11/12/2011

L

La  Neuville aux  Haies (F) (Les Hautes Rivières)

 

Tchène  dès  liés, 

Canibales (Doppagne, 1953)

 

La Forge 

 

Fonchîs (Dico, 2005, 11)

 

La Fosse (Hévillers)

à l’Fosse

Loketîs

 

La Gleize

Lu Gléhe

Magneûs d’ makèye (AO1)

Gléhetès (Ard. magazine, 1993?)

La Houssière (Braine-le-Comte)

à l' Hoûssiére

Chèvreûs (O51)

 

La Lauriette (Wavre)

 

 

Laurètîs

La Mine (Longvilly) (Bastogne)

à l’ Mine

Mineûrs (Haust, 1941)

 

La Neuville (Wandre)

à l’ Noûvèye

Bèsîs

 

La Reid

è l’ Ré

 

« A Teû / Grands plaîtieûs / A Bècô / On n’ magne nin s’ sô / A l’ Ré / C’ èst co pés / A Hôt-R’wârd, / C’ èst pôr lu diâle / A Hôt Marès / Lès macrales î dansèt / A Vêrt-Bouhon / On beût â posçn. »

 

Lacuisine

La Keûjine

Tordeûs (tard venus à la messe( Defosse)

Tordus (mal venus, noués (Bourguignon, 1928), (tard venus) (AL 3/99, R.H., Le feu à Lacuisine) (Bourguignon, 1928)

 

Laforêt

à l’  Forèt

Cabré (chevreau) (Doppagne, 1953 ; F1)

Noyeûs d’ gueurnouyes (qui noient des grenouilles) (Defosse)

Forijots  

Lafosse

à l’ Fosse

 

Fossîs (Dico, 2005, 24)

Lahage

La Hatche

Cu dé pot (casserole de terre ou en fonte) (Dico, 2005, 40)

 

« Lès Hatchots sont tourtous brakenîs a v’nant au monde. »

(Dico, 2005, 40)

Hatchots (hachette à court manche) (sic) (Fouss, s.d.)

Lahérie

La Hèrîe

Aéryins (VW, 1967)

Traus d’ la tchîrîe

Cet horrible jeu de mots est heureusement assez peu usité. (Bourguignon, 1928)

(VW, 1967 ; Bourguignon, 1928 ; Dico, 2005, 31 ; Contact, 1986)

 

Lambermont (Muno)

Lambèrmont

Ramounîs (marchands de balais (Bourguignon, 1928) ; faiseurs de balais (Fouss, s.d.)

 

Lamorteau

La Moûrte-Awe

Agayans (salamandres)

Ce sobriquet est donné par ironie, la salamandre ayant la réputation de pouvoir impunément séjourner dans le feu et le nom de la localité impliquant, au contraire, qu'elle est entourée d'eau. (Bourguignon, 1928)

 

Lamotte 

Lu Mote

« A l’ Mote, wice qui lès feumes ont l’ panê pus long qui l’ cote. »

 

Lamouline

La Moline

Moyenês (Guillaume, s.d.)

 

Landelies

Landelîye

Mougne-à-z-ièbes (O0)

Fileûs d' moussèt (Haust, 1941)

 

Laneuville (Sainte-Marie-Chevigny)

La Neûvèye

Cus d’ boutèyes (Guillaume, s.d.)

 

Laneuville-au-Bois

à l’ Noûve-Vèye

Mochons (moineaux) ((Marquet, 1966 ; Haust, 1941 ;  Dico, 2005, 39) ; habitants de Laneuville (Francard, 1994)

Mochètes (moucheron) : habitantes de Laneuville (Francard, 1994)

Sabotîs (Dico, 2005, 39)

 

Laroche

à l’ Rotche

Carotchî , Carotcherèsse (Francard, 1994)

 

« Carotchî » désigne une personne « qui loue des voitures aux étrangers " .. Il s'agit probablement d'un jeu de mots sur le nom wallon de la localité (à l' Rotche). (Lejeune, 1974)

 

« Carotchî » n'est pas un « carottier », mais un « carrossier », qui loue des voitures aux étrangers (cfr J. haust, Dict. liégeois : carotche « carrossier »). On pourrait alors comparer ce sobriquet à celui des habitants de Spa, parfois appelés « Bidelîs » (loueurs de bidets) parce qu'ils louaient des chevaux à leurs visiteurs.

