11/12/2011

G

Gdoumont

Gdoûmont

« A Gdoûmont, lès deûs flèyons! » (Pinon, 1994)

 

Gedinne

Djèdène

1 « Cané  d'Djèdène,                

Crokeû d'baloûjes,                  

D'zos l'vî tchènê,                    

Vî pourcê ! » 

                     

2 « Cané d'Djèdène,

Mougneû d'arègnes,                 

Crokeû d'baloûjes,

Va coutchî drî in tchènê

Vî pourcê ! »

(Cané de Gedinne, mangeur d'araignées, croqueur de  hannetons, sous le vieux  chêne, vieux  pour­ceau; var.  va coucher derrière un chêne, vieux pourceau.)  (Doppagne, 1953 ; Blason, 1970)

 

Gedinne

Djèdène

Grandiveûs (vaniteux)

Canés

 

« Canés d'Djèdène,

Mougneûs d' arègnes,

Crokeûs d' baloûjes,

Dizos l' vî tchènê,

Vî pourcê. »  

(Cané de  Gedinne,  mangeur  d'araignées,  croqueur  de  hannetons,  sous le vieux chêne, vieux pourceau.)

 

Djèmetîs (forme  fournie par  l'ALP  et  que  je  n'ai  pu  retrouver  dans le parler local)  (Doppagne, 1953)

 

Gembes

Djimbe

Minousses (petits chats ou chats femelles (Dico, 2005, 9)

(Haust, 1941 ; Dico, 2005, 9 ; Doppagne, 1953; Bourguignon, 1928)

 

Gembloux

Djiblou

Bourikèts (F1)

 

« C’ è-st-on malade di Djiblou, qui magne bin l’ poye èt l’ oû. » (= un malade imaginaire)

(Delairesse-Elsdorf,  2004)

 

Grand-Père dou Culot (hameau)

Qui rît come un sot

A vîr boule sé carote

Dèvins s’ pot.

(Delairesse-Elsdorf,  2004)

Djibloutins (F1) ;

Djiblotins (Haust, 1941 ; VA 28/08/04

Genappe

Gngnape

Ch’napans

 

« A Gngnape, on mindje tout dusqu' à ‘l nape. »

( Haust, 1941)

Gngnapans,

-antes (Haust, 1941)

Gendron

Djindron

Marauds (Haust, 1941)

Cus d’ tchôdron (Haust, 1941)

 

Gênes

Djin.ne

Mme Lisette Dupont, de Rendeux m'écrit: « Non, djènârs ne signifie pas « de couleur jaune », mais seulement habitants de Gênes». Je sais cela car mon grand-père était un Djènâr. Merci à vous pour cette précision. (AO 25/03/1999)

(AO2 ; AO 25/03/1999 ; Marquet, 1966)

Djènârs

Gennevaux

Djènevau

Gros Tch’vaus (gros chevaux) (Dico, 2005, 21 ; VW, 1967)

 

Les enfants de Léglise crient à ceux de Gennevaux :

« Djènevau!

Djè n' vau rin!

Djè n' vauré [parfois : vaudré] jamés rin! »

(Gennevaux ! Je ne vaux rien ! Je ne vaudrai jamais rien !) (VW, 1967)

 

Gérouville

Djèrouvile

Oulines (chenilles) (Lépine, 1972, 5 ; Bourguignon, 1928)

Sabotîs (fabricants de sabots) (Haust, 1941; Bourguignon, 1928 ; Fouss, s.d.)

Cette industrie a presque complètement disparu. Au cri de guerre des enfants de Meix-devant-Virton, leurs voisins immé­diats :

« Dès sabôts pour in bitchèt d' grî. »

(Des sabots pour un bichet de grain).

Ceux de Gérouville répondent du tac au tac: 

« Dès ramons pou in boukèt d' pî. »

(Des balais pour un morceau de pain). (Bourguignon, 1928) 

Rouges-gorges (Bourguignon, 1928)

Limeçons (Fouss, s.d.)

