11/12/2011

H

Habaru 

Habauru

Gros Cus (Dico, 2005, 21; Mouzon, notes)

 

Habay

Habâ

« A Habâ, l’ cafa èst fât, èt mîme s’ i n’ l’ è m’, ç’ n’èst m’ pou ti. »

(et même s’il ne l’et pas, ce n’est pas pour toi)

 

« A Habâ, i n-y an-è pus d’ dit què d’fât ! »

(il y en a plus de dit que de fait)

(= « Lès djens d’ Habâ qu’ ant pus d’ dit què d’ fât.) (Dico, 2005, 16)

 

Habay-la-Neuve

Habâ-la-Nieûve

Gens du Rivage

Les habitants de cette localité se blasonnaient volontiers, au temps passé, « Gens du Rivage ». amplifiant ainsi démesurément l’importance des étangs qui se succédaient sur leur territoire, de la forge du Prince à celle de Bologne. Cette appellation s'appliquait aussi à l'industrie mérallurgique du bassin de la Ru lies, qui était connue. même à Liège, sous le nom de forgerie du Rivage. Le terme est tombé en désuétude.

 

Rigoleûs.

Ce blason est d'ordre géographique. La « Rigole » est un quartier de la localité habité par une population assez pauvre.  (Bourguignon, 1928)

 

Habay-la-Vieille

Habâ-la-Viè

Câkirans (Haust, 1941) (câkir : coasser (Dico, 2005, 16))

Les habitants d’Habay-la-Vieille disent cela de ceux d’Habay-la-Neuve et vice versa. (Fouss, s.d.)

Haust, 1941; Fouss, s.d.; Dico, 2005, 16)

 

Haccourt

Hacout

Macrales (Haust, 1941) 

Hètcheûs d' Crôye (Haust, 1941)

 

Haillot

Hayot

« Lès cis d’ Hayot, c’èst dès sots èt à Perwé, c’ èst co pés ! »

 

« Quéle afaîre à Bèl-Aîr,

A Pèrwé, c’ èst co pé,

A Hayot, c’ èst tos sots,

A Mohu, on lès cût,

A Djamagne, on lès magne. » (Henry, 1999 ; AO, 01/04/1999)

 

Halanzy

Halazi

Pichalis ( (Haust, 1941) 

Fourmis (Dico, 2005, 3) 

(Dico, 2005, 3; Fouss, s.d.; Haust, 1941)

 

Halconreux

Halconru

« A l’ sopète, martchands d’ trompètes,

Coutriwès, martchands d’ cawiès (cailloux). »

 

Cawiès : devenu un sobriquet pour les habitants des villages environnant, dans la vallée du Glain (Dico, 2005, 15)

 

Hallembaye

Hèlèbaye

Leûps

 

 

Halleux

aus Haleu

Leûps (Haust, 1941; Marquet, 1966 ; AO1 ; Bastin, 1939)

Halonîs (Bastin, 1939)

Halma 

Halmau

Gros Tch’vaus (Dico, 2005, 44)

 

Hamipré

(H)amîprè

Grîe-cafès (VW, 1967 ; Mouzon, notes)

Griyeûs d’ cafè (Dico, 2005, 31)

 

Hamoir

Hamwèr

Martchands d’ cleûyes  (les marchands de claies) (à Ouffet)

 

Rivalité entre Hamoir et Ouffet :

à Ouffet, concernant les gens de Hamoir :

« Pôves èt grandiveûs, lès djins d’ Hamwèr, lès martchands d’ cleûyes. » (les marchands de claies).

(AO 26/12/2002)

 

Lognârds: du comté de Logne (Hamoir, Ocquier, Comblain-au-Pont, Louveigné) (Bastin, 1939)

 

Ham-sur-Heure

èl Bourk

Grimancyins (Haust, 1941)

Bourkîs (-krèsses (O0))

Ham-sur-Sambre

Ha 

Baloûjes (F1)

Iatîs (Haust, 1941)

Han (Tintigny)

Hang’

 

Han'tîs (Haust, 1941)

Hanesse  (prov. Li)

Hanèsse

Wêwês (Haust, 1941)

 

Hannut

Haneut

 

Hétås

 

“A Haneut,

Lès crotes å keu,

A Vilé (Villers-le-Peuplier)

Po lès discroter. » (Haust, 1941)

 

Hanret

Hanrèt

(hameau de La vallée) Garibaldis

(hameau de La Rue) Crotîs (F1)

 

Han-sur-Lesse

Han

Ayès

Sobriquet inspiré par la prononciation locale du mot « oui », comme à Eprave. (Bourguignon, 1928)