Nous ne savons laquelle de ces deux explications est la bonne, mais, dans notre enfance, quand nous nous entendions traiter de carotchî, nous établissions dans notre esprit une association entre ce terme et les carottes. En effet, au temps où nous fréquentions encore l'école communale de La Roche, les petits villageois des environs entonnaient pour nous narguer le couplet suivant :

« Carotchî

Boutchî

Blanc sârot

Pèw su l’ dos. »

ce qui se chantait sur l'air assez monotone :

la,  la, sol / la,  sol / la,  la, sol / la,  la, sol.

Nous y répondions par un chant de guerre vengeur sur le même air :

« Payîsan d' mâleûr

Cwate et cwate

t’ è-st-on voleûr.”

M. A. de Ruette nous donne une autre version du couplet adressé aux « Carotchîs » :

« Carotchîs

Plins d'boutchîs

Grands sârots

Pèws su l'dos

Misére po d'zos. »

On reconnaîtra dans cet échange de bons procédés l'antagonisme entre ville (fût-elle de moins de deux mille habitants) et village, dont nous avons parlé au début de cet article, antagonisme qui se traduisait parfois par des bagarres mémorables, lors des fêtes de village où se rendaient les Carotchîs.

Des sentiments semblables s'expriment également dans le blason des habitants de Rochefort que les villageois voisins appellent « Bê Cayèts » (beaux vêtements) ou « P'tits mèssieûs sins l'sou », ce que M. Bourguignon glose comme suit : « Les jeunes gens des villes, mieux vêtus et plus hâbleurs » que ceux des villages, sont assez fraîchement accueillis par ceux-ci lorsqu'ils prétendent assister aux fêtes locales. (…)

 

« Carotchîs,

Pèw so l’ dos,

Misére po-d’zos. »

(Marcourt, 2003) (à l’ Rotche : lès djins dès viladjes = lès ‘payisans’)

 

Rodjèts (Haust, 1941)

Boutchîs (AO1)

Rotchwès (AO1)

Latour

Latou

Dragons (allusion au régiment des dragons de Latour

(Fouss, s.d)

Allusion historique. Le régiment des Dra­gons de Latour, qui emprunta son nom à celui de son colonel. était recruté en partie, vers la fin du XVIII­siècle, dans le duché de Luxembourg. (Bourguignon, 1928)

Tratchèts (à cause de leur parole incisive) (Dico, 2005, 43)

Gataus (Bourguignon, 1928) Ce blason est français, donc récent. Il est aussi peu usité. (Bourguignon, 1928)

 

Lavacherie 

à l’  Vatcherîye

Vatchots (veaux) (Dico, 2005, 37 ; Haust, 1941 ; Francard, 1941)

 

Lavaux (Hives)

à l’ Vâ(-d’Hîve)

M. de Ruette nous apprend que ses habitants crient  ironiquement  aux habitants de ce  dernier village   : 

« Li Vâ mougnerè Hîve. » (Lavaux mangera Hives.) (Marquet, 1966)

 

Lavaux (Assenois-Neufchâteau)

La Vau

Bokions (bûcherons) (Dico, 2005, 21)

 

Lavaux-Ste-Anne

à l’ Vau

Lès P'tits Pètias dè l' Vau

Dans le temps il y avait beaucoup de poiriers sauvages. Les gens du village les employaient pour les compotes appelées « Poiret ». On les mangeait comme coupe-faim. Les gens des villages avoisinants appelaient ces fruits des « Pètrês ». (…) (F1 ;  …)

