d'affirmer que « cou­pêre » (compère) soit devenu synonyme de balourd, béotien, comme c'est le cas dans d'autres régions de Wallonie. Cependant, Haust cite également ces locali­tés [tandis que Hens cite celles du canton de Bastogne ]. (Lejeune, 1974)

 

Mont-le-Soie

Mont-l'-Sôye

Sôyês (Haust, 1941)

 

Montplainchamps 

Montplintchamp

« M., c’èst pa tous lès tchamps. » (Dico, 2005, 31)

 

 

Montroeul-sur-Haine

Moutrwè

Corbaus

 

Mont-Saint-André

Sint-Andri

Gôyes (pas d’ explication trouvée) (Legros, VW XXVII, p.301)

 

Mont-sur-Marchienne

Mont

 

Longs Pougnèts (O0)

 

Monville

Monvèye

Cous d'awèyes   (chas d'aiguilles;  alevin, fretin) (Marquet, 1966)

Halbonsâs (Haust, 1941)

 

Morhet 

Morhèt

 

Morètîs (Dico, 2005, 41)

Morialmé

Moriamé

Cous’ (terme amical (de ‘cous’ (cousin)) (O0) (F1 ; Lépine, 1972, sn)

Crayats (Lépine, 1972, sn)

 

Cwérelîs  (habitants du quartier appelé « èl Cwérèle ») (O0)

 

Mormont (Barvaux)

Mwèrmont

 

Mwèrmonîs (Haust, 1941)

Mortehan 

Morteuan

Tayans (taons) (Haust, 1941; Bourguignon, 1928)

Morteuanès (Defosse)

Mortinsart

Mortinsât

 

Hoguèts (Fouss, s.d.; Dico, 2005, 12)

Villers-sur-Semois et ses sections, Harinsart, Mortinsart, Orsinfaing ainsi que les villages du bassin de la Rulles, sont appelés les Hoguèts ou Hoguaîs. Ils auraient une façon à eux de prononcer très brièvement les sons é, è du français. Ils parleraient d'une voix rauque! Haust et Bourguignon font dériver ce terme de « hokîr » : bégayer (Fouss, s.d.)

 

Morville (prov. Namur)

Mârvèye

Payis dès Sôrcîres (C1)

 

Moulin-sous-Fléron

Molin

Molinèts

 

Mourcourt

Mourcout

Noms di Djou

 

Mouscron

Moucrån

Moucrinchots (moustiques)

 

Mousny

Mouchni

Mochètes (moucherons) (Marquet, 1966)

 

Moustier

Moustî

Moustatchus (F1 ; Haust, 1941)

 

Mouzaive

Mouzaîve

Bédwins (insociables, sauvages) (Defosse ; Haust, 1941 ; Bè- : Bourguignon, 1928)

Cette comparaison avec une peuplade de l'Afrique fait supposer que les habitants de cette localité sont d'humeur farouche et d'un commerce difficile. Dans la langue du terroir, le même mot signifie quelquefois: maçon, ouvrier du bâtiment. L'explication la meilleure est sans doute la seconde mais la tradition accorde la préférence à la première. (Bourguignon, 1928)

 

« Mousêvrian                    

l' Cu trop peusant. »  (le  cul  trop  lourd.)               

 

« Mousêvrian

Cu d' tchôdron. » (cul de chaudron) (Doppagne, 1953)

Mouzêvrians   (Doppagne, 1953)

Moyen

Moyèng’

Mohinès (riches, moyennés) (Bourguignon, 1928 ; Dico, 2005, 8)

C'est une simple alté­ration du gentilé « Mohinî» éveillant un sens qui favorise l'éclosion d'un calembour. (Bourguignon, 1928)

Mohinîs

Mozet

Mozèt

Wèwès (F1)

 

Muno 

Mûnau

Gayots (taureaux) (Defosse)

Waraus (loups-garous) (Defosse ; Dico, 2005, 14)

Munis, Munotîs (Defosse)

Musson

M’sson

Lumeçons (limaçons) (par rime) (Bourguignon, 1928)

 

 

Mussy

Muci

Cabus (Haust, 1941)

La culture de ce légume occupait autrefois une partie de la population. Les habitants de la localité se rendaient assez loin, jusqu'aux marchés d'Arlon, de Bastogne, de Neufchâteau et même de Namur, pour écouler leurs produits. (Bourguignon, 1928)

 

Crokions (Haust, 1941)

 

Coutelîs (couteliers)

La coutellerie fut très prospère. dans cette localité. pendant tout le XVIIIe siècle. Nous avons affaire ici à un blason incontestablement ancien.

(Bourguignon, 1928 ; Fouss, s.d.))

 

Hotîs (porteurs de hotte) (Bourguignon, 1928)

C'est une allusion au colportage, où de nombreux habitants de ce village trouvèrent leurs principales ressources. De 1750 à 1850. ils se comptèrent par douzaines. Presque tous les passeports pour l’'intérieur du pays sont établis vers 1815, en faveur de personnes residant à Ethe ou à Mussy et exerçant cette profession.  (Bourguignon, 1928)

 

Gauchiès (gauches, maladroits)

Râkions (trognons, objets de peu de valeur)

 

00:06 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.