 

Gerpinnes

Djèrpène

Bourjwès (Haust, 1941)

 

Cwérelîs  (habitants du quartier appelé « èl Cwérèle ») (O0)

 

Gesves

Djêve

Sauvadjes (F1)

 

« Dju n’ su nin d’ Djêve. (Je ne suis pas näif)

Djêvias (F1)

Ghislenghien

Guilinguî

Lècheurs d’ os

 

Ghlin

Glin

Coupeûs d’ artwales (orteils)

 

Ghoy

Gowi

Brigands

 

Gilly

Djilî

Gayoles (Haust, 1941)

 

« A Djilî, èyu-ce qui lès bwagnes n' ont qu' èn-î. »

Variante: « …, èyu-ce què lès djambes di bos n' ont qu' in pî.d. » (ou : « … n’ ont nén frèd leûs pîds. »)

(Haust, 1941)

 

« A Djilî, lès bwagnes n' ont qu' èn-î ! »

(Yernaux-Fiévet)

Djilotîs (O0)

Gimnée

Djimnéye

Rukes (Haust, 1941; F1) (Reukes (Lépine, 1972, 10))

 

Gives

Djîve

Grîves (Dico, 2005, 5; Francard, 1994)

 

Givet (F)

Djivèt

 

Jivetwas (Doppagne, 1953)

Givroule

Djivroûle

Groûles (grues (oiseaux)) (Francard, 1994)

 

Givry (H)

Djuvri

Baudèts (Haust, 1941)

Sots (Haust, 1941; O5)

 

Givry (Lux.)

Djèvri

Piètris (Francard, 1994)

Rachapès (Haust 1941 ; Francard, 1994) (ou Rè- :  (Haust, 1941)

 

Glabais

Glabây

Turks (O0)

 

Glain

Li Glin

Halbôssâs (Haust, 1941)

Femmes: Boterèsses 

 

Glaireuse

Glaireûse

Scârbotes (lès bousiers) ((Dosimont, 2001) ; Car- (bousiers) (Dico, 2005, 21))

 

Glons

Glon

Fexhe-Slins, Glons : Payis dès tchapês d’ paye

 

Lètcheûs d’ fi

Glontwès (Haust, 1941)

Godarville

Godârvile

Moudreûs

 

Goé

Goyé

Leûps (Haust, 1941)

 

Gomery

Goumeri

Buchons (buissons épineux)

Ce sobriquet est donné à la population en raison de son caractère que l'on assure être assez peu sociable. (Bourguignon, 1928)

 

Gosselies

Gochelîye

Sints-Djans (O0)

Tchots ((t.affectueux à un enfant): chéri, petiot) (O0; Delairesse-Elsdorf, 2004)

Casserolîs (O0 ; Coppens, 1959)

Tèrniatîs (habitants du « Tèrnia » (dimin. de ‘tiène’ : colline, côte, montée)) (O0)

 

Gottignies

Gotegnén

 

Gotegnârds (O5 ; Haust, 1941)

Gourdinne

Gourdène

Panses à pwès

Gourdinwès (F1 ; Haust, 1941)

Goutroux

Goutrou

Mougneûs d' racènes (Haust, 1941)

 

Gouvy

Goûvi

Goûvions(goujons)  ((Francard, 1994 ; Haust, 1941) ;

Go- (AO (s.r. 1/ ou 2/1999) ;  Gou- (Dico, 2005, 22))

 

Gouy-lez-Piéton

Gowi

Martins (O0) (à cause de l’église Saint-Martin.)