 

Le Roeulx

au Rû

Gaunias (= 'djaunias') (O3, O51)

Kins (Haust, 1941; S32)

 

Le Roux

Li Rou

Mazwîs (maîtres d’un petit domaine au Moyen-Age) (O0)

 

(à Prêle) lès Boudjas do Rou (machî, storné, pèté, djondu, suké?) (suivant Maurice Chapelle dans un livre de Jean Fivet)

Routîs

Le Sart (Assenois-Neufchâteau)

Lu Sârt/ Lu Saurt

Leûps dou Sârt [ou: Saurt] (VW, 1967 ; Dico, 2005, 31 ; Mouzon, notes)

 

Le Sart = ?

au Sârt

Vias (Haust, 1941)

 

Lecheret

Lècherèt

Rèkèkès (Haust, 1941)

 

Leernes

Lièrne

Pindârds (d’une famille dont un membre, jadis, a été pendu) (O0); Haust, 1941)

 

Leffe

Lèfe

Mougneûs d’ fromadje di Holande

 

Léglise

à l’ Èglîje

Peûrîes ch'rîjes [à Mellier : pûrîes ou peûrîes c'rîjes] du Lèglîje (les cerises pourries de _) (VW, 1967;  Delairesse-Elsdorf, 2004; Peûrîes Cèrîjes (lès) (Paul Jean, Lès c’rîjes du Lèglîje, AL ;) ; C'rîjes (Lu Skiran / Djènevau))

Parfois: lès Fames sins tch'mîje (les femmes sans chemise) (VW, 1967)

 

A Anlier, on dit :

« Après Lèglîje (vers L.), c’ èst lès capéres. »

(litt. : compères = bêtes, naïfs)) (VW, 1967)

 

Lens-(sur-Dendre) 

Lins’

Mindjeûs d’ chitrouye

 

Les Bruyères (Ottignies)

 

Pètralîs

 

Les Bulles 

Lès Bûles

Brayârds (criards) (Dico, 2005, 8 ; Bourguignon, 1928)

Bûlaus (Haust, 1941)

Les Flaches (Gerpinnes)

à ‘l Flache

 

Flachwès (Haust, 1941)

Les Fossés

Les Fossès

Vês (VW, 1967 ; Mouzon, notes) 

Vês disloyès (Dico, 2005, 21)

Mau-lavès (malpropres) (Paul Jean, Lès c’rîjes du Lèglîje, AL) 

 

Lescheret

Lècherèt

Rikèkès ((Francard, 1994) ; Rè- (Haust, 1941)) 

Lecheroriès (Bourguignon, 1928)

Lesse 

Lèsse 

Mikelèts (Mitelèts (déformation de miquelets ?) (Defosse))
Vèssoûs (Haust, 1941)

 

Lessines

à L’ssine

Cayoteûs (Haust, 1941)

 

Lessive

Lèssîve

Tchabots (Haust, 1941)

 

Lèstèrni

Lèstèrni

 

Makès (sots (Petit, 1987))

Sukès (Bourguignon, 1928)

Martulès (Bourguignon, 1928)

Makès, sukès, martulès

Ces trois termes expriment une idée à peu près semblable et suspectent tous, d'une façon qui ne prête à aucune équivoque l'intelligence des habitants du lieu. S'il faut en croire un auteur déjà ancien, Lesterny est connu par son fameux mar­teau. dont seraient frappées toutes les personnes passant sur le pont jeté sur la Lomme, entre ce village et celui de Masbourg.  De là., l’expression « Il a passé so l' pont d' Lèstèrni, que l'on applique généra­lement aux gens quelque peu simplets, ou se singula­risant par des habitudes incompatibles avec l'esprit du terroir.

(Bourguignon, 1928 )

« L’ cî qui passe su l’ pont d’ Lèstèrni èst makè. » (Petit, 1987)

 

« Il a passé so l’ pont d’ Lèstèrni.  (= I n’ èst nin fwârt malin.)