 

Hanzinne

Hanzène

Chinârds (moqueurs)

Hanzinwès

Hargimont 

Hardjîmont

Agnons (Marloie, 2002)

 

Hargnies (F)

Harnîye

Ârnicots (Doppagne, 1953)

 

Harinsart

Harinsât

 

Hoguèts ou Hoguaî (Dico, 2005, 16)

Villers-sur-Semois et ses sections, Harinsart, Mortinsart, Orsinfaing ainsi que les villages du bassin de la Rulles sont appelés les Hoguèts ou Hoguaîs. Ils auraient une façon à eux de prononcer très brièvement les sons é, è du français. Ils parleraient d'une voix rauque! Haust et Bourguignon font dériver ce terme de « hokîr » : bégayer. (Fouss, s.d. )

 

Cus d’ tchakâ  (culs de chabotà (Bourguignon, 1928 ; Dico, 2005, 16)

 

Tchacâs (Bourguignon, 1928)

 

Harlues 

Harloûwe

Cassètîs (fabricant de cassète, fromage) (F1)

 

Harnoncourt 

Harnoncôt

Oyelîs (éleveurs d’oies) (Oû- (Haust, 1941) )

(Dico, 2005, 34 ; Fouss, s.d.; Haust, 1941; Bourguignon, 1928)

 

Harre

Håre

Hårkês (porte-seaux) (AO2; Haust, 1941)

 

Harsin

Harsin

Mulèts (mulets)

Ce sobriquet atteste, dit-on, l'opiniâtreté bien connue des habitants de ce village. (Bourguignon, 1928 ; Dico, 2005, 30)

 

Harveng

Hârvin

Zoulous

 

Harzy

Hârji

Tchacâs (chabots) (Dico, 2005, 4 ; Francard, 1941)

 

Hatrival 

Hatrivau

Cwârbaus (Dosimont, 2000)

Cwârnayes (corneilles > batailleurs, forts en gueule) (Dico, 2005, 35)

 

Phrase par laquelle on accueille les « Cwârbaus » dans les localités voisines:

« Payisan, paye au c....

Quate cints bales au trau do c… » (Bourguignon, 1928)

 

Hautes   Rivières (F)

 

Bruhîres

Cocus

Satikèts, etc. (Doppagne, 1953)

 

Haut-Fays (Ne19)

Hôt-Fayi

Marcaus ((Haust, 1941), Marous (Dico, 2005, 9))

 

Haut-le-Wastia

Haut

Gades

 

Haut-Marais (La Reid )

Hôt-Marès

 

« A Teû / Grands plaîtieûs / A Bècô / On n’ magne nin s’ sô / A l’ Ré / C’ èst co pés / A Hôt-R’wârd, / C’ èst pôr lu diâle / A Hôt Marès / Lès macrales î dansèt / A Vêrt-Bouhon / On beût â poçon. »

 

Hautrage

Hautrâje

Leûps

 

Hautregard

Hôt-R’wârd

 

« A Teû / Grands plaîtieûs / A Bècô / On n’ magne nin s’ sô / A l’ Ré / C’ èst co pés / A Hôt-R’wârd, / C’ èst pôr lu diâle / A Hôt Marès / Lès macrales î dansèt /

A Vêrt-Bouhon / On beût â posson. »

 

Havay

Hâvé

Poûsseûs (Haust, 1941)

 

Havré

Hâvré

Houblonîs

 

Havrenne

(H)avrène

Mwin.nes (Haust, 1941)

 

Hébronval

Hèbronvâ

Pouyeûs (pouilleux)

Grandiveûs (or­gueilleux)

Ce hameau, le plus important de la commune, a toujours affiché beaucoup de mépris à l'égard des villages voisins et surtout à l'égard des Bihanais qui sont considérés comme arriérés (rècoulés, reculés). (Lejeune, 1974)

 

Heer

Hêr

Tchabots (Haust, 1941)

 

 

 

 

 

Heinsch

Häischel

Mourzoukken (mourzouks)

Ce rapprochement avec une prétendue peuplade africaine implique que les habitants de cette localité sont d'une humeur assezhargneuse et se lient rarement avec leurs voisins. (Bourguignon, 1928)

 

Heinstert

Heeschtert

Bierplëkkerer (cueilleurs de myrtilles)

Cette plante abonde dans les grands bois qui entourent ce village. (Bourguignon, 1928)

 

Hellebecq

à l’ Bièk

Minjeûs d' pape

 

Hemptinne (arr. Namur)

Hin.meténe

Bardouches (Haust, 1941)

 

Hemptinne (Florennes)