 

Gozée

Goûzéye

Bieus (bœufs) (O0; Haust, 1941)

 

Grâce-Berleur

Grâce-Bièrleû

Noûrègns

 

Graide

Graîde

Bourikes

 

« Graîdî,

panse d' apwas,

rond tchènê,

cu d' pourcê. »

(panse  de  poix,  rond  chêne,  cul  de  pourceau) (Doppagne, 1953)

Graîdîs (Defosse; -é- (Doppagne, 1953),  Grédwas (Doppagne, 1953))

Grand-Axhe

Grand-A(c )he

Sots (Haust, 1941)

 

Grand-Hallet

 

Kissins (insecte qui pique fort)

 

Grand-Halleux (Vielsalm)

à l'  (Grande-) Haleû

Magneûs d’ flon (de la part des gens de Bodeux) (Dupont-Soubre, s.r. ; Haust, 1941)

Halonîs

Grandhan

 

Grand’-Han

« A Grand’-Han, c’ èst tos fênèyants,

A Dèrbu, c’ è-st-on p’tit Jésus,

A Barvê, c’ èst tos macrês (sorciers). » (Dico, 2005, 10)

 

Grand-Manil

(Gembloux)

Grand-Mani

Grands Vaurins

 

Grandmenil (Manhay)

è (Grand-)Magngni

Ratayeûs  (F1)

 

Grand-Reng

Grand-Rin

Les habitants de Grand-Reng sont considérés comme pré­tentieux. Pour se moquer d'eux, les habitants des villages voisins récitent :

« Grand-Rin, / grandès djins, / fîyes à marier, / rin à doner. »

(Dascotte, 1981

(Jeanne Walrant-Derême))

 

Grandrieu

Grand-Ri

 Côrbaus ((O0) ; cor- (Haust, 1941))

 

Grandville

Grin.nevèye

Cwèrbås
Cwâks
Takenés (Haust, 1941)

 

Grandvoir

Grandvwar

Grandvauriès (ou Grandvauryins) (Contact, 1986)

 

Grapfontaine

Grap'fontin.ne

Tripes du rin.ne (tripes de rainette) (Contact, 1986 ; Mouzon, notes)

 

Graux

Grau

Vias (F1)

 

Grimbiémont 

Grimbièmont 

 

Grimbièmonîs (Lejeune, 1983 ; Haust, 1941)

Grivegnée

Grimegnêye

Sots

 

Gros-Fays

Graufayi

Tchîvês  (inexpliqué) (Doppagne, 1953)

(selon Defosse : contraction de tchîvêrs, terme scatologique : "qui chie des vers")

 

Grôfayetés

Grumelange 

Gréimel

 

Grumeler (Dico, 2005, 26)

Grune

 

Grune

Rimailles chantées :

« Grune-en-vièrje

Qui mousse è tère

Avou sès cwanes di ciêr

Et qui mousse foû

Avou sès cwanes di boû. »

(Grune-en-vierge (déformation de « Grune-âs-vièrs », Grune-­aux-vers) qui entre en terre avec ses cornes de cerf et qui en sort avec ses cornes de bœuf ! ) (Blason, 1970)

 

Grupont

Grûpont

Mouches à stron (mouches scatophages) (Dosimont, 2001 ; Haust, 1941)

Grûponîs  (Haust, 1941)

Gueuzaine

Gueûzéne

Gueûyes deu rênes (grenouilles) (Bastin, 1939 ; Pinon, 1994 )

 

Du pays de Waimes et du pays de la Fagne:

« A Wéme, queu l’diâle lès péne (peigne)!

O l’ Roue, leu diâle n’i pout.

A Stinba, lès greûs baras (béliers)

A R’monvâ, lès neûrs digâs (purins)

è Tîrimont, lès mouhis strons (mouhi: moisi)

èn-Ondinvâ, lès tchéns vont d’hâs (déchaux)

A Fêmonvèye, lès d’hitées fèyes.

A Geûzêne, lès gueûyes deu rênes (grenouilles)

O l’ Tchampagne, lès cous d’aragne

è Libômont, lès bons flèyons (tartes). » (Bastin, 1939, 52)

 

Guirsch

Giisch

Giischer Pëtz (puits de Guirsch). Se reporter à l'ar­ticle : Arlon. (Bourguignon, 1928)

 

00:08 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.