 

Lesve

Léve

Laîds Vias

Mougneûs d’ kitches (F1)

 

Leugnies

Leûgnîye ; Lungnî (O0

Tchats (Haust, 1941)

 

Leuze-Longchamps

Leûze

Frés
Lès Cias (F1)

 

Leval-Chaudeville

à l’ Vau-Tchaude-Vile

Cabots (têtards) (O0)

 

Leval-Trahegnies

à ‘l Vau-Tragnére

Plats Pîds  (Haust, 1941)

 

Liberchies

Lubèrcîye

Vîtcheûs (O0)

 

Libin

Lîbin ;  ou Hôt Lîbin / ou Bas Lîbin (Louline, 1993) ;

Lîbin (à _; anct aus _) (Haust, 1941)

Tchins (chiens)

 

Hôt Lîbin, c’ èst dès tchins.

Et ou bas Lîbin, c’ èst co toudi dès tchins.

(Louline, 1993 ; Dosimont, 2000 ; Dico, 2005, 22 Bourguignon, 1928)

 

Libomont

è Libômont

 

Bons Flèyons (tartes)

 

Du pays de Waimes et du pays de la Fagne:

«  A Wéme, queu l’diâle lès péne (peigne)!

O l’ Roue, leu diâle n’i pout.

A Stinba, lès greûs baras (béliers)

A R’monvâ, lès neûrs digâs (purins)

è Tîrimont, lès mouhis strons (mouhi: moisi)

èn-Ondinvâ, lès tchéns vont d’hâs (déchaux)

A Fêmonvèye, lès d’hitées fèyes.

A Geûzêne, lès gueûyes deu rênes (grenouilles)

O l’ Tchampagne, lès cous d’aragne

è Libômont, lès bons flèyons (tartes). » (Bastin, 1939, 52)

 

Libramont

Lîbraumont

Lârons (larron, brigand)

 

 

Liège

Lîdje

Tièsses di hoye

Hite-è-Moûse (rivageois ou habitants du «rivage»)

Tchêye-è-l' êsse (hab. des hauteurs)

Leûps (à Sinte-Wåbeû (Sainte-Walburge)) 

D’hités / Crèvés di djus-d’-là (les jeunes d’Outremeuse)

Canårîs dè l’ rowe di Bavîre (Rue de Bavière)

Såvadjes di Pièreûse (Pierreuse)

Èwarés di sint Djîle (Saint-Gilles)

 

(Bastin, 1965 Haust, 1941 ; Coppens, 1959)

Lîdwjès(es) / Lîdjeû(se)s ;

Lîdjwès (Haust, 1941 ; Coppens, 1959)

Lierneux

Lièrneû

Makêyes (Haust, 1941)

Makêyes do ban (Dupont-Soubre, s.r.)

 

Ligne

Lin

Sots

 

Ligneuville

Lègnoûvèye

 

Doûzès linwes

Tâtes à l’ ôye (tartines à l’huile)

(de la part des hab. du pays de Waimes)

(Bastin, 1939)

« Lègnoûvèye, bèlès fèyes. » (Pinon, 1994)

 

« A Lègnouvèye, lès cous d'awèye;

A Lègnoûvèye, lès d'hitées fèyes. » (Pinon, 1994)

 

Ligney

Légnè

Cossèts (Haust, 1941)

 

Lignières

Lègnîre 

Lignès (niais)

(Bourguignon, 1928 ; Lejeune, 1983 ; Haust, 1941)

Lègnerès (Lejeune, 1983) ;

Lègneré (Haust, 1941)

Ligny

Lignè

Soçons / Soçones (Haust, 1941 ; F1)
Pôch’nîs (ouvrier charbonnier, en gén. malpropre) (O0)

 

Lillois-Witterzée

Lêlou

Vêrts Coucous (Haust, 1941)

 

Limal

Limal

Rats

 

Limerlé

Limèrlé

Coupêres (Haust, 1941)