à M’tène

Bwèsous

 « Bwèsous, lès djins aus gros dj’nous. » (Lépine, 1972, sn)

 

Hemroulle

Hèmroûle

Boks (Dico, 2005, 4; Francard, 1994)

 

Henripont

Hripont

A la ducace de septembre, les Henripontois avaient coutume de dire :

« A ‘l ducace dè Vèznau (Virginal)

L’ iviér è-st-au trau,

A l’ ducace d’ Hinripont,

L’ iviér èst bî parfond. «  (Jous, 1976)

 

Aux Ecaussinnes, pour se moquer des gens d’Hinripont, Henripont, on chante, sur l’air « Lès Fîyes dè Lèstène » :

« Lès djins d’ Hinripont

Ont mau leûs boutons

A mindjî dè l’ poréye as-ougnons. » (Dascotte, 1976)

 

Hensies

Hinzî

Payis dès braves djins
Fous

 

Herbeumont

Harbûmont

Saglés (ou singlés) (sangliers) (Defosse)

 

Waraus(loups-garous) (Bourguignon, 1928))

Ce sobriquet s'explique par la proximité des grands bois qui sont réputés être la demeure de ces animaux fantastiques. (Bourguignon, 1928)

Les enfants de Mortehan tiennent à la disposition de ceux de Herbeumont le quatrain suivant :

« Warau, warau,

Pate à gayot.

La malète su l' dos

Les quate pates dins l' pot. »

(Loup-garou, loup-garou, grosses pattes, la mallette sur le dos, les quatre pattes dans le pot.)

(L'allusion à la valeur culinaire du «gayot» apparaît dairement à travers ce couplet rimé.)

Ou :

« Warau, la malète su l’ dos, pate à gayot, lès pates dins l’pot. »

(patte de taurillon, les pattes dans la casserole) (Bourguignon, 1928)

 

Sanglîs (sangliers) (Bourguignon, 1928)

Tchins d' Mauleûs (chiens de Mauleux).

Il est difficile d'expliquer cette locution. Signifie-t-elle chien de malheur ? Mauleux est-il un ancien lieu-dit du territoire ?

Pates à gayot

Le mot « gayot » a le sens de jeune animal destiné à la boucherie en raison d'une malfor­mation physique qui le rend impropré à la reproduction. Le « gayot » de race bovine se nomme « cul de poulain» ; celui de race porcine dénommé « bik èt ­bouk » ou « bok èt gade » est réputé hermaphrodite. La caractéristique de ces animaux est la rondeur de l'arrière-train, encore accentuée par l’épaisseur des membres postérieurs. (Bourguignon, 1928)

(Dico, 2005, 17; Bourguignon, 1928)

Harbûmounî (Defosse)

Hérissart (Bohan)

 

Hérissons (Doppagne, 1953)

 

Hermalle-sous-Argenteau

Hèrmale

Banselîs  

 

Hermée

Hèrmêye

Djâles

Hèrmotîs (Haust, 1941)

Hérock

Hèrôck

Coks

Ce blason se justifie par la rime et nullement par l'habitude qu'auraienr prise les jeunes gens du village d'imiter, dans certaines circonstances, le cri de ce gallinacé. (Bourguignon, 1928)

 

Héron

Héron

Hèrètîs

 

Herstal

Hèsta

D’hités

Reûdès gorlètes

Pédants

Hålènes

Grands vantrins sins quowètes

 

Hèstatîs, Hèstalîs (Haust, 1941)

Herstappe (prov. Limbourg)

 

Hacous

 

Herve

Hêve

« Dju so d’ Hêve, èt né d’ Hêve, èt dj’ so l’ fî d’ ô Hêvurlin . »

Hêvurlins

(Haust, 1941; Bastin, 1939)

Heure-le-Romain

à-(y)-Eûre-(li-Romin)

Crôyetîs (Haust, 1941)

Omes à l’ crôye

Plats-pîds

Blancs bonèts

 

Heuseux

å Heûseû

Leûps

 

Hévillers

Hévëlé

Mougneûs d’ gades

 

Hèvremont (L)

Hévrumont

Lapins

 

Heyd

 

« Fèrîre èt Fèro / Izièr èt Ozo / Toûr èy Loh'ré /

In.ne dizos Hé / Poutche so l' tièr / Vo-te-là à Viyé !”