Gaudins (gauches, godiches, maladroits) (Bourguignon, 1928)

 

Limes

Lime

Limeçons (Lépine, 1972, 5)

 

Limont

Limont

Vês (Haust, 1941)

 

Lincé

Lincé

Vètès Gueûyes (Haust, 1941)

Lincenîs (Haust, 1941)

Lincent

Lîzin

Forguingnîs

 

Linchamp  (F)

 

Èrnikins (Doppagne, 1953)

 

Lisogne

Lîsogne

Mougneûs d’ rogne (salamandre) (Bernard Louis)

 

Livarchamps

Livârtchamp

Âjês (barrières de jardin)

(ôte paut, on dit: anjê) (Francard 1994)

 

Lixhe

Lihe

Gris Cous

 

Lobbes

Lobe

Bauyârds

Makas

Mindjeûs d’ canadas

 

Lodelinsart

au Sârt

Vias (Haust, 1941) ; lès vias du Sârt (Yernaux-Fiévet)

 

Loën (Visé)

Lwène

Lurtês (Haust, 1941)

 

Logbiermé

Logbièrmé

Gris d’ fagne (Fourgon, 1999

Singlés (sangliers) (Fourgon, 1999)

 

Loheray

Loheré

 

« Fèrîre èt Fèro / Izièr èt Ozo / Toûr èt Loh'ré /

In.ne dizos Hé / Poutche so l' tièr / Vo-te-là à Viyé ! »

Ferrière et Ferot, Izier et Ozo, Tour et Loheray, Aisne­ sous-Heyd, saute sur le «thier» ; te voilà à Villers (Sainte-Ger­trude). (Blason, 1970, 203)

 

Lombise

Lombîse

Buveûs d’ sûr

 

Lompret

Long-Prè

« A Lomprèt,

Lès fîyes sont pus bèles dè lon què d’ près. » (Lépine, 1972, 10)

 

Lomprez 

Lomrè

Tchèts (Dico, 2005, 44)

 

Longchamps (prov. Lux.)

Long-Tchamp

Bês-Èfants (Francard, 1994)

 

Longchamps (prov. Namur)

Long-Thamp

Siyas

 

Longfaye

 

Longfaye

 

De Xhoffraix:

« A Hiofrê, lès longs mustês (tibias)

A Longfaye, lès longuès /-k-/ payes

A Zoûrbroût’, lu diâle î hioûte (écoute)

A Bôsfagne, lu diâle î magne.

èn-Ovîfa, lès gros baras.

O l’ Rubîvèye, lès d’hyitées fèyes.

O Mont, lès longs grognons. (Bastin, 1939, 52-53)

 

A Xhoffraix: lès hab. de Longfaye sont lès-Amèrikins. « C’ èst qu’i fât passer l’êwe (un ruisselet souvent torrentueux) po v’ni è leû payis (passer l’êwe, en w.: traverser la mer). »  (Bastin, 1939)

 

« A Longfaye, lès longuès /-k-/ payes. » (Pinon, 1994)

 

Longtain (La Louvière)

 

Porteûrs dè kèrtins

 

Longueville

Longuevële

Ramonis (Haust, 1941)

 

Longvilly

Lonvli

Pochelons (porcelets) (Marquet, 1966 ; Dico, 2005, 4 ; Haust, 1941 ; Francard, 1994 ; AO2)

 

Lonzée

Lonzéye

Payis dès Sôrcîres (C1)

 

Lorcy

Lorci

Coucous (Bourguignon, 1928 ;  Dosimont, 2000)

Ce nom d'oiseau s'explique assez bien par les grands bois qui entouren,t le hameau et où le cri particulier du coucou doit se faire entendre à peu près sans arrêt. (Bourguignon, 1928)

 

Losange

Losindje

Masindjes (Dico, 2005, 4 ; Francard, 1994)

 

Louchert

 

Loucherter Musék

Un vieux récit rapporte qu'une musique céleste réveillait parfois les habitants de ce village et les terrorisait jusqu'à l'aube. On fait souvent allusion à cette légende, que l'on détourne de sa signi­fication primitive. Les jeunes gens du pays d'Arlon disent par ironie, en revenant d'une fête ayant manqué d'animation: « Nous nous sommes fort bien amusés. Il y avait même la musique de Louchert ! » Le sens dérisoire de cette réflexion n'échappe à aucun de leurs auditeurs. (Bourguignon, 1928)

 

Louette

Louwate

Canés

 

1 « Cané du l' Grande Louwate / Tu mére èst mwate /

Bauje lu trau du cu d' une gade / Dins trente-quate djoûs, tu nn' aurès trinte quate ! »

(‘Cané’ de la Grande Louette, ta femelle est morte, baise le trou du c. d'une  chèvre,  dans  84  jours   tu   en  « rauras ».)

  

2 « Cané du l’ Grande Louwate / Tu mère est mwate /

Chufule o cu d'une gade /  T' a raurès cint trente-quate ! »

(   ...  Siffle au c.  d'une chèvre, tu en  « rauras ».)

 

3 « Cané du l' Grande Louwate  / Qui piche à l ' pwate. »

(… qui pisse à la porte.)

 

4 « Cané du Louwate / Pichi à l' pwate / O trau du cu d' une gade / O numérô quarante-quate ! »

(… pisser à la porte, au trou du c. d'une chèvre, au n° 44.)

A Bièvre, j'ai noté encore :

« Concon / Cané du Louwate. / Ta fame èst mwate /

Dins quate djoûs / T' a raurès quate ! » (Doppagne, 1953)

 

Le mot « cané » peut dériver du verbe « caner », dont le sens wallon est assez trivial et rabelaisien. (Bourguignon, 1928)

 

(Doppagne, 1953 ; Bourguignon, 1928 ; Blason, 1970 ; Blason, 1970 ; F1)

 

Louette-Saint-Denis

Lu Grande Louwate

Concons (Bièvre)

(d'après la prononciation locale de ,,quand", avec réduplication)

Russes

Canés

 

« Èt qué nouvèle, èt l' ciêr fèré ? »

(Et quelle  nouvelle,  et le cerf ferré ?)

Allusion  à  une  méprise cynégétique: un indigène avait abattu un âne l'ayant pris pour un cerf. (Doppagne, 1953)

Grand-Lwatîs

 

 

Louette-Saint-Pierre

Lu P’tite Louwate

Cané du l’ Pitite Louate (Doppagne, 1953 ; …dou l’ … (Defosse))

B.P. par tiel : Jwifs (Doppagne, 1953)

P'tit-Lwatîs

Louftémont 

Loftêmånt

Leûps (Dico, 2005, 21 ; Bourguignon, 1928)

Louftingues (fous, toqués) (très récent) (Bourguignon, 1928)

 

Louveigné

Lovegné

 

Lognârds: du comté de Logne (Hamoir, Ocquier, Comblain-au-Pont, Louveigné) (Bastin, 1939)

 

Loverval

Lavèrvau

Leûps dè bos d’ Lavèrvau

 

Luingne

Leugne

Cleugnotes

 

Lustin

Lustin

Djusses (Haust, 1941)

 

Lutrebois

Lètrubwès

Corbâs (corbeaux) (Bourguignon, 1928 ; Francard, 1994)

 

Lutremange

Lètrumindje

Sbarous (épouvantails)

L'accoutrement assez gro­tesque d'une partie de la population, et son insocia­bilité, seraient la cause de ce surnom. (Bourguignon, 1928) 

(Bourguignon, 1928 ; Passe-Partout 11/02/04 ;  Francard, 1994)

 

Luttre

Lute

Colas

Lutîs = Lutérs (/-er/) (O0)

Luzery

Luzeri

 

Luzuryins, -iènes (Francard, 1994)

00:06 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.