 

(Ferrière et Ferot, Izier et Ozo, Tour et Loheray, Aisne­ sous-Heyd, saute sur le «thier» ; te voilà à Villers (Sainte-Ger­trude).) (Blason, 1970)

 

Djès  (Haust, 1941; -és (Dico, 2005, 10)

 

Hingeon

Hindjon

Pèlés (F1)

 

Hives

Hîve

Hîrtcheûs (traîneurs) (AO1; Marquet, 1966)

 

Hockai

so Hokê

 

Hokurlins (Bastin, 1939; Haust, 1941)

Hodeige

Hodèdje

« A Hodèdje, i fêt nut’ à qwatre eûres. » 

 

Hodimont (Verviers)

Hodîmont

Kêzèrliks

 

Hollange

Holindje

Masindjes (mésanges) (Francard, 1994 ; Bourguignon, 1928)

La rime est responsable de ce gracieux surnom.

Un curieux et amusant dicton se rapportant à ce village est repris à l'article: Bodange. (Bourguignon, 1928)

 

Hollogne 

Hologne

Gades (Dico, 2005, 25)

 

Hombourg

(Op) Homerech

de Tröteväger (rinceurs de goulots) (Herve, 1987)

 

Hondelange

Hondel

Honn (chiens) (Bourguignon, 1928)

 

Honvelez

Honvelî

Halsoplètes (Haust, 1941)

 

Honville

Honvèye

Ûjês (oiseaux) (Francard, 1994)

Cus d’ botèye

 

Hosseuse

Hosseûse

(H)osse-cus (hochequeues) (VW, 1967 ; Mouzon, notes ; Dico, 2005, 31)

 

Hotte

Hote

Hotelîs (porteurs de hottes) (Francard, 1994)

Adjalés crotes (crottes gelées) (Bourguignon, 1928)

 

Houdemont 

Hoûlemont

Roros (Dico, 2005, 16)

Houdemonîs

Houdeng-Aimeries

Houdè

Cus tout nus (Haust, 1941; O3)

 

Houdeng-Goegnies

 

Goûgnére

Gaunias (Haust, 1941; O3)

Ratatas (crécelles) (O51)

 

Houdremont

Hodrémont

soit plutôt l'avarice comme c'est le cas pour Houdremont :

« Cané d' Odrémont

Qui passe dissus l' pont

Po ramasser dès limeçons. »

(Cané d'Houdremont qui passe sous le pont pour ramasser des limaces.)

 

« Cané d' Odrémont

Qui va su l' route di Bouyon

Po ramasser dès limeçons

Po fwère lu soupe o blanc bouyon ! »

(Cané d'Houdre­mont, qui va sur la route de Bouillon pour ramasser des limaces pour faire la soupe au bouillon blanc).

 

« Cané d' Odrémont

Quu l' djâbe î pond

Avou sès cwanes èt sès moutons ! »

(Cané d'Houdremont, que le diable y pique avec ses cornes et ses moutons).    (à Bièvre) (Doppagne, 1953)

 

Houdrigny

Hondrègni

Tchitchots (poires séchées ou mieux, consomma­teurs de poires séchées)

On assure que les habitants de cette localité apprécient particulièrement la tarte aux fruits de cette nature. Le mot gaumais « tchitche » est à rapprocher du français « poire chiche ». (Bourguignon, 1928)

 

Houffalize 

Houfalîje

Bordjeûs (Dico, 2005, 19)

Mougneûs d’ tâte â riz (Dico, 2005, 19; Francard, 1994)

 

Hour

Hoûr

Crèkions

 

Hoursinne 

Hoursine

 

Hoursinîs (Dico, 2005, 11)

Hourt

â Hoûr

Hoûrlês (Haust, 1941)

 

Houtaing-lez-Leuze

Houtin

Rous

 

Houtain-l’Evêque / Houtem

Houtém

Zotten van Houtem

 

Houyet

Houyèt

Mikelèts (Haust, 1941)

Bikèts (F1)

Houyetîs (Haust, 1941)

Houyètîs (F1)

Huccorgne

Houcwègne

Pîmâyes (Haust, 1941)

Vias

 

Huissignies

Huncheni

Ochenaus (Haust, 1941)

 

Humain 

à-y-Humin

Chitauds (Dico, 2005, 25 ; Lejeune, 1983)

 

Huppaye

Houpâye

Ios d’ Houpâye

cf interjection ‘io!’; lès Nis d’ Djaucelète (ni = po ‘nin’)

(Gaziaux 1987, 52)

Oupayetis (Gaziaux 1987, 305) ;  on vraî Oupayetî (Lë Sauvèrdia, 242, 2007, p.8)

Huy

Hu

Hitås è Moûse (Haust, 1941)

Hite è Hoyou

Hututus

Hutwès

Hymiée

Himyéye

Mauhés (Haust, 1941)

 

00:07 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.